[16+] Darkness of Origins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[16+] Darkness of Origins

Message par Exerapido X le Mer 11 Mai - 21:18

Je courais toujours. J'évitait les branches, les racines, les cailloux. Amber aurait pu m'ouvrir un chemin, mais elle avait des trucs à récupérer dans les ruines de sa cabane. Alors je devait me débrouiller.
La bête fuyais vers l'est. Elle était aussi agile - sinon plus - que moi dans cette forêt. Ou partout ailleurs. Ça fait des jours que je la pourchasse, sans relâche, cette chienne (pardon, il s'agit d'une femelle), avec son pelage brun taché du sang des innocents qu'elle a dévoré. Elle avance trop vite pour que je puisse utiliser mon arc, alors je n'ai pas le choix. Je cours. Je cours chercher vengeance pour ces familles brisées, ses actes infâmes. Elle devait s'en tenir à son territoire. Aujourd'hui, elle va payer.
Nous débouchâmes sur une clairière rocheuse, où elle s'arrêta. Je fis de même, faisant jaillir mes dards au maximum, brillantes et tranchantes. Je pouvais déjà sentir le sang s'écouler du corps de cette pourriture. Je jubilais à l'approche de ce moment, tant attendu, où je lui ouvrirai la gorge...
À ce moment-là, la nuit s'est animée.
Avant que j'aie pu faire un mouvement, quelque-chose de brillant passa au-dessus de nos têtes et alla s'abattre droit sur la nuque de la Louve-Garou, qui lâcha un glapissement avant de succomber à cet assaut invisible. Le temps que je me rende compte de ce qui se passait, une silhouette mince et pâle bondît gracieusement de la cime d'un arbre à ma gauche. Elle tenais un poignard dans sa main. Son visage présentait une sorte de pierre encastrée dans sa joue; une pierre noire comme la nuit, au contraire de sa chevelure blanche étincelante. Au début, je la croyais nue, mais elle portait un costume sombre, rouge avec un capuchon. Elle m'a toisé, et dit:
-Trop lent.
Je l'ai regardée, effaré. Elle s'est contenté de se pencher, lentement, presque pour m'agacer, afin de ramasser un objet sur le corps du loup mort: un autre poignard, identique à celui qu'elle tenait déjà.
La moutarde m'est monté au nez. C'était MA proie. MA mission. MA victime! Elle me l'avait prise!


Dernière édition par Exerapido X le Jeu 12 Mai - 22:59, édité 2 fois
avatar
Exerapido X

Messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2015
Age : 18

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre (beaucoup de métal sur lui, tombé dans une forêt)
Arme: Arc (type Recurve Bow) et carquois équipé de 24 flèches; Courte épée; 2 lames d'acier tranchantes qui jaillissent de ses poignets: il les appellent ses "Dards"

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Darkness of Origins

Message par Rin & Zero Harris le Jeu 12 Mai - 18:06

Rin utilisa l’un de nos kunaïs pour tailler le torse de la jeune louve-garou tandis que les deux tourtereaux se parlaient. Elle utilisa ensuite ses magnifiques petites mains pour agrandir le trou dans la chair, puis elle plongea sa main. Pendant qu’elle recherchait son trésor, elle se mit à tirer sa langue sur le côté. C’était… Terriblement sexy. Elle sorti le cœur de la louve d’un coup, un sourire de prédateur sur le visage et le bras couvert de sang frais. Ouvrant grand la bouche, elle prit une énorme bouché. Un cœur, c’était comme un sandwich pour elle. Merveilleuse. Elle était la plus merveilleuse. Surement parce qu’elle était mon clone.

*Flashback : J’étais en train de fumer une cigarette dans mon bain avec Rin. J’adorais la voir boire le liquide écarlate.

– Oups. Le sang commence à refroidir.

Je souris

– C’est normal. Fait gicler un peu plus de ce liquide.

– Oui !!!

Elle sortit du bain complètement nue. J’observais son petit derrière tandis qu’elle allait récolter l’un des corps. Elle l’amena vers moi et le tenant en l’air par les chevilles, elle approcha sa gorge de mon visage. J’utilisais mon kunai pour trancher la gorge de notre ennemi. Le liquide se mit à gicler vers moi. J’ouvris grandement la bouche pour en récolter. J’entendis Rin rire.

– Quoi ? J’ai soif.

– Je croyais que tu voulais un bain chaud maitre ?

Elle avait raison. Nous fîmes saigner huit autres corps avant qu’elle ne revienne prendre son bain. Je m’allumais alors une autre cigarette. J’aimais la fumée que cela produisait.

– Zero ?

- Mmmh ..?

– Tu m’as excité en buvant tout ce sang… Je ne peux plus me retenir. Je veux m’amuser!

Elle nagea alors vers moi et s’assit sur mes genoux. Elle leva son menton bien haut et se rapprocha de moi. Je n’y pensais pas deux fois; je la mordis brutalement.

– Oui !

Deux heures plus tard, nous nous mîmes à marcher dans les ruelles des gangs à la recherche d’un peu d’action. Rin n’arrêtait pas de faire la ballerine autour de moi en chantant ( https://www.youtube.com/watch?v=hszi5wd5X6Q ).

<< Toc toc,
Je suis à ta porte
Et je vais entrer
Je n'ai pas besoin de demander
Toc toc
Je suis dans ta chambre
Où t'es-tu caché?
La partie est bientôt terminée! >>


Oui, c’était ma psychopathe à moi. Enfin, nous repairâmes une belle proie. C’était une gamine d’environ cinq ans. Elle pleurait énormément et étant un démon de l’amour interdit, je pouvais sentir qu’elle ne pouvait pas être avec celui qu’elle aimait. Rin s’arrêta de chanter et m’observa le sourire aux lèvres.

– Tu sens ça?!

– Oui. Le jeu va bientôt commencé. Suis-moi, ma belle.
Je m’avançais de manière impassible vers la gamine et lui demandais ce qu’il n’y allait pas. Elle devait avoir besoin de parler à quelqu’un puisqu’elle vida tout d’un coup.

– Mes parents veulent tuer mon petit ami puisqu’il est un vampire et que je suis une louve-garou! L’amour entre race en guerre est selon eux totalement impossible! Je…

– Tue-les.

– Que… Que quoi?!

– Qui aimes-tu le plus? Ton amoureux ayant toujours pris soin de toi ou tes parents menaçant la seule chose heureuse dans ta vie?

– Fredo! C’est mon Fredo chéri! Je veux le sauver!

Je commençais alors à m’éloigner.

– Attends! Tu vas où?!

Rin répondit pour moi.

– Il s’en va! Ahaha!

– Mais… Mais comment puis-je tuer mes parents?!

– Je l’ai bien fait moi. J’ai tué mes parents, mes frères et mes sœurs parce qu’ils ne me voyaient que comme un simple cobaye. Ma vie n’avait aucune valeur pour eux. Ahaha! Ne pense pas, agit! Ton cerveau n’est pas fait pour avoir des remords. Ce sont tes parents qui t’ont mal éduqué.

Rin avait tué c’est créateur et mes autres clones. Je n’avais pas envie d’en savoir plus. C’était le passé. Une chose inutile. Je montais sur un immeuble et observait. Rin me rejoignit quelques secondes plus tard. La gamine se décida enfin à agir après environ cinq minutes (moi qui croyais que c’était peine perdu).

Sautant d’immeuble en immeuble à l’aide de nos ailes noirs, nous la suivîmes jusqu’à chez elle. La petite débutante entra chez elle en criant. Nous pouvions voir l’intérieur du salon grâce aux énormes fenêtres. La gamine fut rapidement prise par la gorge. Son père la secouait comme si elle n’était qu’un moustique. Comme à mon habitude, je ne ressentis rien. Rin, elle, gémissait à mes côtés. Elle aimait la torture. Heureusement pour la petite fille, sa louve intérieure décida à ce moment de se transformer pour l’aider. Elle était chanceuse que ce soit la nuit… Le père lâcha sa fille, surpris. La louve sauta alors la gueule grande ouverte vers la gorge de son paternel et mordis. Sans attendre une minute de plus, elle sauta sur sa mère et répéta le même scénario.

– C’est trop beau! Zero, tu es le meilleur! Je ne m’ennuie jamais quand je suis avec toi!

La louve continua de planter ses crocs dans ses parents. Elle ne les mangeait pas. C’était du gaspillage de nourriture. Elle ne fessait que les faires souffrir. Même lorsqu’ils furent morts, elle continua. Après deux bonnes heures, elle sauta par la fenêtre. Le ‘‘timing’’ ne pouvait pas être plus mauvais puisqu’aux même moments, un jeune homme la vit couverte de sang. Il se mit immédiatement à sa poursuite. Rin se mit à sautiller sur son perchoir.

– Yeah! Ce n’est pas encore fini! On peut les suivre Zero?

Je lui fis signe que oui.*


Nous étions maintenant devant le corps de cette gamine. Les loups garous redevenaient humains lorsqu’ils mourraient. Rin dégustaient son cœur et moi je mangeais ses yeux tout en fumant une cigarette. La jeune femme ayant tué notre jouet se retourna alors vers nous les yeux grands ouverts. Je restais impassible, mais Rin lui fit un grand sourire. Ma moitié lui tandis un bras tout en disant.

– Ah désolé! J’ai oublié les bonnes manières… Tu en veux?

_________________
avatar
Rin & Zero Harris

Messages : 18
Date d'inscription : 15/03/2016

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Eau. (se noyaient ensemble durant la grand explosion)
Arme: 12 kunaïs (6 chaque) / 4 hachettes (2 chaque) / 2 lourdes épées (1 chaque)

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t100-rin-zero-harris-le-clo

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Darkness of Origins

Message par Nora Rosenwald le Jeu 12 Mai - 23:17


– Trop lent.
Je riai intérieurement tout en me penchant pour ramasser mon poignard. Je sentais sa colère montée : elle était causée parce que je lui avais enlevé ce qu’il désirait énormément. Oh, c’était donc un jeune cupide à en devenir. Délicieux.

Je retirai mon couteau d’un coup sec du corps de la louve, qui, alors, prit sa forme humaine. C’était une jeune fille qui avait à peu près l’âge de cinq ans. Hum, dommage qu’elle soit morte si jeune. Mais bon, j’avais été en colère et elle s’était trouvée sur mon chemin. Elle n’avait qu’à pas être là.

- Je te dirais bien que je suis désolé d’avoir volé ta proie,
dis-je en essuyant mon poignard plein de sang sur le corps de la fillette, mais c’est un mensonge. Et je suis plutôt du genre honnête.

Je remis mes poignards dans leurs fourreaux accrochés à mes cuisses et commençai à m’éloigner.

C’est alors qu’ils arrivèrent.

C’est deux démons jumeaux complètement barjos. J’étais un démon, moi aussi, mais je suivais une certaine logique. Eux, non. Alan se serait fait un plaisir à les pourchassé.

À sa seule pensée, mon cœur se serra. Je ne devais pas pensé à lui. Je devais être fixé à ma mission. Ce qui en revenait un peu à lui… Non. Nora, reprends toi!

Le garçon arriva le premier, cigarette à la bouche. Pas très loin derrière lui suivait la fille. Ah! Cette fille! C’était la plus pathétique des deux. Elle suivait l’autre comme un petit chien de poche et lui lançait des regards de moineau en chaleur. Elle se serait bouffé le pied si tel aurait été le désir du garçon.

C’est ça. Pathétique.

En les voyant arriver, l’homme dont j’avais volé la proie se rapprocha de moi. Dans quel but, je n’en avais aucune idée. S’éloigner? Me protéger? Je penchais pour la première option. Ils étaient écœurants, ces jumeaux.

Sans vraiment faire attention à nous, ils s’approchèrent du corps de la fillette.

La jeune femme sortit un kunaïs et commença à trancher le corps de la petite fille. Je fronçai les sourcils. D’accord, parfois j’étais sans pitié. Mais pas comme ça. Jamais je n’irais souiller le corps d’une fillette de cinq ans…

Nora,
murmura une voix à l’intérieur de moi, Ta mission.

C’est vrai. Alan. Le message. Ma mission. Je ne devais pas m’éloigner de mon but.

*Flashback : Je poussai la porte de la maison, essoufflée par la course que je venais de faire. Rien de tel qu’un bon entrainement pour se revigorer! J’écartai les mèches de ma queue de cheval pour la resserrer et criai :

- Alan! Je suis rentrée!


J’ouvris le frigo pour me prendre une bouteille d’eau et en pris une gorgée. Comme je n’entendais pas de réponse, je fronçai les sourcils.

- Alan?


Je bouchai la bouteille d’eau et me dirigeai vers notre chambre. Au moment où je vis la scène, la bouteille que j’avais à la main s’écrasa au sol.

La pièce était sens dessus dessous, comme s’il y avait eu une bagarre, une grosse bagarre. Le lit était retourné sur le côté, les vêtements éparpillés partout sur le sol et les lampes de chevets avaient été fracassé sur le mur. Mon cœur battait à la chamade et les larmes me vinrent aux yeux. Non, pas lui… Svp, pas lui…

Une enveloppe avait été déposée sur une pile de vêtements au centre de la pièce. Mon nom y avait été inscrit d’une écriture gracieuse. Je m’avançai tranquillement, sur la pointe des pieds, comme si la lettre allait me sauter à la figure. Je la pris, les mains tremblantes et la respiration saccadée. Je l’ouvris avec précaution et lus la lettre.

Bonjour ma chère Nora,

Tu me connais, mais tu ne te souviens plus de moi. Par exemple, mes souvenirs de toi sont intacts. Cela fait un bon moment que je pense à toi. Tu es une personne forte et courageuse. Prête à te jeter dans n’importe quoi. La personne parfaite qu’il me faut.

Ce n’est pas bien compliqué. Je t’ai pris ton bien le plus précieux à tes yeux; plus précieux même que tes roses. Si tu veux le revoir un jour, et en vie, tu vas devoir faire exactement ce que je te dis.

Je me dépêchai de me rendre à la fin.

Finalement, tu devras tuer Spinifer.
*


_________________
avatar
Nora Rosenwald

Messages : 21
Date d'inscription : 10/01/2016
Age : 24

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre
Arme: deux longs poignards tranchant en fer / un poing américain avec une lame de couteau / Une épée dont le manche est fait d'onyx et d'or

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t82-nora-tout-perdre-en-vou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Darkness of Origins

Message par Exerapido X le Ven 13 Mai - 17:23

Je m'était rapprochée de l'inconnue lorsque ces choses sont apparues, armées de leurs kunaïs, et finissant d'achever la louve. Je n'ai jamais vu de choses pareilles de ma vie, elles gigotent, font du bruit, l'un dégage de la fumée et l'autre une sensation d'extase presque déroutante. On croyait voir des... comment appelle-t-on ça, déjà? Ah oui. Des enfants.

Mes jambes tremblaient. Des jours de course, de poursuite, de nuits blanches, de frustrations, partis en fumée. Envoyés partout comme une citrouille qui explose. En effet la scène me rappelait une situation semblable.

"Je te dirais bien que je suis désolée d'avoir volé ta prise," avait dit la femme, "mais ce serait un mensonge. Et je suis du genre honnête."

Du genre honnête.

Ces mots me titillèrent. Une voix autre que celle de la femme les avaient prononcés, un jour, en ma présence. Je ne me souvenais pas encore pourquoi. La belle affaire.

Je rapportai mon attention sur la fille. Mes mains se crispèrent. Je m'approchai d'elle d'un pas lent. Je vais la tuer, disait une voix dans ma tête. Quand j'en aurai fini avec elle, sa face sera étampée si fort dans la roche qu'on la prendra pour un fossile!

Une seconde...

Depuis quand me suit-elle? Depuis quand me suivent-ils tous?

La femme fît un pas vers moi. Ou plutôt, pour me contourner. Je lui agrippai l'avant-bras pour la retenir.

-Qui est-tu? Pourquoi m'as-tu suivi?

Nos regards se croisèrent. Ses yeux étaient bleus, plus pâles que ceux d'Amber, mais pas moins fascinants. J'y ai lu du mépris. Elle allait ouvrir  la bouche pour me répondre (ou m'insulter) lorsque nous fûmes éclaboussés de sang. Elle se retourna, et moi de même; je vît la fillette , enveloppée par la fumée - fort nauséabonde - de l'autre diablotin, regarder le cœur dans sa main: l'aorte venait d'éclater, ce qui venait d'arroser tout le monde, ne laissant qu'une poche flasque et sanglante dans la main de la petite, qui s'empressa de la dévorer.

-Vous n'avez rien d'autre à faire que me casser les pieds?leur dis-je. Et éteint-moi ça, ai-je ajouté à l'intention du jumeau garçon.
-Chut! dit la fille.

Je commençais sérieusement à perdre patience. J’exigeais des explications, et vite!

-Pourquoi tu...
-CHUT! répéta-t-elle. Écoutez...

À contrecœur, je tendît l'oreille. Effectivement, on percevait un bruit dans les branchages, sur notre gauche. J'ai même pu, en tournant la tête, distinguer une forme sombre bouger dans cette direction. Sûrement un complice, pensai-je.
C'est alors que l'inconnue aux cheveux clairs s’élança vers l'apparition. HO non! Pas cette fois! Je sortît mes dards et partît à sa poursuite, laissant les gamins s'amuser dans les entrailles de la bête.

Elle était rapide et agile. Elle bondissait presque comme une panthère qui je jetais avidement sur sa proie. Sa façon de bouger, d'éviter les troncs d'arbres en pivotant les hanches par exemple, sortait de l'ordinaire. Elle allait même jusqu'à faire une pirouette et à mettre ses mains sur une branche basse afin de s'en servir comme appui pour son saut périlleux avant. Si j'avais pu croiser son regard, j'aurai parié qu'on aurait pu y lire un truc du genre: Je te veux: je t'aurai. Tu ne m'échappera pas.

Je la suivais, donc, lorsque subitement elle s'arrêta. Je la rejoignis en trombe, juste à temps pour l'entendre marmonner "...n'est pas lui... concentre-toi... mission."

-Qu'y a-t-il?demandai-je.

Elle se tourna vers moi, me lançant un regard pas très amical.

-C'est de ta faute. Tu fait trop de bruit.
-Où est-ce?
-Ça nous a échappé, dit-elle. Peu importe ce que c'était, ça a laissé un message derrière.
-Fait voir,lui dis-je en remarquant du même coup la feuille de papier froissé qu'elle tenait de sa main gauche.

Elle me le tendit, la tête tournée vers l'avant. Elle semblait songeuse; quelque-chose devait la troubler ou la préoccuper, mais je me suis contenté de lire le message. D'après l'odeur, il semblait écrit avec du sang - relativement frais, en plus. J'y ai lu:

"Frère
Répandons Le Sang
-VII"
avatar
Exerapido X

Messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2015
Age : 18

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre (beaucoup de métal sur lui, tombé dans une forêt)
Arme: Arc (type Recurve Bow) et carquois équipé de 24 flèches; Courte épée; 2 lames d'acier tranchantes qui jaillissent de ses poignets: il les appellent ses "Dards"

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Darkness of Origins

Message par Rin & Zero Harris le Sam 14 Mai - 19:17


 
-Et éteins-moi ça.
 
C’est à moi qu’il parlait lui? Je m’avançais lentement vers monsieur à capuche en prenant une bonne inspiration de mon gaz favori. Lorsque je fus directement devant lui, je lui soufflais le tout au visage. Cela ne l’affecta aucunement. Il semblait hypnotiser par le son qu’ils entendaient. Je l’entendais aussi, quelqu’un marchait vers le nord, mais il y avait aussi un autre son. Un bruit de fond que j’entendais maintenant depuis une quinzaine de minutes. Il se rapprochait de plus en plus, venant du sud. Ce bruit m’intriguait plus.
 
– Maître?
 
– Mmmh?
 
– La jeune femme… Elle dégage des ondes.
 
Fixant la jeune femme d’un regard impassible, je les sentis. Des ondes douces, remplient de vie et humides. C’était un délice. Elle possédait un amour interdit. Rin s’avança lentement vers la meurtrière en tournant sur elle-même, puis elle s’arrêta en face d’elle le visage à un centimètre du sien.
 
– Hihihi! C’est qui? Ton frère? Un chasseur?
 
La jeune femme sembla surprise par les propos de Rin. Elle n’eut pas le temps de répondre, le jeune homme partit à la course vers le nord. Il disparut en quelques secondes.
 
– N’oublie pas son visage Rin. Je n’ai pas aimé son comportement.
 
- Dessert?
 
– Non. Déjeuner.
 
– Qui est le dessert?
 
– Plus tard.
 
Rin se retourna vers la femme.
 
– Je m’appelle Rin et toi? Hihi! Tu as de beaux cheveux.
 
La meurtrière n’eut pas encore le temps de répondre puisqu’une énorme vague apparut au Sud. Sans y réfléchir à deux fois, j’attrapais Rin fortement par le bras. Celle-ci gémit de douleur avant de voir le Tsunami. Elle attrapa à son tour le bras de la jeune femme.
 
– On est de l’élément de l’eau, je vais t’aider à respirer.
 
Pas la peine de dire à Rin qu’elle était peut-être de l’élément de l’eau elle aussi. Je me remis à penser au jeune homme. Lui, il risquait de mourir sans quelqu’un de l’élément de l’eau. La jeune femme, elle, c’était différent. Je voulais la garder en vie pour ressentir les ondes de plaisir venant de son petit corps. Rin alla se cacher dans le creux de mes bras en tenant toujours la jeune femme, moi, pour ma part, je serais mon clone de toutes mes forces.
 
Le tsunami nous frappa durement. J’eus l’impression que toute ma peau allait s’arracher. Rin souriait. Elle adorait souffrir. Je la tenais toujours. Étant des élémentaires de l’eau, nous pouvions respirer sous ce liquide, mais pas la jeune femme. Nous le remarquâmes assez rapidement. D’un accord commun, Rin et moi commençâmes à nous propulser vers la surface. Elle avait besoin d’air. De plus, mourir d’asphyxie était une mort des plus ennuyantes. Il n’y avait aucune goutte de sang de répandue. Lorsque nous fûmes à la surface, nous n’étions pas au bout de nos peines. Le courant était puissant. Rin commença à se fatiguer.
 
– Rin! Continue! Si tu ne restes pas vivante, tu ne pourras pas recevoir ta punition ce soir!
 
Son visage afficha immédiatement une énorme détermination.
 
– Non! Je veux être puni!
 
C’est à ce moment-là que nous reçûmes simultanément une cabane de chasseur sur la tête. Les deux jeunes femmes tombèrent inconsciente, moi, non. Pourquoi? Je n’en avais aucune idée. Peut-être était-ce dû à l’habitude? J’avais reçu tant de coup à la tête durant ma jeunesse. Prenant les deux jeunes femmes dans mes bras, je me mis à réfléchir à un moyen de nous sauver la vie. Je commençais à être fatigué et Rin n’était plus là pour m’aider. Je pouvais toujours abandonnée la jeune femme aux ondes délicieuses, mais Rin serait triste. Je grimaçais. Avant que je ne connaisse Rin, je n’aurais jamais été si faible. J’aurais abandonné les deux et je serais parti. J’étais devenu faible.
 
Soupirant, je trouvais enfin un moyen de sortir du tsunami; nous approchions d’une montagne assez grande. Je ne possédais pas le pouvoir de la terre, mais je pouvais tout de même essayer de m’y accrocher. Je nous propulsais vers le pic de roche. Mes membres me brûlaient, j’avais l’impression que de l’acide liquide circulait entre mes veines et qu’une bombe nucléaire explosait lentement dans ma tête. Lorsque nous fûmes assez proches, je commençais à congeler l’eau qui nous entourait de manière à nous créer un nid de glace. Rin se réveilla cinq minutes plus tard. Elle avait une énorme bosse derrière la tête. Elle me regarda toute triste.
 
– J’aime pas ce genre de punition…
 
Je m’avançais vers elle et la serrais dans mes bras. Je la serrais si fort qu’elle se mit à gémir.
 
– Je… Pré… fère.. ca!
 
Je le relâchais ensuite et observais l’autre jeune femme toujours inconsciente. Rin suivi mon regard, s’approcha d’elle et la gifla en riant. Celle-ci se réveilla en sursaut. Rin s’éloigna et lui parla.
 
– Zero nous as sauvé!
 
Je me mis à observer l’orée de la forêt suite à la catastrophe naturelle. Les arbres avaient tous été arrachés, une épaisse boue recouvrait le sol et il y avait plusieurs cadavres au sol. Des humains, des créatiques et des animaux. Je me mis à penser à la Grande Explosion. Ça avait été un massacre. Rin créa une ouverture dans notre nid, puis utilisa l’eau pour nous faire une glissade de glace. Elle était froide, mais efficace. Je fus le premier à l’utiliser, puis ce fut le tour à ma clone. Dès qu’elle fut descendue, elle se mit à crier en pointant du doigt.
 
– J’ai vu le déjeuner là-bas!!!
 
-  Parfait, mais avant cela, nous devons trouver un bar de loups garous. Il doit bien en avoir un encore sur pied quelque part dans l’orée de cette forêt…
 
Ouais… Cela semblait peu croyable.
 
– Bien sûr que si! La montagne n’a pas été touchée!
 
Elle a raison! Je lui souris. Rin se tourna vers la jeune femme en lui demandant si elle voulait venir avec nous. Je n’écoutais pas sa réponse. Au lieu de cela, je me mis à me questionner sur son âge. Peut-être avait-elle 21 ans? Elle semblait plus vieille que Rin et moi. Nous, nous avions 19 ans. Rin me sortit de mes pensées.
 
– Tu viens prendre le dessert maître?
 
– Mmmmh…
 
Je me mis marcher le long de la colline cherchant une entrée. Je n’avais plus assez d’énergie pour l’escalader. Moins d’une heure plus tard, nous trouvâmes une un chemin, mais il était glissant dû à toute cette boue.

_________________
avatar
Rin & Zero Harris

Messages : 18
Date d'inscription : 15/03/2016

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Eau. (se noyaient ensemble durant la grand explosion)
Arme: 12 kunaïs (6 chaque) / 4 hachettes (2 chaque) / 2 lourdes épées (1 chaque)

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t100-rin-zero-harris-le-clo

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Darkness of Origins

Message par Nora Rosenwald le Dim 26 Juin - 20:43

Mais qu’ils étaient bizarre, c’est deux là…

Premièrement, la fille trop barjo me saute devant le visage en me disant « C’est qui! » et en me disant que j’avais de beaux cheveux.

Deuxièmement, la seule chose que cette fille pensait alors qu’on était happé d’un foutu tsunami, c’était d’être puni par le garçon. Non, mais! Il a fallu que Dieu m’envoie ces deux m*rdes sur mon chemin. Définitivement, j’avais la poisse.

Pendant notre embardé dans l’eau, je perdis connaissance.

La barjo me réveilla en me giflant au visage. Je me relevai vivement, la main sur ma joue en feu. Celle-là, elle a vraiment un problème, un sérieux problème. Elle me cria que Zero, le garçon, nous avait sauvés. Je n’étais pas certaine si je devais être contente ou plutôt sceptique que cet inconnu qui ne connait rien de moi m’ait sauvé la vie.

Je me rendis alors compte que nous étions dans une sorte de nid faite de glace gelée et de terre. Je voulus demander ce que nous faisions là, mais avant que je puisse ouvrir la bouche, un trou s’ouvrit dans le milieu de notre nid. Une glissade d’eau glacée se forma jusqu’au sol, et j’en déduis qu’un d’entre eux avait le pouvoir de l’eau.

Le garçon s’y glissa en premier, suivit de la fille. Avant d’entrer l’ouverture, j’hésitai un instant. Je ne connaissais rien d’eux, et n’avais aucune idée de leurs intentions. Comment pourrais-je leur faire confiance?  Je soupirai. Je n’avais pas vraiment le choix.

Alors, je me laissai glisser jusqu’en bas.

Les deux étaient déjà en conversation.

- …nous devons trouver un bar de loups garous,
disait le garçon, Il doit bien en avoir un encore sur pied quelque part dans l’orée de cette forêt…

– Bien sûr que si! La montagne n’a pas été touchée!


Je ne savais pas pourquoi ils recherchaient un bar de loup-garous, mais sur le moment, je ne m’en souciais pas. Ce qui capta mon attention, c’était leur attitude qu’ils avaient l’un envers l’autre.

Ces deux-là s’aimaient. D’une manière étrange, bien sûr, mais ils me rappelaient trop ma relation avec Alan. Dans la façon qu’ils se regardaient. Dans la façon de porter trop d’attention à l’autre.

Et ça fait mal.

Ça fait tellement mal de le savoir loin, de le savoir en danger. Tellement mal de ne pas savoir s’il est encore vie ou s’il n’est pas blessé.

Mais le pire, le truc qui me faisait le plus atrocement mal, c’est que je n’ai pas pu lui dire à quel point je l’aimais. À quel point j’étais tombée amoureuse de lui.

Je me rends compte que maintenant que j’aurais dû cesser de me voiler la face et de me refuser de voir l’inévitable. J’aurais dû prendre mon courage à deux mains et lui dire. Parce que s’il mourrait sans le savoir, s’il mourrait en pensant que je n’avais pas de tel sentiment envers lui, je ne me le pardonnerais pas.

La fille, qui se nommait Rin si je ne me trompe pas, me sortit de mes pensées avec sa voix surexcitée.

- Tu veux venir avec nous?


Bonne question.

Je réfléchis un moment. Dans l’immédiat, j’aurais répondu non, mais je me résignai. Je repensai au message qu’on m’avait laissé.

Étape un : Vas dans la forêt.

Étape deux : Renseignes-toi auprès du Doyen des changeurs de peau. Il a un attrait pour le rhum et aime la compagnie des chiens.

Étrange, mais ce sont les informations que j’ai eu.

Je regardai Rin. Ils veulent aller dans un bar de loup-garous. Et selon le message, le Doyen que je devais trouver est soit un loup, soit un métamorphe. Et d’où j’en suis, je n’ai rien à perdre. J’ai déjà tout perdu.

Pour l’incarnation de l’avarice, c’est grave.

- D’accord, je vous suis.


Rin sourit et se tourna vers Zero.

– Tu viens prendre le dessert maître?


Quoi? Le dessert?

Zero acquiesça.

On commença alors à longer le long de la montagne. Je les suivis sans trop comprendre, mais restai sur mes gardes. Je portai une main sur la manche de mon épée pour me rassurer.

Le sol était boueux et mobile, et je dus me concentrer pour ne pas tomber. Je me rendis compte pour la première fois qu’une énorme la fatigue me pesait sur les épaules et qu’un énorme mal de crâne me fracassait le cerveau.

Une tristesse s’abattit alors sur moi. Je m’ennuie de ma maison. Je m’ennuie de mes roses, du sentiment de réconfort que mes possessions m’apportaient. Je m’ennuie de mon lit. Je m’ennuie des matins où je me réveillais auprès d’Alan. Alan Alan Alan…

Je vais le retrouver. Je suis prête à tout. Je suis prête à endurer ces deux malades mentales. Je suis prête à buter le mec qu’on m’a dit de tuer. Je vais tout faire pour le retrouver.

Car lorsqu’on vole un bien d’une personne avare, on doit être prêt à en payer le prix.

_________________
avatar
Nora Rosenwald

Messages : 21
Date d'inscription : 10/01/2016
Age : 24

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre
Arme: deux longs poignards tranchant en fer / un poing américain avec une lame de couteau / Une épée dont le manche est fait d'onyx et d'or

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t82-nora-tout-perdre-en-vou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Darkness of Origins

Message par Exerapido X le Jeu 30 Juin - 10:52


*Flashback*


J'aiguisais mes lames dans l'ombre, à genou, pour passer le temps. Cette ruelle était assez sombre pour me soustraire aux regards, même en plein jour; c'est pour cette raison que l'on l'avait choisie comme point de rendez-vous.

Alors que je vérifiais combien de flèches m'offraient mon carquois, quelqu'un s'est approché. Une silhouette sombre, mais que j'ai tout de même reconnue: grande, sombre, coiffée d'un capuchon noir et portant une arbalète dans le dos.

-Alors, tu te sens prêt? m'a-t-elle dit, d'un légère claque dans le dos.

-Plus que prêt, frère, lui ai-je répondu. Ils vont mordre la poussière.

-N'oublie pas ce que je t'ai dit: ils ont plus d'un tour dans leurs sacs, ces fourbes. Garde l'oeil ouvert et reste toujours vigilants.

-"Toujours frapper le premier", ai-je cité, tout en mettant ma capuche.

-T'as tout compris! Tu va voir, on aura leurs peaux dans le temps de le dire.

Je me suis relevé, tandis qu'il grimpais déjà les murs pour atteindre les toits, où je l'ai rejoins en peu de temps. En bas, les gens étaient aussi entassés que des fourmis autour de leur reine: le centre d'attention étant une série d'exécutions publiques. Nous savions, mon compagnon et moi, qui organisait ce macabre spectacle: Robert Reese, un membre haut placé du gouvernement local. Si "gouvernement" était dit rapidement. Cette personne, qui était notre cible depuis plusieurs mois, était obsédée par le pouvoir et l'argent. Ajoutez-y l'âme d'un psychopathe et vous aurez un homme de pouvoir, charismatique, passionné, capable de conduire un peuple autrefois exemplaire à la folie en organisant des spectacles macabres et sanglants, causant la mort de centaines d'innocents. Cette journée-ci ne faisait pas exception. "Aujourd'hui, disait-il, Pendaison à l'Ancienne! Avec un petit supplément..."

On connais tous le principe de la pendaison. Seulement, celle-ci nécessitait une corde bien spéciale, pour amuser le public. Une corde agrémentée de fils de lames faites d'un alliage d'acier et d'ether, qui ne s'émousse jamais. Mes dards sont faits de ce métal. Le but était de couper la nuque plutôt que de la briser. L'étau coupant que formait le nœud trancherais la tête de la victime, de façon fort douloureuse.

Et l'un de nos amis allait se retrouver dans cette situation. Nous ne l'avons pas accepté. En voyant notre ami monter sur l'estrade, sous les vivats de la foule et le sourire sadique de Reese, n'y tenant plus, j'ai encoché une flèche fumigène et tendu mon arc. Une fois la corde autour de son cou, j'ai lâché ma flèche, qui a volé jusque sur l'estrade avant d'éclater dans un nuage de gaz irritant. Mon ami en noir pris aussitôt le relais en décrochant son arbalète de son épaule et en tranchant net la corde qui retenait le prisonnier. Comprenant ce qui se passait, ce dernier prit la fuite parmi les gens étourdis.

-Maintenant, dit mon compagnon, on se les faits!

-Prends les gardes, je m'occupe de Reese.

-Non. Contente-toi de l'empêcher de fuir, puis aide-moi. Nous le neutraliseront ensemble.

-Ça me va.

Nous nous serrâmes la main fermement, comme à l'habitude, puis il me dit:

-Répandons le sang, mon frère!

Nous sautâmes ensuite dans le vide, droit vers la bataille.


*Fin du flashback*


Quelqu'un me réveilla avec un massage cardiaque. Je repris conscience en crachant de l'eau. J'avais les poumons en feu et les vêtements trempés. Lorsque j'ouvrît les yeux, je me trouvais devant un immeuble solitaire et miteux, dans les montagnes. Une pancarte est fixée au-dessus de la porte, que je n'arrives pas à déchiffrer tant je suis sonné. Un monsieur à l'expression canine me fixait du regard.

-Holà! Du calme! me dit-il lorsque je tentai de me relever. T'as passé un mauvais quart d'heure, mon p'tit gars! T'as d'la chance qu'on t'aie retrouvé, Gus et moi, sinon tu s'rais sûrement noyé! Viens t'en à La Chienne Huileuse, on va prendre soin d'toi dans c't'auberge!

Il m'aida à me redresser, et appuyé sur son épaule, l'homme m'emmena dans ce qui semblait être une taverne. Puis, je me suis rendormi avant même de passer la porte.
avatar
Exerapido X

Messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2015
Age : 18

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre (beaucoup de métal sur lui, tombé dans une forêt)
Arme: Arc (type Recurve Bow) et carquois équipé de 24 flèches; Courte épée; 2 lames d'acier tranchantes qui jaillissent de ses poignets: il les appellent ses "Dards"

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Darkness of Origins

Message par Rin & Zero Harris le Dim 3 Juil - 0:17

 Mon Ô grand maître nous conduisit moi et notre animal de compagnie à une vieille baraque en mauvais état. Une vielle pancarte affichait ‘’Mords-Moi’’, mais seulement le tiers des lettres étaient toujours droites. Les autres semblèrent prêtes à tomber à tout moment. Juste à côté se trouvait une auberge dans le même état du nom de ‘‘La Chienne Huileuse’’. Parfait, un vieux coin miteux ou plusieurs choses pouvaient arriver sans que tout le continent soit au courant. Maître entra par les portes westerns. Étrange, je n’avais vu ces portes qu’une fois dans ma vie et c’était sur de vieilles photos d’un bar au beau milieu du désert. Je me mis à rire, exciter par ce qu’il pouvait avoir à l’intérieur. Je dépassais mon animal à l’odeur si humide et vivante pour entrer juste derrière Zero.

Un sourire se dessina rapidement sur mon visage. Je me retournais vers mon maître pour voir sa réaction, un rictus illuminait son visage. Autour de nous, plusieurs couples se plotaient sans gêne, il y avait de la boucane de cigarette qui nous piquait les yeux et la musique sensuel n’étaient pas assez forte pour couvrir tous les sons de jouissances. Il y avait trois styles de personnes, des motards (sans moto), ceux habillés tout en cuir et ceux tout nus.

Cet alors qu’une femme mesurant près de deux mètres et ne portant qu’un string de cuir, des talons hauts et des gants noirs s’approcha de mon maître. Elle se plaça devant Zero pour qu’il aille une vue assez explicite de ses seins volumineux et elle lui demanda s’il voulait s’amuser. Pourquoi avais-je une si petite poitrine?

– Quand dis-tu Rin?

Je souris. Je m’approchais lentement de la jeune femme tout en répondant.

– Est-ce qu’elle goute bon?

Zero se pencha vers son sein gauche et le suça une minute. Il relâcha celui-ci dans un bruit de succion. Le sein était dressé et bien dur. Elle méritait une bonne punition…

– Appelez-moi Candy.

Celle-ci se mit alors à jouer des hanches sur le corps de mon maître. J’avais hâte de manger cette g*rce! Elle souffrirait, je me le promis. Un jeune homme portant un gant de baseball noir sur les parties décida alors de s’approcha de mon animal de compagnie. L’animal que je venais de sauver.

– Beauté, veux-tu monter avec moi en haut?

Avant que mon animal de compagnie ne réponde, je lui coupais la parole.

– Hihihi! Désolé beau gosse, mais elle est avec nous.

– Je peux vous prendre toutes les deux si vous voulez. Ce ne serait pas mon premier trip à trois…

Je souris. Ma foi, cet endroit était rempli de surprise.

– Tu as trop de vêtement sur le corps.

Il enleva son gant.

– C’est mieux maintenant?

Nu comme un ver. Je grimaçais.

– Trop petite.

– Ce… J’ai l’une des plus gosse!

Zero décida alors d’apparaitre derrière moi, sa put*in coller sur son dos.

– Ou là! Rin tu peux trouver un meilleur déjeuner… Tu me déçois là.

– J’étais en train de décliner son offre, elle est huit fois plus petite que la tienne.

– Ca c’est certain.

– Est-ce que je mérite une punition?

– Oui.

Un frisson me parcouru. Oui, enfin!

Délaissant le jeune homme, nous entrainâmes la chatte en chaleur dans une chambre à l’étage. Je fermais la porte à clef. La jeune femme se coucha sur le lit toute heureuse. J’enlevais mon chandail tout comme Zero pour ne pas les salir, sortir de cette endroit couvert du liquide de la vie n’était pas l’idée la plus géniale. Je portais un soutien-gorge rouge. Zero l’adorait. Notre déjeuner me sortit de mes pensées en me parlant d’une voix étrangement aiguë.

– Alors qu’avez-vous en tête?

Zero lui répondit.

– Pas ce que tu penses sal*pe!

Elle fronça les sourcils au même moment où je lui sautais dessus deux hachettes à la main. Je lui coupais la langue avec l’une de mes armes et lui cassais le milieu de sa cage thoracique de l’autre. Elle essaya de crier, mais sans sa langue, c’était inutile. De plus, elle s’étouffait avec son propre sang. Je souriais en pleine dents tout en jetant mes armes à côté du lit. Mon maitre vint lui tenir les poignets.

– Je peux m’amuser en? Avoue que je peux!!!

– Oui, va s’y, je lui tiens les mains et lui fait cracher le sang dans sa bouche pour qu’elle reste vivante.

Enfin!  Avant toute chose, je lui arrachais ses seins. Puis, j’ouvris sa cage thoracique de mes propres mains comme l’on ouvre son cadeau de noël. Le contenu était magnifique. Je fis glisser mes mains à l’intérieur. Je les ressortis pleines de sang. Zero plongea l’une de ses mains, puis étala le sang amassé sur mon visage. Il a toujours aimé me voir couverte du liquide écarlate.

– Tu es magnifique. Tu ressembles à un ange de la mort.

Je me mis à rire, un petit rire coquin. Sous le regard plus qu’apeuré de mon agneau en sang, je plongeais ma tête pour déchirer les muscles abdominaux et les manger. DÉ-LI-CI-EUX!!! Je m’enlevais de ma position (califourchon) pour laisser la place à mon maitre. Il commença à se nourrir tandis que j’arrachais les cheveux poigné par poigné à cette g*rce. Je devais aussi m’assurer à mon tour qu’elle ne s’étouffe pas avec son sang. Lorsque Zero en eut fini avec les muscles, il s’attaqua à l’un des yeux. Je frémis en le voyant le retirer. Je voulais le gouter moi  aussi!!! Il le suça longtemps avant de le croquer, c’était une torture de le voir sans pouvoir bouger. J’adorais cela. Puis, après ce qui me sembla des heures, il me fit signe que je pouvais faire de même.

– Tu peux prendre le deuxième suçon.

Je ne me fis pas prier.Au même moment,  Zero utilisa son kunaï pour déchirer la peau des cuisses. Notre déjeuner était délicieux. La peau goutait le fromage. Je fermais les yeux en goutant se mets si exquis. Lorsque je les rouvris, j’aperçu mon animal de compagnie dans un coin. Pourquoi restait-elle là? Elle ne voulait pas jouir des petits plaisir de la vie? Je me levais debout sur le lit en riant, puis me mis à marcher en penchant de droite à gauche vers la petite chose. Je levais mon bras tenant la peau vers elle.

– Va s’y, prends-en, tu en mérites. Ne sois pas si gêné, nous ne voulons pas te manger. Tu sens trop bonne l’amour  interdit. Hihihi!

Elle ne me répondit pas. Je lui déposais donc la peau à ses pieds, puis retournais à table. Zero était sur le point d’arracher le cœur. La jeune femme allait mourir. Il le fit facilement à main nu, puis me l’offrit. Je le dévorais en seulement deux bouchés. J’avais si faim! Mon maitre entreprit ensuite d’ouvrir la boite crânienne avec l’une de nos hachettes pour y trouver notre trésor; le cerveau. Il coupa notre précieux en deux. C’était toujours ainsi, j’avais l’hémisphère gauche et lui celui de droite.

Environ une heure plus tard, nous mîmes en feu la chambre. Je ne sais pas si la jeune femme avait mangé en secret, mais elle n’avait pas touché à la peau. Dommage. Nous sortîmes de la chambre, puis descendîmes des escaliers. À peine avais-je sortis du bâtiment miteux remplit de phéromones que quelqu’un cria au feu. Malheureusement pour eux, le vieux bois avait rapidement prit feu et il n’y avait rien a sauvé. Tous coururent vers la sortie. Même l’auberge avait pris feu. Nos pantalons noirs ne laissaient pas apercevoir les taches de sang et nos chandails blancs avaient été sauvés. De plus, nous avions lavés nos armes ainsi que notre peau. Personne ne pouvait donc savoir ce que nous avions fait et les preuves étaient parties en feu. Nouant mes doigts avec ceux de Zero d’une main et ceux de mon animal de compagnie de l’autre, je nous fis descendre la colline. Personne ne parla durant la descente, mais je riais. J’étais si heureuse. Rendu en bas, Zero brisa le silence.

– Arrête-toi ici. C’est l’heure de ta punition.

Il tenait des kunaïs entre chaque doigt. Huit kunaïs en tout.

– Un petit massage kunaïlleux?

Je frémis d’excitation. Il allait passer à l’action lorsque quelqu’un apparut dans notre champ de vision. Étais-ce..? Je n’en étais pas certaine à cause de la noirceur et parce qu’il était loin, mais étais-ce le jeune homme à capuche d’aujourd’hui là-bas?

_________________
avatar
Rin & Zero Harris

Messages : 18
Date d'inscription : 15/03/2016

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Eau. (se noyaient ensemble durant la grand explosion)
Arme: 12 kunaïs (6 chaque) / 4 hachettes (2 chaque) / 2 lourdes épées (1 chaque)

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t100-rin-zero-harris-le-clo

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Darkness of Origins

Message par Nora Rosenwald le Lun 4 Juil - 21:38

Je dois vous avouer que je me sentais vraiment inconfortable dans cette situation. Vraiment. Ces deux-là me donnaient froid dans le dos.

Le temps qu’on arrive au bar de loup-garou, le parcours fut pour moi l’incarnation du malaise. La fille sautillait, trop joyeuse, et me regardait tout le temps avec les yeux avides et avec un sourire éclatant. Le gars était tout le contraire de Rin; complètement stoïque et indifférent. Et je crois que tous ce qui comptait pour lui sur cette pauvre planète, c’était la jeune femme excentrique qui se tenait à côté de lui.

Après plusieurs minutes de marche, on arriva enfin devant l’établissement miteux qu’était notre destination. Une vieille pancarte affichait le nom du bar : Mords-Moi. Une auberge, du nom de La Chienne Huileuse, se tenait près du bâtiment. On entra donc dans le bar.

Immédiatement, l’odeur me frappa comme si j’étais rentré droit dans un mur. Pas une odeur d’alcool, non, mais de pur cupidité, comme je n’en avais pas senti depuis longtemps. J’inspirai longuement en fermant les yeux, me laissant imprégner des pensées avares qui flottaient dans le bar. Les alcooliques étaient de vrais délices quand ils buvaient leurs bières.

Quand je rouvris mes yeux, je remarquai qu’une prostitué s’était avancée vers nous. Son par-choque était énorme, et sa cervelle devait être aussi petite que son c*l était gros. Et elle puait. Vraiment. Elle sentait le chien mouil…

Attendez. Elle sentait le chien.

Dans ma lettre, il était spécifié que le Doyen aimait la compagnie des chiens… Il devait être ici, à coup sûr.

Mes deux compagnons discutaient avec la prostitué, mais je n’y portais aucune attention. Je balayais la salle du regard, à le recherche d’un vieux monsieur qui devait surement ressemblé à Dumbledore, vous savez, avec une grande barbe et tout, mais je ne trouvai personne. Je devais approfondir mes recherches, ce qui veut dire que je devais fausser compagnie pour quelques instants aux deux fous furieux.

Au moment où je voulais m’éloigner d’eux, feignant de vouloir aller aux petits coins, un homme seulement habillé d’un gant de baseball sur ses parties génitales me bloqua le passage. J’eus soudainement envie de le frapper. Il me regarda intensément, comme s’il avait le pouvoir de me déshabiller seulement qu’avec ses yeux. Je voulus porter mes mains à mon foulard rouge pour m’assurer que mon corps soit un tant soit peu camoufler, mais il aurait pris ça comme un signe de gêne et de soumission. À la place, je lui lançai un regard perçant dans le but de l’avertir de ne pas trop m’approcher. Il eut tout de même le culot de me parler;

– Beauté, veux-tu monter avec moi en haut?


J’ouvris la bouche avec la ferme attention de lui dire d’aller se faire f*utre, mais Rin me devança;

– Hihihi! Désolé beau gosse, mais elle est avec nous.

– Je peux vous prendre toutes les deux si vous voulez. Ce ne serait pas mon premier trip à trois…


Ça y est, je vais vomir. Ce type était trop dégueulasse.

– Tu as trop de vêtement sur le corps,
dit Rin.

Il enleva donc la seule petite chose qui lui cachait le robinet.

– C’est mieux maintenant?


Bon Dieu, mais ce qu’elle était petite, sa trompe!

Cet endroit était du pur n’importe quoi. Rin fit alors une grimace face au spectacle que nous offrait la saucisse cocktail.

– Trop petite.


Je me retenais d’éclater de rire. Cette fille avait du cran, je devais bien lui admettre ça.

– Ce… J’ai l’une des plus grosse!


Je portai la main à ma bouche. Retiens-toi de rire, Nora. Ne ris surtout pas…

Zero approcha alors de nous, avec la prostitué qui lui collait le dos comme une mouche à m*rde. Lui et Rin échangèrent un instant, puis se dirigèrent vers l’escalier qui devait mener à l’étage sans trop se soucier de moi. Parfait.

Ça ne devait pas trop être prudent de trainer seule dans un trou si mal famé, mais mes poignards étaient bien installés contre mes cuisses, m’assurant une protection assez rassurante. Je me mis alors à la recherche de Dumbledore.

Bon, après l’avoir trouvé, je ne lui trouvais aucune ressemblance avec le directeur de Poudlard. Mais ce n’est qu’un détail.

J’ai passé de nombreuses secondes avant de le trouver, et perdu un temps précieux à lequel les deux timbrés pouvaient remarquer mon absence. Mais lorsque je le vis, je sus que c’était lui. Je sais pas pourquoi… Peut-être à cause des flashbacks, qui ne cessait de me prendre, où il apparaissait, les mains dans la terre des plates-bandes de mon ancienne maison, me tendant une rose avec le sourire aux lèvres.

Cet homme était mon ancien jardinier, faisait partie de mon ancienne vie. Ce ne pouvait pas être une simple coïncidence.

Je me dirigeai, presque à pas de course, vers sa table qui était dans un coin reculé du bar. Il avait une cigarette à la bouche et portait un habit. Comment un ex-jardinier a pu se procurer un complet, j’en avais aucune idée.

Arrivée devant lui, je posai les deux mains sur la table en le fixant du regard. Il ne tourna même pas la tête pour me regarder, faisant comme si je n’étais pas là. Alors que j’allais répliquer quelque chose, il me devança.

- Je n’ai jamais cru que tu allais venir.


Confuse, je ne répondis rien. Il daigna alors me regarder.

- Je t’ai vu mourir, Nora. Je t’ai vu perdre toutes formes d’émotions lorsque tu as compris que ton père vous avait trahis, toi et ta mère. Je t’ai vu refuser de vivre. J’ai cru que tu n’aurais plus aucune pitié pour personne, plus aucun ressentiment. Bizarrement, tu m’as l’air bien dégourdi à sauver ce pauvre petit ange.


Je poussai un soupir qui s’apparentait plus à un grondement.

- Je vous interdis de parler de lui comme ça. Il n’a rien à voir avec nous.

- Oh, mais il a tout à voir. Tu n’as jamais pensé qu’en le kidnappant, nous le protégeons de toi? Pour lui éviter qu’il lui arrive la même chose qu’à Hannah?


Je fronçai les sourcils.

- Hannah? Qui est Hannah?

- Ah, je vois que tu t’obstine à ne pas t’en souvenir. Mais bon, ce n’est pas à moi à te rafraichir la mémoire.


Il prit une bouffée de sa cigarette. Je frappai la table de mes mains. Mais qu’est-ce qui me tappait sur les nerfs!

- Écoute, papi, je suis pas venu ici pour papoter sur mon passé. Si on m’a dit de venir te voir, il doit bien y avoir une raison.

- Oui, oui, bien sûr.
(il se racla la gorge en sortant une enveloppe de la poche interne de sa chemise. Il la mit sur la table) Voilà des informations supplémentaires pour ta tâche. Lis la seule.

Il leva la main pour faire signe à quelqu’un.

- Faites la sortir.


L’homme avec le gant de baseball (dont il avait revêtu, soit dit à passant) s’approcha de moi.

- Allez, viens beauté, je veux m’amuser un peu!


Il m’attrapa par le bras. J’essayai de me dérober en criant :

-Lâches-moi, espèce d’enfo*ré!


Je dus dire quelque chose de drôle, car il se mit à rire. Il ne m’en faut pas plus; avec ma main libre, je lui fis profiter d’un bon crochet du droit dans la mâchoire. Il me lâcha alors en tombant sur le sol. Je mis l’enveloppe que m’a donné papi dans la poche de mon pantalon tout en crachant sur ma victime. Je me dirigeai en vitesse vers l’étage, croisant les doigts pour que Rin et Zero n’aient pas remarqué que je n’étais pas là.

Je les retrouvai grâce à leur odeur, qui, bizarrement, était extrêmement forte. Je tournai la poignée de la chambre où la senteur était plus présente, et vis qu’elle était verrouillée. Je soupirai. Qui, depuis la Grande Explosion, verrouillais sa porte? Tous les Créatiques étaient capable d’en venir à bout. J’écrasai donc le bout de métal dans ma main et le jetai au sol. Je poussai la porte et la refermai derrière moi sans relever la tête, me cherchant une quelconque excuse à mon absence. Mais lorsque je posai les yeux sur la scène, aucun son ne put sortir de ma bouche.

Une vraie boucherie.

La prostituée de tout à l’heure avait été complètement massacrée : ses seins avaient été arrachées, le ventre était déchiré, exposant ses organes à la vue de tous. Les timbrés étaient occupés à manger la chair de la femme lorsque Rin me remarqua dans mon coin.

Bon Dieu, mais qui était donc capable de faire ça à un être humain, p*tain!? Étaient-ils des démons du cannibalisme?

Je dus me retenir mon envie de vomir à deux mains lorsque la jeune femme me tendit un morceau de chair.

– Va s’y, prends-en, tu en mérites. Ne sois pas si gêné, nous ne voulons pas te manger. Tu sens trop bonne l’amour interdit. Hihihi!


Je ne répondis pas, ayant trop peur de dégueuler si jamais j’ouvrais la bouche. Sans perdre son enthousiaste, Rin pausa le morceau de chair à mes pieds avant de retourner auprès de la prostitué.

Je vais vomir.

Incapable de bouger, je regardai les démons dépecer et manger la femme. J’eus l’impression que des années passèrent lorsqu’ils se décidèrent enfin d’arrêter. Ils mirent feu à la chambre, et on quitta ensuite le bar, ni vu ni connu.

Je ne comprenais toujours pas pourquoi je ne m’étais pas enfuis en courant en voyant ce qu’ils avaient fait. J’avais toujours envie de vomir. Sentiment qui se renforça lorsque Rin attrapa ma main en riant d’une manière extasique. Je voulus me dérober, mais dans le fin fond de moi-même, je savais que j’avais besoin de ces deux-là de mon côté.

Bon, il est évident que personne ne les voudrais comme ennemi dans le risque de se faire bouffer tout cru.

Au but de plusieurs minutes, Zero finit par nous arrêter.

– Arrête-toi ici. C’est l’heure de ta punition.


Immédiatement, je lâchai la main de Rin et m’éloigna du duo de plusieurs pas. Les connaissant un tant soit peu, je ne voulais pas savoir qu’est-ce que Zero voulait dire par « punition ».

Je m’assis alors par terre, le dos contre un tronc d’arbre. J’étais si épuisée que j’en oubliai l’enveloppe bien au chaud dans ma poche de mon pantalon et que je n’en remarquai pas la présence de l’homme à la capuche non loin de nous.

_________________
avatar
Nora Rosenwald

Messages : 21
Date d'inscription : 10/01/2016
Age : 24

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre
Arme: deux longs poignards tranchant en fer / un poing américain avec une lame de couteau / Une épée dont le manche est fait d'onyx et d'or

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t82-nora-tout-perdre-en-vou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Darkness of Origins

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum