[16+] Les Origines d'Exerapido X

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[16+] Les Origines d'Exerapido X

Message par Exerapido X le Ven 13 Mai - 20:49

-----Partie 1: La cabane-----



Une lueur. Un battement. Une lueur claire, douce. Nouveau battement. Une silhouette, grande, élancée. Inconnue, mais familière à la fois...

Je me réveillai en sursaut.

"Encore" pensai-je.

Le soleil commençais à se montrer le bout de son nez. Maudit soit-il. Il est trop clair, flamboyant et aveuglant. Il a l'air de penser pouvoir tout éclairer autour de lui.

Mais c'est faux. Je reste perdu dans l'ombre.

Même ma mémoire me fait défaut. Peu importe ce que je fais, je vais toujours me demander ce que je fabrique ici, pourquoi je vis dans cette forêt, alors que mon passé est un mystère. QUEL BORDEL! Je cours d'arbre en arbre à longueur de journée, sans même savoir pourquoi je le fait. Je chasse, mais n'ai jamais faim. Je dors, mais n'ai jamais sommeil.
D'ailleurs, depuis quelques temps, je fais constamment ce rêve, d'une forme humaine qui avance dans une douce lumière apaisante... et ça me saoule. Je ne comprends rien. Fait-elle - parce que je suppose qu'il s'agit d'une femme - partie de mon passé? Je l'ignore. Je descendit de mon arbre et partît vers le sud.

Ce matin-là, j'ai suivi un daim qui gambadait à travers les arbres. J'ai tenté de l'abattre de mes flèches, mais ce dernier semblait plus vif que tout ceux que j'avais rencontré auparavant. Lorsqu'il a débouché sur une clairière, je me suis arrêté. Quelque-chose m'intriguais.

"Une cabane!"

Je n'en avais jamais vue de semblable. Du moins pas dans la forêt. Le peu de villages que j'ai pu visiter dans ma pitoyable existence étaient bien plus... comment dire? Miteux. C'est cela. Cette demeure n'était pas miteuse. Premièrement, elle était dans un arbre; un énorme chêne au tronc massif, aux feuilles verdoyantes et dégageant un parfum étrange, mais non désagréable.
Deuxièmement, dès mon arrivée dans la clairière (de laquelle le daim avait fui depuis belle lurette), les oiseaux perchés dans les branches du chêne cessèrent de chanter. Ils m'observaient à présent d'une œil suspicieux. Une loutre nageait dans un étang derrière la cabane, en compagnie de quelques oies. Dès qu'elle m'aperçût, elle se réfugia sous la surface de l'eau en un clin d’œil.

Je posai le pied dans la première marche d'une échelle de cordage qui menait vers la porte. J'y grimpai aisément. L'intérieur était propre, une ambiance chaleureuse régnait... du moins, c'est ce qu'une personne normale aurait probablement dit. Je restai alerte, malgré l'apparence somptueuse des lieux.

La pièce dans laquelle je me trouvais - probablement le salon - était décoré "à la forestière", vous voyez ce que je veux dire? Qui que vous soyez... Bref, il y avait des peaux, sur les murs, un plancher de différents bois, des bancs de souches, etc. J'inspectait les alentours lorsqu'une voix m'interpella:

-Qui t'as permis d'entrer?

Je sentait la pointe d'une arme sur ma nuque, ce qui m'incita à rester prudent. Lentement, je me retournai, pour faire face à une fille, grande, svelte et aux traits fins. Ses longs cheveux, couleur de braise, lui descendaient jusqu'au milieu du dos. Ils lui donnaient une allure presque infernale, luisant d'une clarté orangée au soleil, si ce n'étaient ses yeux bleus azurs qui contrastaient. Elle aurait pu être jolie, si elle ne me menaçait pas avec son arme. Une arme étrange, à bien y regarder. Je n'en avais jamais vue de telle. On aurait dit un poignard à lame double, avec un manche couvert de bois mouillé et un garde en acier.

Un instant...

Du bois mouillé?

Et comment ce fait-il que je n'aie rien entendu? Pas même un pas?

-Réponds-moi! insistait la fille.

Que faire? pensai-je. La tuer? Tenter te discuter? Comme j'était curieux, j'ai opté pour la diplomacie.

-J'ignorait que tu vivais ici...
-Allons donc! coupa-t-elle agressivement. Ils m'ont retrouvé, c'est ça? Ils t'ont envoyé ici pour me punir?
-Mais de quoi est-ce que tu parles?

Puis sans crier gare, elle passa à l'attaque. D'un coup de pied, elle me projeta contre la porte, qui résista au choc sans s'ouvrir. Avant même de pouvoir songer à répliquer, une gerbe brillante se forma au creux de sa main; une gerbe d'eau, qu'elle lança sur moi avec une force qui, cette fois, ne fit pas résister la porte. En une seconde et quart, j'était tombé dans l'étang.

Je me relevai péniblement, le dos en compote. Une Fille de l'Eau, pensai-je. Et puissante en plus - Aïe! - Je vais tout de même garder mon calme.
La rousse se tenait sur son balcon et me toisait.

-Vas-tu te décider à parler, ou devrais-je te noyer pour te forcer à avouer? dit-elle.
-Je ne comprends pas! rétorquai-je. D'ailleurs, tu aurais bien du mal à m'approcher pour me noyer.
-Oh, je n'en ai pas besoin, répondit-elle avec un regard malicieux.

Au début, je ne tiquait pas son allusion, mais lorsqu'elle leva sa main, j'ai compris.

Une fille de l'Eau.

Oh non...

Aussitôt que la fille ferma son poing, une force invisible me tira vers le fond plus rapidement qu'un battement de paupières. Je luttais, je me débattais de toutes mes forces pour monter à la surface, mais l'eau elle-même  me retenais prisonnier! À travers les bulles d'air qu'expulsaient mes poumons, je pouvais voir le visage de ma tortionnaire, qui restait stoïque face à la scène, qui dura 5 secondes... 10... 20... 30... un moment est venu où je ne pouvais plus compter. Pour elle, c'était une victoire face à ses mystérieux ennemis, dont je ne fait pas partie.

"Ouais... ni de quoi que ce soit d'autre, d'ailleurs. Pourquoi est-ce que je m'acharne à lutter? Que vaut ma vie, depuis cette explosion...? En avait-je seulement une, de vie, avant cela? Je n'ai aucun but, aucun passé, ni aucun avenir...

Alors que je me résignait à mourir, l'étreinte de l'étang se relâcha, pour me laisser remonter subitement à la surface, me laissant à nouveau libre de respirer. Je toussai, expulsai l'eau de mes poumons avec difficulté. J'ignorais ce qui m'avait libéré, mais j'étais furieux; parce que l'on m'avait agressé, ou parce que l'on m'avait arraché à la mort? Je ne le sais point. Toujours est il que quand je me suis retourné, arc à la main et flèche encochée, la fille aux cheveux roux n'était plus seule.

Un homme barbu, grand, costaud, vêtu de vert et coiffé d'une béret, la tenait par derrière dans une étreinte robuste et ferme. Il tenait un long poignard de survie entre ses poings et pointait la lame sur la gorge de la rousse qui se débattait de plus belle. Elle a dû perdre sa concentration lorsqu'il l'a agrippée, pensai-je. C'est maintenant ou jamais!

Je bandai mon arc au maximum, puis, après avoir pris une demi-seconde pour viser, relâchai la corde, propulsant ainsi la flèche qui alla se ficher...

Dans la jambe de l'homme au béret.

Ce dernier hurla sous l'effet de la douleur, en plus de desserrer légèrement sa prise sur la fille, qui ne perdît pas de temps pour saisir sa chance. En un clin d’œil, elle disparût pour laisser place à une loutre au pelage roux longue d'un mètre et demie! Elle était identique à celle que j'ai vue plus tôt! L'animal se débattit pendant un bref instant, puis se libéra de l'étreinte de son agresseur pour enfin s'engouffrer dans les eaux de l'étang. Sa fuite fût aussi brève que son apparition.

Je rapportai mon attention sur l'homme vêtu de vert. Il tenta de me sonner en propulsant un caillou grâce à la magie de la Terre, mais je le bloquai aisément. Je sortît mes dards et les plantai dans la gorge du gaillard. Il mourût sur le coup, bien évidemment.


Je diffuse ici les débuts de mon personnage. Je demanderais que personne ne réponde, mais je vous invite à suivre ses aventures! Merci d'avoir lu! D'autre parties s'en viennent!


Dernière édition par Exerapido X le Mer 19 Oct - 14:18, édité 1 fois
avatar
Exerapido X

Messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2015
Age : 18

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre (beaucoup de métal sur lui, tombé dans une forêt)
Arme: Arc (type Recurve Bow) et carquois équipé de 24 flèches; Courte épée; 2 lames d'acier tranchantes qui jaillissent de ses poignets: il les appellent ses "Dards"

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Les Origines d'Exerapido X

Message par Exerapido X le Sam 14 Mai - 21:06

-----Partie 2: Amber Nadja-----


Je rengainai mes dards ensanglantés. L'homme au béret gisait sans vie à mes pieds depuis bientôt une heure. Pendant tout ce temps, je n'ai fait que réfléchir aux derniers événements. La cabane. Suis-je tombé dessus par hasard? La fille-loutre aux cheveux roux. Qui est-elle? De qui a-t-elle peur? L'homme barbu. Pourquoi l'a-t-il attaqué? Faisait-il partie des gens qui effraient tant la rousse?

D'ailleurs, où est-elle passée?

Aussitôt, la surface de l'étang s'anima. Un loutre en sortit prudemment, me fixant de ses yeux bleus qui me semblaient confus. Pour sa défense, un gros homme l'avait étranglé par derrière pendant quelques secondes. Quant à moi, elle m'avait fait subir une noyade de plusieurs minutes, alors on étaient quittes.

La loutre repris graduellement son apparence humaine: en un rien de temps, la fille aux cheveux de braise était de retour.

-Pourquoi m'a-tu aidé? demanda-t-elle d'une voix hésitante. Alors, tu... tu n'est vraiment pas l'un des leurs?
-Je ne t'ai pas menti, lui ai-je répondu. Tu sais, parfois c'est bien, d'écouter ce que les autres disent plutôt que de suivre ses seules convictions.
-C'est drôle, tu m'a plutôt l'air d'un type qui se fout de tout le monde, lanca-t-elle.

Sa confession me prît de court.

-Comment t'appelles-tu? demandai-je pour éviter le sujet.
-Amber Nadja, dit-elle en tordant ses cheveux mouillés. Toi, qui est-tu?
-On m'appelle Exerapido.
-Et... c'est tout?
-Faut croire, ai-je lâché en un profond soupir.

Un moment de silence s'ensuivit. La dénommée Amber semblait mal à l'aise, quoique plus sécure qu'à notre première rencontre (Ça c'est certain!). Elle finît par se pencher sur le corps de l'homme en vert, afin de l'inspecter, probablement.

-Qui c'est, lui? ai-je demandé.
-Un Chasseur, dit-elle tout en continuant sa besogne. C'est une longue histoire... j'imagine que tu dois partir, non?

Encore une fois, sa question me surprît.

-Et où voudrais-tu que j'aille?
-Ben, je ne sais pas. Chez toi, dans ta caverne ou ta maison à la Villa des Fortunés, qui sais? N'as-tu pas de famille ou de clan à rejoindre? Des amis, peut-être?

Je baissai la tête. Elle a raison. En ai-je, moi, de maison ou d'amis?

J'avais mon idée de la réponse, mais je préférait ne pas y penser.

-La nuit approche, ai-je déclaré. Veut-tu que j'aille chercher du bois? Je peut facilement faire un feu.
-À ton aise, dit Amber.Quand tu aura fini, apporte-le au pied de l'échelle et je le monterai à l'intérieur.

Malgré sa demande un peu bizarre, j'acquiesçai d'un hochement de tête avant de me diriger vers la forêt.


Une ou deux heures plus tard, nous étions dans la cabane d'Amber. La pièce qui servait de salon était dotée d'un foyer de métal en son centre. Son cousin, m'avait-elle dit, l'avait aidée à fondre et forger le métal à l'aide de son pouvoir du Feu, il y a 2 ans de cela. Quant à elle, grâce à son pouvoir de l'Eau, elle pût refroidir le métal rapidement.

-Et qu'advient-il de lui? demandai-je à la jeune fille.
-Il est mort, répondit-elle froidement. Ce sont eux qui l'ont tué.
-Justement, parle-moi donc de ces gens que tu craint. Qui sont-ils?
-Je ne les crains pas! lança-t-elle. Ils m'énervent, c'est tout.
-Et ils doivent vachement t'énerver pour que tu réserve un si charmant accueil à tes visiteurs, rétorquai-je. Elle saisît le sarcasme.
-Ouais, t'as raison... Ils forment un clan, dans la forêt, plus au sud. Ils ont jurés de chasser les métamorphes, comme moi, de cette forêt. cela fait presque 3 ans qu'ils me recherchent.
-Pourquoi toi en particulier?

Tandis qu'elle parlait, elle avalait des tonnes de noix et de miel, prenant à peine le temps de respirer.

-Ch'est... ch'est à cauje de leur meneur, Achille.
-J'ai déjà entendu une légende parler d'un Achille, racontai-je sans trop savoir d'où ça me venait. L'histoire parle d'un grand héros qui traversait son paix, combattait des monstres, accomplissait d'innombrables exploits, grâce à son invulnérabilité. Malheureusement, il avait une faiblesse, et un jour, un flèche l'a atteint à ce point vital, et il mourût.
-En tout cas, ce Achille-là n'a rien d'un héros. C'est lui qui dirige la troupe de chasseurs. Il a une dent contre moi.
-Raconte.
-Un jour, où mon cousin et moi marchions dans la forêt en quête de nourriture, fidèles à notre habitude, nous trouvâmes leur campement. Ils étaient tous rassemblés autour d'un grand feu, alors on a décidé de s'introduire dans leurs tentes et de leur voler de la nourriture. Seulement, on est tombés sur l'un d'eux qui était endormi. On l'a réveillé par accident et il a donné l'alerte. On a dû se battre pour rester en vie. Dans la mêlée, j'ai frappé Achille violemment au visage avec mes griffes, et ça lui a laissé une grosse balafre sur le côté de la tête. Ensuite, on a réussi a fuir, mais cette brute a gardé rancune.
-C'est pour ça qu'il te poursuit? demandai-je. Ce n'est quand même qu'une cicatrice.
-Je sais... dit-elle en baissant la tête, ce que je trouvai plutôt étrange. Mais cet homme est un malade. Quand il a une idée en tête, il ne lâche pas prise. Ce salopard envoie ses larbins chercher ma planque, et d'habitude j'arrive à les garder loin... Soit celui de tout à l'heure s'est perdu, soit...
-...ils se rapprochent, ai-je terminé.

Amber hocha gravement la tête. Peu importe ce qu'elle pouvait en dire, je savais qu'elle prenait cela au sérieux.

-J'imagine que je devrai rester debout ce soir, lâcha-t-elle dans un soupir. Si je ne veut pas mourir dans mon sommeil...
-Va dormir, lui dit-je en me levant. Cette nuit, je veillerai.
-Tu... balbutia-t-elle. Tu ferait ça?

Je hochai simplement la tête.

-C'est gentil de ta part, dit-elle en se levant à son tour, tout en ôtant une mèche de cheveux de son visage. Je peut te poser une question, avant?

Je la regardai, sans mot dire.

-Encore une fois... Pourquoi m'a-tu sauvée? J'aurais pu te tuer, tout à l'heure?
-Fait-moi confiance, lui répondit-je. Personne ne te fera de mal. Je suis peut-être rancunier, mais si quelque-chose me donne envie de me battre, c'est les affrontements inégaux.
-Et maintenant, ce combat est-il encore injuste?
-Pour eux, oui, ai-je dit, un sourire en coin.

Nous nous serrâmes la main; un accord vite réglé, tel que je les aime. Ils me donnent l'impression d'avoir un but dans cette vie d'errance. Un objectif. Une mission.

Une cible.


=> À suivre, partie 3: Les mercenaires.
avatar
Exerapido X

Messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2015
Age : 18

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre (beaucoup de métal sur lui, tombé dans une forêt)
Arme: Arc (type Recurve Bow) et carquois équipé de 24 flèches; Courte épée; 2 lames d'acier tranchantes qui jaillissent de ses poignets: il les appellent ses "Dards"

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Les Origines d'Exerapido X

Message par Exerapido X le Mer 6 Juil - 15:54

-----Partie 3: Les Mercenaires-----


Le matin venu, Amber me trouva perché sur le toit de sa cabane, à une bonne douzaine de mètres au-dessus du sol. J'observait le sud, sous le soleil levant à l'est, afin de me donner une idée du terrain (mine de rien, cette forêt est immense). D'après ce que j'ai vu, les clairières se faisaient rares; nous allions donc avoir beaucoup de temps à perdre dans la végétation dense.

-Hé! lança Amber, en bas. Depuis quand te prends-tu pour un oiseau?
-J'observe les environs. Tu as bien dit que leur camp se trouvait là-bas?
-Exact, répondit-elle. Tu veux déjà partir?
-Ne veut-tu pas en finir au plus vite? répliquai-je.
-T'as raison, dit-elle. Allez, descends de là. On y va.

Je la rejoignît de la meilleure façon qui soit: je m'élançai vers le bord du toit avant de me jeter dans l'étang les bras ouverts. Lorsque je ressortît de l'eau indemne, j'entendît Amber marmonner "Frimeur!" avant que l'on se mettent en route.

Nous marchions depuis 6 heures, nous frayant un chemin parmi la multitude de plantes et d'arbres serrés. Les feuillages nous gardaient à l'ombre, rendant le voyage moins pénible. Dur de dire qui guidait et qui suivait: je connais bien l'ensemble de cette forêt, mais la fille-loutre habite les environs depuis des années. Ce qui faisait en sorte que parfois elle me suivait, et parfois elle ouvrait la marche.

Elle engageait souvent la conversation, ce à quoi je n'était pas habitué en plein déplacement. Toutefois, je n'avais aucune difficulté à lui répondre, comme si, depuis toujours, j'était familier à ce comportement.

-Tu ne m'as pas dit d'où tu venais, non? demanda-t-elle à un moment, tout en farfouillant dans des buissons pour chercher des baies.Je ne t'ai jamais vu dans le coin, c'est étrange.
-Parce que je n'y était jamais passé auparavant, ai-je répondu. Ça me semble évident.
-Bon, d'accord, mais tu ne réponds pas à ma question.

Devant mon silence, elle enchaîna avec autre chose.

-Okay! Alors qu'est-ce qui t'as mené par ici? Tu n'as pas du venir par hasard.
-Eh bien c'est cela, justement.
-Oh! allez! Sois sympa! Tu ne fais rien de ta vie? Tu n'as pas d'endroit familier à visiter? Personne à qui parler? Tu sais, maintenant que je suis là...
-Silence, lançai-je. Baisse-toi.
-Mais t'es qui, toi, pour me dire de la fermer?! s'emporta-telle. T'as pas le - WOAH!

J'ai du l'agripper par le bras pour la faire taire et se baisser. Mais le mal était déjà fait. Alors qu'elle jacassait une minute plus tôt, j'ai aperçu une clairière occupée par une douzaine de types, semblables à celui qu'on avait croisé la veille: vêtus de vert, portant des bérets et bien bâtis. Ils étaient rassemblés autour d'un feu de camp, mais à cause d'Amber, quatre d'entre eux étaient maintenant debout et regardaient dans notre direction, prêts à prendre les armes.

-Qu'est-ce que c'était? ai-je entendu parmi le groupe.
-J'ai entendu une voix, dît un autre.

Il est évident qu'ils font partie du clan de Chasseurs que nous cherchions. Nous n'étions pas encore repérés, mais l'effet de surprise était foutu.

Du moins, c'est ce que je pensait avant qu'Amber ne chuchote:

-J'ai une idée! Mets ça au bout d'une flèche et vise le feu.

En moins d'une seconde, elle créa avec ses mains une espèce de tube formé d'eau, qu'elle me tendît. Il ne se brisa ni dans ma main, ni au bout de la flèche. Sans trop comprendre sa stratégie, je bandai mon arc et tirai ma flèche dans le feu alors que les hommes déjà levés s'approchaient.

On entendît alors un énorme "PSSHHH!" alors qu'apparût un formidable nuage de vapeur d'eau au milieu de la clairière. On n'y voyais presque rien! Je fût soudain épaté par la vivacité d'esprit de ma compagne, que je n'avait même pas soupçonnée. Je saisi l'occasion et me cachait dans un arbre vers la gauche alors que je sentît Amber partir à droite. Les chasseurs hurlaient, juraient, se demandaient ce qui se passait, jusqu'à ce que quelques secondes plus tard, le nuage se dissipa.

De nos perchoirs respectifs, nous pouvions mieux voir les lieux, ainsi que leurs occupants. Cinq d'entre eux étaient armés de poignards, deux de lances, deux autres de dagues et trois avaient des arcs; le treizième portait un trident en ivoire et une petite arbalète en bandoulière. Celui-là avait une plume bleue sur son béret.

-QU'EST-CE QUI VIENS DE SE PASSER?! hurlait-il à la ronde.
-Une embuscade? dit un type avec un poignard.
-Peut-être, dit un homme avec une lance. J'ai cru voir une flèche traverser le campement.
-Trouvez-moi celui qui a fait ça! cria celui au béret à plume - sans doute le chef du groupe. Un autre gars armé d'un poignard vînt confirmer mon hypothèse.
-Mais capitaine, j'ai entendu une voix de fille...
-M'EN FICHE!! Je veux les responsables amenés devant moi!
-Y'a quelqu'un en haut, là! lança un homme en pointant son arc dans ma direction.

C'est le moment d'agir.

Alors que les types armés d'arcs me visaient, je sautai de ma branche vers le milieu de la clairière, sortant mes dards. Leurs flèches me ratèrent, et j'atterrît sur deux d'entre eux, leur perçant la gorge d'un seul coup. L'archer restant s'apprêtait à me tirer dessus lorsque l'arme d'Amber vînt lui trancher la jugulaire. Il s'effondra au sol, et le chaos suivît.

Les cinq chasseurs aux poignards se jetèrent sur nous. Deux d'entre eux périrent d'une flèche entre les yeux. Amber frappa un troisième au visage, qui tomba par terre, tandis qu'un quatrième chargeait dans son dos. Elle lui envoya un coup de couteau en plein visage d'une pirouette sur elle-même, avant de bondir sur le type au sol et de lui percer le cœur. Le cinquième ne fît pas long feu: il était habile avec son poignard, certes, mais face à mes deux lames, il n'arriva plus à bloquer mes coups. Profitant d'une ouverture, je lui entaillai la jambe, le faisant tomber à genou, avant de lui trouer la gorge dans un giclement de sang.

Les autres nous attaquèrent ensuite, non sans un brin d'hésitation tout a fait compréhensible. Ceux avec des lances et des dagues se séparèrent en deux duos, comme pour équilibrer leurs forces (ça me fait rire, à bien y penser. Ils se croyaient en combat équilibré... Pff!). Amber se chargea des siens tandis que je bloquaient les coups avec mon épée. Courte, mais rapide, cette arme m'a toujours accompagné partout où je suis allé. Et ce jour-là, elle ne m'a pas fait défaut. J'ai fini par casser la lance d'un des types d'un coup de pied, faire volte-face pour transpercer l'autre de mon épée, avant de trancher net la tête du premier.

Un instant plus tard, Amber vînt à bout de ses adversaires, et nous avançâmes vers leur capitaine. Ce dernier ne savait plus qui menacer avec son arbalète. Il décida de tirer sur Amber, qui fît dévier la carreau avec une gerbe d'eau. J'en profitai alors pour bondir sur lui. Il tomba sur le dos, puis je le maintînt fermement au sol en le plaquant de ma main gauche et en le menaçant de ma main droite, dard pointé sur son oeil.

-Maintenant, lui dis-je d'un ton menaçant, tu vas nous dire exactement d'où tu viens.
-Tu t'attaques aux mauvais gens, étranger, dit-il en serrant les dents. Nous ne voulons que le bien du monde en éradiquant les métamorphes de ce monde. Tu ferais mieux d'y penser, car nos ennemis ne font pas le poids face à nous!
-Ah oui? rétorquai-je en serrant le poing sur lui. J'ai au moins mille raisons d'en douter!
-Vas-y! Fais le malin! lança le capitaine, un sourire en coin. Défie-nous et subis la rage des chasseurs d'Achille!

Sur ces paroles, il releva la tête d'un coup sec pour se la transpercer lui-même avec mon dard. Je le lâchai, laissant son corps choir sur le sol ensanglanté dans un dernier soupir.

Nous observâmes, Amber et moi, son cadavre, toujours orné d'un rictus moqueur dans le visage. Après un moment, je me tournai vers elle. Ses cheveux avaient légèrement frisés. Un long silence s'installa.

-Cet homme est cinglé, déclara-t-elle simplement.


=> À suivre, partie 4: Oiseau de proie.
avatar
Exerapido X

Messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2015
Age : 18

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre (beaucoup de métal sur lui, tombé dans une forêt)
Arme: Arc (type Recurve Bow) et carquois équipé de 24 flèches; Courte épée; 2 lames d'acier tranchantes qui jaillissent de ses poignets: il les appellent ses "Dards"

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16+] Les Origines d'Exerapido X

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum