Daisuki Bluefire / Le survivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Daisuki Bluefire / Le survivant

Message par Daisuki Bluefire le Lun 4 Juil - 10:28


Bonjour, je m’appelle Daisuki Bluefire


I- Carte du personnage


Nom: Bluefire
Prénom: Daisuki
Age: 21 ans
Éléments: Feu

Armes: Deux lourdes épées sacrées possédant une lame rasoir illuminée d'un feu bleu grâce à son pouvoir élémentaire, une chaine possédant des faucilles à chaque extrémité et deux couteaux à lames rétractables tenant sur ses poignets.
Race: Métamorphe

Autre: Lion (mélanisme)
Thème musical:  Cliquez!




II- Personnalité et physique



JE SUIS CE QUE JE SUIS ...

Daisuki a grandi à l’orphelinat dès ses huit ans, ses parents sont morts dans un attentat terroriste. Le jeune homme n’a jamais été très à l’aise en société. Ayant vue la mort de ses parents, il se méfie de tout le monde. Il aime affronté ses peurs, il ne veut pas être faible. Lorsqu’il a eu 18 ans, il s’est inscrit à l’armée. Tout ce qu’il désirait, c’était de pouvoir sauver des familles. Il ne voulait pas que d’autre vivent ce qu’il avait vécu. Shinigami Raïon est son meilleur ami et son frère d’arme. Daisuki connut l’infirmière Amélia sur le champ de bataille. Sa vie semblait parfaite jusqu’à ce que cette maudite bombe explose et gâche sa vie pour toujours. Aujourd’hui, Daisuki est un valeureux guerrier n’ayant plus rien à perdre sauf son meilleur ami. Il n’aime pas être dans un endroit rempli de personnes, mais est capable d’y être. Il parle aussi bien le français que l’anglais.


Daisuki est un homme grand à la peau très pale et aux cheveux bleu foncé. Il possède des yeux pers, ceux-ci sont parfois bleu, parfois noisette. Sa mutation génétique est qu’un symbole étrange ressemblant à un ‘‘Z’’ blanc illuminant mauve à moitié couché apparait sur son œil droit (voir : http://img15.hostingpics.net/pics/403506ydjbg52kixhjdwvrnwcduk5hi7ynlsrlhq.jpg ). Sa mutation se déclenche lorsqu’il pense à commettre un meurtre ou qu’il pense à une personne qu’il a tuée. Daisuki possède un tatouage sur tout le côté droit de son visage. C’est lui qui s’est fait ce symbole. Il l’a fait car tout le côté droit du visage de sa mère a été pulvérisé à cause de l’explosion des terroristes. Son corps a été retrouvé ainsi à moitié carbonisé. Ses parents sont tous deux morts suite à l’explosion. Une mort rapide au moins. Shinigami a pour sa part un tatouage du côté gauche de son visage. Daisuki est un métamorphe, il a fusionné avec un lion complètement noir atteint de mélanisme du nom de Léo.  Daisuki est ceinture noire de Teakwondo et ancien commandant d’une armée.



Arme :
Lourdes épées sacrées -> http://img15.hostingpics.net/pics/312510ARMERASOIRDAISUKI.jpg

Chaîne -> http://img15.hostingpics.net/pics/285075arme1chaineavecdeuxfaucillechaquebout.jpg

Couteaux à lames rétractables -> http://img15.hostingpics.net/pics/497274arme2couteaulamertractabletenantsurlepoignet.jpg




III- Il était une fois…



VOICI MON HISTOIRE ...



Enfance
J’adore mes parents, ils sont tout pour moi. Pour me féliciter pour mon excellente année scolaire (j’ai les meilleures notes de la classe), ceux-ci m’ont amené à Walt Disney. Ce lieu était le rêve de tout enfant. Bientôt, j’aurais huit ans. Mes parents m’ont expliqué que j’avais cent dollars à ma disposition pour m’acheter un cadeau de fête. Je me suis donc acheter un toutou énorme du Roi Lion, c’est mon film préféré. C’était le plus beau jour de ma vie…

Cette après-midi, nous fessions la file pour le plus grand manège du parc (j’ai toujours aimé l’adrénaline) lorsqu’une alarme se mis à sonner. Que ce passait-il? Une madame se mit à crier des mots anglais à toute allure. Je ne comprenais pas ce qu’elle disait, malgré mes bonnes notes en anglais. Cette femme parlait trop vite… Mon père lui, sembla comprendre, il semblait paniqué. Il attrapa ma main et celle de maman et nous tira vers la sortie du parc. Tout le monde courait par là. C’était de la folie. Une petite fille à ma droite tomba au sol, ses parents continuèrent de courir vers la sortie pendant que la fillette se fessait piétiner par les gens apeuré. J’eus envie d’aller l’aider, mais mon père me tira vers lui. Il me tenait si fortement le bras que j’étais certain que j’allais avoir un bleu.

– Daisuki, vient ici je vais te prendre dans mes bras.

– Papa… Qu’est-ce qui se passe?

Il ne me répondit pas. Tout à coup, tous arrêtèrent de courir. Immobilisé dans un bouchon humain, serré les uns contre les autres et ne pouvant plus bouger, je pouvais apercevoir les portes barrées. Mon cœur battait fort, mon bras me fessait mal et j’étais apeuré. Pourtant, je ne versais aucune larme. <<  Je dois être fort, je ne dois pas pleurer. >> C’est ce que je n’arrêtais pas de me répéter. La femme ayant parlé il y a dix minutes, se fit entendre de nouveau.

– Chéri, les enfants se sauve par la gauche. Qu’a dit la femme?

– Elle explique pourquoi ils nous ont emprisonnés.

– Pourquoi ont-ils fait cela?

– Ils veulent punir les égoïstes. Elle dit que nous pouvons nous offrir de beaux voyages ici, mais que pendant ce temps d’autres meurent de faim. Elle veut que nous servions d’exemple.

– Qu’est-ce que cela veut dire papounet?

Mon papa et ma maman se tournèrent tous les deux vers moi. Non seulement maman pleurait, mais papa aussi. Je ne l’avait jamais vue pleurer. Un frisson de peur me parcouru. Mes parents m’enlacèrent en me disant comment ils m’aimaient, papa me donna son portefeuille en me disant de bien le cacher, puis me dit de suivre les autres enfants. Je ne voulais pas quitter mes parents, mais ils me supplièrent d’y aller. J’avais confiance en eux et je savais qu’ils ne voulaient que mon bien. Je les écoutais donc et partis… Loin d’eux.

Je passais entre les jambes des adultes, le bouchon était compact, mais il y avait tellement d’enfant s’éloignant que des passages s’étaient créés. Lorsque je fus enfin à l’extérieur, je n’eus aucune idée par où aller. Tous allaient dans diverse endroit. Je couru alors vers les escaliers menant à un manège. Je voulais être en hauteur pour apercevoir mes parents. Pourquoi mon père m’avait-il donné son portefeuille? J’étais complètement perdue. J’apercevais encore des enfants sortirent du bouchon et mes parents au milieu lorsqu’un énorme bruit résonna. Je ne compris pas tout de suite ce qui se passa ou plutôt je ne pouvais pas l’accepter. Une bombe, une bombe placé juste devant le portail de la sortie du parc avait explosé propulsant le bouchon dans les airs. Les corps inerte retombèrent dans un bruit étrange au sol après le vol d’une hauteur d’environ dix mètres.

– PAPA! MAMAN!

Je fixais la scène sans bouger, les yeux grands ouvert. Non… Non… C’était impossible! Pas ici! Pas maintenant! Non! J’entendais des pleurs, les enfants rescapés pleuraient tout comme moi. Je ne voyais pas mes parents, il y avait trop de fumée. Je n’osais pas bouger de mon perchoir, j’avais peur qu’il y aille une seconde bombe.



La journée de mes huit ans
Depuis que je suis ici, à l’orphelinat, je passe toutes mes journées dans le noir de cette salle de bain. Il y en a quatre au total, mais seulement l’une d’elle ne possèdent aucun fenêtre. De plus, j’ai choisi la salle de bain puisque c’est l’une des seuls endroits possédant une porte qui se barre. Je n’en peux plus de voir leur petit sourire. Tous ont perdu leurs parents, mais ils n’y pensent pas. Ils ont facilement tournés la page et sont aujourd’hui heureux. Cela me dégoute. N’ont-ils donc jamais aimé leur famille?  Rachelle, m’apporte un plateau de nourriture trois fois par jour. Elle le remplit toujours au complet, mais je ne prends que le pain et l’eau à chaque fois. Je n’ai pas faim, je n’ai plus envie de faire quoi que ce soit sauf pleurer ici dans le noir, mais je dois me nourrir un peu sinon on m’a expliqué que je serais obligé de travail à la cantine. Je ne voulais pas travailler là-bas et devoir servir tous ces enfants souriant. Je serais le portefeuille de mon père contre ma poitrine. Parfois, j’ouvrais la lumière et regardais le permis de conduire à lui et à maman. J’avais peur d’oublier à quoi ils ressemblaient avec le temps…

Hier, un certain Jean-Sébastien est venu me parler. Je ne l’ai pas laissé entrer dans mon refuge. Il est psychologue, il pense que je suis en dépression. N’importe quoi. Je suis seulement en deuil. Quoi de plus normal après la mort des seules personnes importantes dans ma vie? Il croit aussi que je suis traumatisé par l’attentat et que j’ai peur. Je déteste cet homme. Il devait se croire bien intelligent lui, d’arriver comme cela et de vous analyser pour vous dire au final que vous êtes quelqu’un de gravement perturbé! Imbécile.

Je pleurais sur le carrelage froid lorsque j’entendis cogner à ma porte. Je ne bougeais pas, ne répondis pas, il allait finir par partir. Pourtant, les coups se firent de plus en plus nombreux et de plus en plus bruyant.

– Es-tu as bientôt fini? J’ai vraiment envie de pisser!

– Va dans une autre salle de bain!

– Je ne peux pas! Si je monte un escalier, je vais exploser… Ste plait! Allez soit gentil man!

Je soupirais, si je ne le laissais pas faire, je sentais que j’allais être coincé avec lui longtemps… J’allais ouvrir la porte le regard noir. De l’autre côté de la porte se trouvait un garçon aux cheveux blancs et aux yeux bleu-gris qui dansait d’une jambe à l’autre.

– Oh… On s’est levé du mauvais pied à ce que je vois!

Il me dit cela avec un sourire. Trop heureux. Je grimaçais. Il me dépassa et alla directement à la toilette. Sans prendre la peine de fermer la porte, il se mit à faire sa petite affaire. J’avais hâte qu’il dégage! Lorsqu’il se lava les mains, il me parla de nouveau.

– Tu t’appelles comment? Je ne me rappelle pas te t’avoir déjà vue ici… Tu as de beaux cheveux, c’est la première fois que j’en vois de cette couleur.

J’eus un flashback de la chevelure noir de mon père et celle bleu de ma mère. Le chagrin refaisait encore surface.

– Moi c’est Shinigami, tu as l’air d’avoir pleuré… Veux-tu en parler? C’est au sujet de tes parents? Les miens m’ont abandonnés, ils voulaient une fille… On ne choisit pas nos parents en?

– Je m’appelle Daisuki. Mes… Mes parents sont morts lors de l’attentat à Walt Disney le mois dernier.

– Toi au moins ils devaient t’aimer…

– Les miens ne sont plus en vie, les tiens oui.

Shinigami se mit à rire. Son rire n’était pas heureux.

– En fait, je suis content d’être né masculin. Comme cela, je ne serais pas jeté comme un moins que rien plus tard après m’avoir attaché à eux. Les miens attentent trop de leurs enfants, ils ont vendus ma grande sœur parce que celle-ci pleurait trop. Elle s’est suicidée une semaine après. Je déteste mes parents. Je les laisserais bien mourir pour ramener les tiens!

C’était la première personne ne me demandant pas de tourner la page. Il ne me prenait pas non plus pour un f*u, mais il ne comprenait pas ce que cela fessait… De voir ses parents se faire tuer devant ses yeux.

– Ne dis pas cela. Tu ne sais même pas ce que tu dis…

– Ah! Ah! Ah! Oh oui je le sais! Mon cher père a tué mon petit frère sous l’ordre de ma mère devant mes yeux.

Je ne sus quoi répondre à cela. Ce garçon décida alors de changer de sujet.

– Tu veux venir jouer dehors avec moi? Quel est ton jeu favori?

– Comment fais-tu?

– Hein?

– Comment fais-tu pour parler de la mort, puis de jeux?

– Je me dis que mon frère et ma sœur aurait aimé que je continue à vivre.

Mes parents, eux aussi auraient aimés que je continue à vivre. Ils n’auraient pas aimés que je reste enfermé dans cette salle dans le noir… Seul.

– Le basketball.

– Hein?

– C’est mon jeu préféré, mais mon sport préféré est le Taekwondo.

– C’est noté! Il y a des ballons de basket dans la remise, suis-moi!

– Au juste…

– Oui?

– Merci.

– T’inquiète l’ami!

Ami. Ce seul mot me fit chaud au cœur, je n’étais plus seul.

– Toi, c’est quoi ton sport préféré?

– Le soccer! Mon jeu préféré est par contre volé du chocolat à la cantine.

Je me mis à rire tout en suivant ce nouvel ami. Pouvais-je avoir confiance en lui?


Mon métier
À dix-huit ans, c’était le temps où je devais me trouver un métier. Lorsque ma professeure m’avait demandé ce que je voulais faire plus tard, je lui avais répondu : << Sauver des familles. >> Elle pensait alors que je voudrais devenir policier, mais je lui répondis que non. Les policiers n’ont rien fait lorsqu’il y a eu les attentats. Ils ont paniqués eux-aussi. Les seuls nous ayant aidé sont arrivés trop tard, mais ils ont tout de même sauvé des vies. Je veux devenir comme eux. J’ai donc expliqué à ma professeure que je désirais m’inscrire dans l’armée. À partir de ce moment, elle fit tout son possible pour m’y empêcher, mais j’étais décidé. Shinigami décida de me suivre. J’essayais de l’en dissuader en lui disant qu’il ne devait pas risquer sa vie pour me suivre, mais il était déterminé.

Nous étions maintenant sur le champ de bataille. Déjà, j’avais été nommé commandant et Shinigami lieutenant commandant. Nous étions des bêtes de travail, toujours là à essayer de dépasser l’autre. Pour l’instant je gagnais, mais de peu. J’aimais notre complicité. Nous étions inséparables. Une nuit d’hiver où il pleuvait des cordes, je fus gravement touché à l’abdomen. On m’amena à l’infirmerie. Une jeune femme à la beauté surnaturelle m’y soigna. Je savais que c’était la femme de ma vie. Elle me dit se nommé Amélia. Cette splendide femme n’était malheureusement ici que pour le mois. Je lui promis de venir la rejoindre après ma mission.

Nous nous sommes finalement mariés. Cette femme avait réussi à me guérir totalement, non seulement je n’avais aucune cicatrice sur le ventre grâce à elle, mais j’étais aussi heureux de vivre. J’étais heureux, pour une seconde fois dans ma vie, j’avais des personnes à aimer. Nous habitions dans un appartement, nous en haut et Shinigami en bas. Lui, il n’avait pas encore trouvé l’amour de sa vie, mais il était heureux pour moi. Il nous rendait souvent visite.

– Tu devrais essayer de te trouver une femme pour la vie mon ami.

– Je ne suis pas comme toi Dai, j’ai besoin d’adrénaline. De plus, je ne peux pas en choisir qu’une. J’ai donc décidé de toutes les choisir, je les aime toutes!

Je me mis à rire.

– Tu es cinglé.

– Et toi fermé d’esprit.



Cette journée là…
Bientôt, je pourrais retourner chez moi. J’avais très hâte de finir cette mission, car ma femme et moi avions décidé d’essayer d’avoir des enfants. Ma mission n’avait qu’une durée de trois mois, mais elle était dangereuse. Chaque jour, des bombes explosaient partout autour de nos troupes. J’aurais aimé que mon ancien psychiatre m’y voie, j’étais calme et courageux. J’étais le commandant ici, je devais rester zen, sinon, Shinigami prendrait ma place et cela ne se produirait pas. Mon piètre psychiatre de pacotille c’était lourdement trompé sur mon compte.

J’étais couché dans mon lit, lorsqu’Eiden entra telle une furie dans ma chambre en me criant dessus que l’ennemi avait franchi le secteur 3. Comment ont-ils pu détruire les trois barrages en quelques minutes? Pourquoi ne m’avait-on pas réveillé avant? Reste calme. J’essayais de me contrôler, mais j’étais furieux.

– Je veux parler à mon lieutenant commandant.

– Oui, commandant, je cours chercher monsieur Raïon.

Je m’habillais en quatrième vitesse et m’équipais de mes armes. Je ne possédais pas seulement des armes à feu, mais aussi des armes blanches. Soit deux lourdes épées sacrées possédant une lame rasoir illuminée d'un feu bleu grâce à son pouvoir élémentaire, une chaine possédant des faucilles à chaque extrémité et deux couteaux à lames rétractables tenant sur ses poignets. Mon meilleur ami entra à la vitesse de l’éclair dans ma chambre.

– Dai! On vient de m’informer de la situation, il on des tanks!

– On a déjà affronté des tanks. Pourquoi ont-ils réussi à passer toutes nos barrières aussi rapidement?

– Tu m’as mal compris, les soldats ennemis sont tous dans un tank.

– Combien?

– Des milliers…

Ne sachant pas quoi répondre, je le fixais la bouche ouverte. C’était impossible… Comment?..

– Dai, nos hommes attendent tes ordres.

Reprends-toi bon sang!

– Envoyez tous les avions et dites aux soldats de combattre de façon sécuritaire.

Environ une heure plus tard, l’espoir envahit les troupes. Nous gagnions. Cet alors que quelque chose que je n’aurais jamais cru se passa, une explosion eut lieu juste à côté de Shinigami. En moins d’une seconde, son bras avait été arraché.

– Bordel de m*rde!

Comment était-il arrivé ici lui? Je me mis à courir vers mon meilleur ami dans l’idée de le protéger. L’ennemi allait réattaquer et cette fois-ci, il ne manquerait peut-être pas sa cible. Shinigami utilisait sa mitraillette envers la gauche du corridor de terre, espérant toucher celui qui l’avait pris par cible, mais celui-ci avait déjà perdu un bras et ses jambes ne semblaient plus lui répondre. J’attrapais Shinigami sous les bras et commençais à le trainer à l’écart. La première chose que l’on m’avait dite lorsque j’étais devenu commandant était que je devais être le dernier à mourir, que sans moi, les troupes seraient perdues. Je savais qu’en essayant de sauver mon meilleur ami, je mettais la mission en danger, mais je m’en fichais carrément. On me tira à la jambe droite, mais grâce à ma volonté, je ne lâchais pas prise et continuais mon travail. Shinigami c’est toujours montré loyal envers moi, je ne le laisserais pas tomber. Un deuxième coup de feu se fit entendre, la balle me frôla la gorge, créant une petite cicatrice. Le sang gicla, mais je savais que ce n’était pas la jugulaire. Après avoir passé l’angle à 90 degré et m’avoir assuré que nous étions en sécurité, je tombais à genoux.

– Nous…

Je ne fus pas capable de dire à mes soldats que nous étions attaqués sur l’aile gauche. Je fermais les yeux épuisé par le manque de sang. On avait touché l’artère de ma jambe.

– Apporter-le au Gelida Immortalis Cells!

Qu’est-ce que cela voulait-il dire? Je n’eus pas le temps de l’apprendre, je tombais inconscient.



La renaissance
Je dormais sans rêver lorsqu’une douleur aiguë me réveilla. J’ouvris les yeux, ma fourrure noire comme l’encre était imbibé de la substance liquide toute verte. Deux minutes! Ma fourrure? Je me tenais sur quatre pattes, essayant de me tenir sur mes anciennes jambes, je manquais d’équilibre. Étais-ce qu’il se passait lorsque nous mourions? Nous allions dans un corps d’animal? << Qu’est-ce que tu fais dans mon corps humain?! >> << Hein? Qui me parle? >> << Moi! Le roi Léo! >> Devenais-je cinglé? Je ne savais plus quoi penser…

J’aperçus alors Shinigami un peu plus loin, il était à moitié sortit de l’une de ces cellules. Je le sortis au complet. Il ouvrit les yeux lentement, puis effrayé, s’éloigna de moi en criant.

– Bordel?! Ça n’existe pas les lions noirs!

Merci pour la définition Shinigami… Mon ami observa partout autour de lui. Nous étions dans un laboratoire, la grande majorité des cellules remplit de liquide vert et d’un être vivant étrange, étaient brisé. Que c’était-il passé? Je lu la pancarte placé sur la cellule où se trouvait mon ancien lieutenant commandant. Il était marqué son nom complet, je couru vers la mienne. Pareil, mon nom. Juste à côté, se trouvait une cellule vide. Il y était écrit Lion atteint de mélanisme. Voilà pourquoi il était noir… Je fis le saut en me retournant. Shinigami m’observait.

– Dai? Pourquoi étais-tu transformé en gros chat?

C’est à ce moment que je compris que j’étais redevenu humain. Comme mon meilleur ami, je ne portais qu’un caleçon en plastique. Je n’avais aucune cicatrice, même pas la balle reçu dans ma jambe. Étrange…

– Que s’est-il passé? La dernière chose que je me souviens, c’est de t’avoir éloigné de l’ennemi et d’être tombé dans les pommes.

– Avant de tomber à mon tour inconscient, j’ai entendu un homme crier de nous amener aux GIC.

– Qu’est-ce que c’est?

- Gelida Immortalis Cells. Ils voulaient nous garder en vie pour nous réveiller dans le futur.

– Dans quel but? Pourquoi personne ne m’as parlé de cela?

– Je n’en sais pas plus que toi… Regarde mon bras…

C’est alors que je compris que les scientifiques avaient installés un bras robotique sur Shinigami. Le pauvre avait perdu son bras durant l’explosion. Je déglutis péniblement. Combien de temps avait-on été enfermé ici?

– On doit sortir d’ici.

– Je suis bien d’accord avec toi!

Deux mois plus tard, nous compriment que l’explosion avaient brisé nos cellules et nous avait réveillés. J’ai fusionné avec le lion à mes côtés pour devenir un métamorphe et mon meilleur ami est devenu un chasseur. J’ai le pouvoir du feu et lui de l’air. Nous travaillons ensemble pour tuer les démons. Nous sommes toujours inséparables. J’appris que ma femme avait succombé lors d’un accident de voiture, trop triste pour en entendre plus, j’avais alors fuis mon ancien village. De nouveau, une personne près de moi mourrait. Je déteste la mort.

Le laboratoire où on nous avait enfermés comprenait plusieurs locaux, l’un pour créer des immortels (le nôtre), l’un pour créer des clones d’un certain Zero Harris, l’un pour créer un homme résistant à tout (le dernier sujet s’appelait Roméo Sangra), etc. Il y avait de tout. C’était pour tous les goûts… Shinigami et moi mîmes tout en feu avant de partir. Les personnes ayant créé cet endroit étaient cinglés.

Aujourd’hui, je continue de sauvé des vies avec l’aide de mon meilleur ami. Que puis-je faire d’autres?



IV- Qui je suis réellement?



Initiale de ton nom: AT
Age: Entre 15 et 20 ans
Sexe: Femme
Où as-tu trouver le forum ?: Je l’ai créé
Idée de nouveauté? ?: En cours…
Es-tu enregistrer dans le répertoire de ta race: OUI
Double compte: OUI


Fiche codée par Umi sur Epicode.Ne pas retirez.
[/spoiler]

_________________
avatar
Daisuki Bluefire

Messages : 46
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 27

Caractéristiques
Race: Métamorphe
Élément: Feu
Arme: Chaine avec deux faucilles à chaque bout / 2 couteau à lame rétractable tenant sur le poignet / 2 lourdes épées sacrées à la lame illuminée d'un feu bleu grâce à son pouvoir

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t108-daisuki-bluefire-le-su

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daisuki Bluefire / Le survivant

Message par Daisuki Bluefire le Mer 6 Juil - 17:06

Je suis prêt à valider.

_________________
avatar
Daisuki Bluefire

Messages : 46
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 27

Caractéristiques
Race: Métamorphe
Élément: Feu
Arme: Chaine avec deux faucilles à chaque bout / 2 couteau à lame rétractable tenant sur le poignet / 2 lourdes épées sacrées à la lame illuminée d'un feu bleu grâce à son pouvoir

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t108-daisuki-bluefire-le-su

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daisuki Bluefire / Le survivant

Message par Carly Bluefire le Mer 6 Juil - 17:07

Je te valide, tu peux commencer un RP Wink

_________________
avatar
Carly Bluefire
ADMIN
ADMIN

Messages : 482
Date d'inscription : 06/06/2015
Age : 27

Caractéristiques
Race: Métamorphe
Élément: Eau
Arme: Shurikens / Épée-fouet / Couteaux

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Daisuki Bluefire / Le survivant

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum