Nick / chasseur de démon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nick / chasseur de démon

Message par Nick Broderson le Dim 4 Oct - 17:15


Bonjour, je m’appelle Nick Broderson


I- Carte du personnage


Nom: Broderson
Prénom: Nick
Age: 20 ans
Éléments: terre

Armes: Nick a plusieurs shurikens de diamants (vient de son élément terre) et un révolver.
Sinon, il a également une sarbacane avec différentes fléchettes :
- Fléchettes de somnifère
- Fléchettes électriques (paralyse ou tue tout dépendant de l'endroit ou la fléchette s'est plantée)
- Fléchettes empoisonné (poison de Fugu : la tétrodotoxine, contre laquelle il n'existe pas d'antidote, la mort intervenant dans un délai de quatre à six heures. Cette neurotoxine paralyse les muscles et entraîne la mort par arrêt respiratoire.)
Race: Chasseur

Autre: Démons
Thème musical:  Cliquez!




II- Personnalité et physique



JE SUIS CE QUE JE SUIS ...

Nick Broderson est quelqu’un de serviable, d’amical, de calme, de protecteur et parfois d’imprudent. Il n’aime pas garder rancune même si ça peut lui arriver à l’occasion.  Il pardonne facilement quand c’est possible. Il n’aime pas les démons ou les gens trop énervés, il tient au calme. Le jeune homme est habile au combat, très patient, parfois maladroit et lunatique. Il aime beaucoup dessiner, mais en revanche, la lecture lui plait moins. Nick fait attention à l’environnement et aime se promener en forêt ou à la plage.


Nick fit habilement danser son crayon de plomb sur la feuille blanche de son carnet, faisant tranquillement apparaitre les traits d’un beau jeune homme dans la vingtaine. Puis ce fut le tour des crayons de couleurs. Les cheveux minutieusement dessinés et à l'allure plus ou moins bien coiffés prirent la couleur de châtains teinté de reflet d’or. Les yeux eux furent colorés en noisettes et semblaient brillés comme la plus belle des étoiles. Plus les détails apparaissaient plus l’on reconnaissait le dessinateur. Celui-ci fier de son œuvre rangea ses crayons et contempla une dernière fois son autoportrait. S'était comme s'il se regardait dans la glace. Puis, il ferma son carnet.



III- Il était une fois…



VOICI MON HISTOIRE ...

Tout a commencé un 23 novembre à l’hôpital. Mon père attendait impatiemment dans la salle d’attente que quelqu’un viennent lui donner la permission de venir nous rejoindre, moi et ma mère. Quand cette personne se présenta, elle avait une bonne et une mauvaise nouvelles pour mon père. Les médecins avaient réussi à me sauver, mais… pas ma mère. Elle était morte en me mettant au monde. Évidemment mon père était triste d’avoir perdu sa femme, mais il ne m’en a jamais tenu pour responsable et je n’ai jamais souffert de ses émotions concernant ce triste évènement. On ne peut pas en dire autant de ma sœur Érika qui malgré les explications de mon père continuait à me traiter de tous les noms.

Ma grande sœur avait sept ans de plus que moi et elle avait une relation toute particulière avec notre mère. Depuis ma naissance, Érika était continuellement triste et elle s’isolait. Les seules fois qu’elle m’adressait la parole nous nous disputions, alors j’essayais de l’éviter. À la fin de son secondaire ma sœur est arrivée un soir et a annoncé à notre père qu’elle voulait partir étudier à Québec. Il lui a tristement sourie en hochant la tête puis lui a dit que si c’était ce qu’elle voulait, il connaissait un vielle ami qui vivait là-bas.

La journée de son départ, elle semblait si heureuse que ça en devenait blessant. Surtout pour mon père. Moi j’ai toujours vue Érika comme une étrangère, comme une colocataire. Il l’a aidé à transporter ses bagages jusqu’au terminus d’autobus. Avant qu’elle monte, il a voulu la serrer dans ses bras, mais elle a refusée en lui disant qu’elle ne reviendrait plus jamais. Mon cher père ne s’en est jamais remis.

Après ce jour, il faisait extrêmes attention à moi et prenait quelque fois congé pour faire une activité avec moi. L’automne, nous allions à la chasse, l’hiver, faire du ski, l’été, faire du camping et au printemps il devait travailler doublement pour rattraper ses quelques semaines de congés. Bref, il avait  surchargé son agenda, pour s’occuper et ainsi éviter que la tristesse qu’il ignorait depuis des années refasse surface.

Voyant qu’il s’inquiétait et s’ennuyait d’Érika, je lui ai proposé d’appeler son ami pour avoir des nouvelles. Il a trouvé cette idée géniale. Un jour, à la place de son ami ce fut ma sœur qui répondit. Ils parlèrent pendant deux heures. Quand mon père raccrocha il se précipita vers le salon où j’étais occupé à dessiner dans mon carnet. Il me dit avec le plus grand et le plus joyeux des sourires qu’Érika avait terminé ses études et qu’un emploie s’offrait à elle dans sa ville natale. Elle revenait donc à la maison dans quelque semaine. Je ne voulais pas briser la joie de mon père, mais je ne souhaitais pas revoir ma sœur.

Un jour en revenant du cégep, mon père me passa le téléphone. S’était Érika. Elle s’excusa et me dit qu’elle aimerait que je lui pardonne. Je lui ai dit que je lui pardonnais et pour la première fois j’ai senti que l’on était de vraies frère et sœur. Malgré nos disputes je tenais à elle. La journée de son retour, moi et mon père attendions tous les deux ma sœur à l’arrêt d’autobus, avec un grand sourire. Soudain, une explosion a retenti, moi et mon père nous nous sommes abriter.  En sortant de notre cachette nous avons constaté que plusieurs personnes étaient mortes. Moi et mon père, prit de panique nous nous sommes dépêché de courir vers les ruines d’un autobus que l’on voyait au loin.

Nous avons vite reconnu ma sœur, même si elle avait beaucoup changée. Près d’elle un homme lui tenait la main, un enfant avait la tête appuyé sur elle et les deux autres tenaient chacun une main de leurs parents. Ils étaient morts tous les cinq. Ma sœur, après neuf ans d’absence, avait changée d’avis et était venue nous voir… avec sa famille. Mon père et moi, nous nous sommes mis à pleurer à chaudes larmes et à partir de ce moment je me suis promis de faire de mon mieux pour ne plus détester pour rien. Je ne voulais plus garder rancune sans raison valable.

Autour de nous plusieurs personnes reprenaient vie, mais pas ma sœur et sa petite famille. Il y avait des gens malveillants qui ne méritait pas de revenir à la vie et qui pourtant, quittait la mort. Mon père trouvait cela impardonnable et c’est ainsi qu’il est devenu chasseur de démon. Moi, je n’ai pas voulu suivre son exemple sur ce point, je voulais respecter la promesse que je m’étais faite.

Moi et mon père avons déménagé en campagne, dans une ferme. Mon père travaillait d’arrache-pied. Je crois que pour lui, tuer des démons étaient une façon de venger la mort de sa fille et de sa femme, mais surtout ca l’aidai à oublier. De mon côté, je travaillais à la ferme, dans les champs et avec les animaux. Je m’arrangeais aussi pour être très occupé.

Un matin, lorsque je m’étais réveillé en sursaut et que j’avais pris mon carnet à dessin pour me calmer, je vis par la fenêtre mon père qui visait quelqu’un avec son arme. Une détonation retentie, puis peu de temps ensuite, un cri de rage et de folie se fit entendre. Celui-ci devança de peu le tourbillon de feu qui englouti mon père. Je fis ni un ni deux et me précipita sur mon arme. Quand j’ouvris la porte les cris de souffrance de mon père vin à mes oreilles. Il était trop tard. J’ai refermé la porte, j’ai lancé mon arme de toute mes forces sur le planché et je me suis écroulé en sanglot. Quand je me suis relevé, et que j’ai regardé par la fenêtre, le tourbillon de feu avait cessé. Une démone regarda dans ma direction. S’était-elle qui avait tué mon père, qui m’avait plongé dans la solitude. J’avais une très bonne raison de lui en vouloir. Je compris alors le point de vue de mon père. Les démons étaient des êtres incroyablement méchants et il était impératif que quelqu’un les arrête et le plus tôt sera le mieux.

Dès le lendemain, je commençai les démarches pour être un chasseur. J’étais doué et j’apprenais vite. Je me rappellerais toujours du sentiment que j’ai ressenti lorsque je suis officiellement devenu un chasseur de démons. Peu de temps après, j’ai rencontré une jeune femme.  Elle cherchait Maeva et m’a demandé si je la connaissais. J’ai hoché la tête. Par la suite, je lui ai demandé la raison de cette question.  Elle me raconta son histoire. Je doutais que Maeva est tuée sa famille, d’ailleurs s’avait-elle que celle qu’elle cherchait était devenue un ange? Probablement pas. Puisqu’elle m’avait racontée son histoire, je lui racontai la mienne. Nous avions beaucoup en commun. À la fin de l’après-midi, je suis allée la reconduire chez elle. La jeune femme vivait dans un manoir. Avant que celle que j’ai reconduite ne rentre chez elle, je l’invitai à me rejoindre le lendemain au quai. Elle accepta.

Je suis retourné chez moi et comme toutes les nuits depuis la mort de mon père, j’ai eu du mal à dormir. J’ai regardé à plusieurs reprise par la fenêtre, inquiet de voir la démone m’observer. Mais, il n’y avait personne dehors. Le matin venu, j’ai pris mon déjeuner, mes armes et mon carnet, puis je me suis dirigé vers le quai. J’ai eu le temps de dévorer une partie de mon déjeuner avant que la jeune femme ne vienne me rejoindre. Quand je me rendis compte qu’elle n’avait pas mangé, je lui offris les fruits que je n’avais pas encore touchés. Elle les mangea et me dis les trouver délicieux, mais je n’étais pas idiot, je savais qu’elle mentait. Nous avons discuté toute la journée. Elle s’appelait Gabriella. Je trouvais son prénom très joli. Je lui ai demandé quelle était sa race. Elle changea de sujet et je n’en fis pas de cas.

Le soir, lorsque je tentai de m’endormir, je me demandai s’il était possible que la jeune femme soit une démone. Je repoussai aussitôt cette question, c’était impossible, elle était trop gentille. Puis je finis par m’endormir en pensant à elle, à ses cheveux blonds, à ses yeux roses et à son petit sourire gêné.

Jour après jour, nous nous retrouvions au quai et toute la journée nous parlions. Bientôt, nous furent de très bon amis et ensuite les meilleurs amis du monde. Mais, je finis par ne plus pouvoir gardé la question pour moi et lui demanda quelle était sa race. Comme elle ne semblait pas vouloir me répondre, j’insistai. J’avais de plus en plus de doute.  Quand celle que j’aimais murmura qu’elle était une vampire, j’étais si heureux que mes doutes ne soient pas fondés. De plus, elle se sentait coupable de voler le sang des autres, elle le faisait uniquement pour rester en vie. Je l’aimais et rien au monde ne pourrait changer ça.  


Par la suite, je me suis mis à venir la  voir souvent. Nous étions presque toujours ensemble. Mais, parfois, je devais m’absenter pour éviter que mes semblables sachent que j’était tombé amoureux d’une formidable vampire. S’ils le savaient, ils la tueraient et m’enfermeraient pour trahison. Je ne supporterais pas de la perdre. J’avais assez perdu de gens.  

Une nuit, je dus m’absenter pour le travail. Je faisais un tour de garde à la campagne avec deux collègues, Jonathan et Frédérick. Je n’étais pas du tout concentré, je pensais à ma bien-aimée Gabriella. Le cri de Jonathan me sorti de mes rêveries. Il pointait la silhouette d’une jeune démone qui fuyait. Je l’ai reconnu, même de loin et parti à la course derrière elle. Bientôt, je m’aperçus, que mes collègues qui courraient eux aussi avaient perdu la trace de Kelly-Anne. Mais pas moi, oh non, cette fois elle ne m’échapperait pas et elle mourrait pour avoir tué mon père. Lorsque la démone s’arrêta essoufflé, je me suis mis à sourire.  J’ai pris mon révolver et ai tiré une balle sur son bras, je voulais la faire souffrir avant qu’elle ne meurt.

Soudain, la jeune femme s’écroula en pleure sur le sol de terre. Ca ne ressemblait pas du tout à la réaction que Kelly-Anne avait habituellement selon les chasseurs qui l’avaient déjà croisé. Je demandai à la jeune femme de s’identifier. Elle leva son visage mouillée pour regarder dans ma direction et d’une voix tremblante, elle me dit se nommer Amanda.

J’étais énormément déçu, mais je lui demandai tout de même qu’elle démone elle était. La jeune femme me répondit qu’elle était la démone de l’innocence.  Je souris de nouveau et l’emmena dans un repère de chasseur pour qu’elle se fasse soigner, emprisonner et pour que je puise l’interroger. Qui sait peut-être savait-elle quelque chose sur Kelly-Anne? Pour éviter qu’elle sache le chemin, je l’ai endormi avec une fléchette à somnifère et ma sarbacane.

Lorsque nous sommes arrivés au repère, j’ai entendu deux chasseurs parler d’un phénomène étrange dans la forêt près de chez Gabriella. J’ai faits semblant de ne pas être si intéressé que ça et je leur ai demandé des explications. Ils m’ont dit ne pas savoir grand-chose puisque quand ils étaient arrivés ils n’ont rien trouvé. Je les ai remercié et ai reconduit Amanda dans une cellule. Par la suite je me suis trouvé une raison pour partir et me suis précipité vers chez Gabrielle.

Elle n’était pas au manoir. J’étais fou d’inquiétude. Je sorti du manoir pour chercher mon amour et je la vis arriver. Ma belle se mis à courir et se jeta dans mes bras. Je l’ai aidé à entrer et à se calmer. Après avoir pleurée toute les larmes de son corps, elle m’a expliquée ce qui s’était passé pendant mon absence. Puis, Gab me dit qu’elle se demandait si je l’aimais encore même si un esprit démon était entré en elle. Je lui souris, elle n’avait donc pas encore compris que notre amour était plus fort que tout et que quoi qui arrive je l’aimerais toujours? Elle est restée longtemps dans mes bras et a fini par s’endormir.

Je suis allé la porter dans son lit et je me suis couché près d’elle, mais je n’ai pas réussi à dormir de toute la nuit. Lorsque le matin se pointa, j’ai sorti mon carnet de dessins, j’ai choisi le plus beau, celui qui représentait le portrait de ma vampire préférée et j’ai écrit dans le bas que je l’aimais de tout mon cœur. Je suis partie avant que Gabriella se réveille et j’ai rejoint le repère où j’avais laissé Amanda dans une cellule. Elle n’était plus là, mais sur le sol j’ai trouvé une longue mèche de cheveux blancs.




IV- Qui je suis réellement?



Initiale de ton nom: N.T
Age: Entre 14 et 20 ans
Sexe: Femme
Où as-tu trouver le forum ?: Une amie me l'a montré
Idée de nouveauté? ?: Je n'ai pas d'idées de nouveauté
Es-tu enregistrer dans le répertoire de ta race: Oui
Double compte: Oui


Fiche codée par Umi sur Epicode.Ne pas retirez.
[/spoiler]


Dernière édition par Nick Broderson le Mer 8 Juin - 16:44, édité 27 fois
avatar
Nick Broderson

Messages : 21
Date d'inscription : 04/10/2015

Caractéristiques
Race: Chasseur
Élément: Terre
Arme: Shurikens de diamants, révolver et sarbacane avec plusieurs flèches

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nick / chasseur de démon

Message par Carly Bluefire le Dim 11 Oct - 17:55

Dit-le moi quand tu es prête à valider ta fiche.

_________________
avatar
Carly Bluefire
ADMIN
ADMIN

Messages : 482
Date d'inscription : 06/06/2015
Age : 27

Caractéristiques
Race: Métamorphe
Élément: Eau
Arme: Shurikens / Épée-fouet / Couteaux

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum