Sasha Ryan / Qui a dit que le cannibalisme était mal?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sasha Ryan / Qui a dit que le cannibalisme était mal?

Message par Sasha Ryan le Mer 28 Oct - 13:48


-Mon nom? Sasha Ryan


I- Carte du personnage


Nom: Ryan
Prénom: Sasha
Age: 18 ans
Éléments: Air

Armes: Sasha a huit bagues possédant des lames de rasoirs pointant vers l'extérieur (sur le dessus), quatre couteaux de chasse et une lourde massue en métal possédant des piques.
Race: Démon

Autre: Cannibalisme
Thème musical: Cliquez!




II- Personnalité et physique



JE SUIS CE QUE JE SUIS ...

Sasha est une jeune femme capable d’endurer plusieurs souffrances physiques sans avoir mal, mais qui peut facilement perdre le contrôle lorsqu’elle repense à la mort de sa mère. En effet, elle a été traumatisée par la mort de sa mère, puis le fait de se faire torturer sans relâche. Pour rester forte, elle se transforme en une personne sans émotion et cannibale. Elle n’a pas un problème de personnalité, seulement, elle n’est pas capable d’être au milieu, c’est toujours tout ou rien avec elle. Ayant dû grandir en étant sûr d’être un garçon, Sasha a de la difficulté à accepter sa féminité et préfère souvent agir comme un homme. Elle reste très silencieuse lorsqu’elle est en face d’une nouvelle personne ou de quelqu’un qu’elle n’aime pas, c’est une bonne observatrice et pour bien observer, il ne faut pas parler. Lorsque Sasha a des envies de meurtre, elle se met à chanter sa petite comptine pour avertir l’ennemi et lorsqu’elle torture quelqu’un, elle le fait calculer (à partir de mille, sa victime doit faire une soustraction de sept à chaque réponse) pour le garder conscient. Malgré tout cela, elle est une jeune femme loyale qui aime aider ses proches et protéger les plus faibles.


Sasha est une jeune femme qui préfère s’habiller comme un homme ou de style décontracté. Vous ne la verrez jamais mettre une jupe ou une robe. Elle possède une peau indienne et des cheveux noirs comme l’encre venant des gènes de sa mère. Sasha n’est pas très grande, mais cela ne la dérange pas. La jeune femme a une maladie aux yeux qui fait en sorte que l’iris de ses yeux est blanc (il n’y a que la pupille noir qui ressort du blanc de ses yeux), qu’elle ne peut pas pleurer, qu’elle ne peut pas être hypnotisée et qu’elle voit en noir et blanc lorsqu’elle est fatiguée. Sa mutation génétique est que lorsqu’elle a faim, ses yeux se mettent à illuminer blancs. Sasha a plusieurs cicatrices sur les avant-bras, dans le dos et sur les fesses (elle cache ces cicatrices avec des vêtements) dû à ce qu’Anaëlle lui a fait. Ses cheveux poussent énormément vite, mais Sasha n’a jamais su pourquoi.



III- Il était une fois…



VOICI MON HISTOIRE ...


Sasha la cannibale
<< Une, deux, Sasha te coupera en deux
Trois, quatre, remonte chez toi quatre à quatre
Cinq, six, tu seras plein de cicatrices
Sept, huit, surtout ne dors pas la nuit
Neuf, dix, tu sers de sacrifice

Un, deux, voilà Sasha le silencieux
Trois, quatre, attention il va te battre
Cinq, six, c’est un maléfice
Sept, huit, écoute ce bruit
Neuf, dix, c’est bientôt fini >>

Ma petite comptine tournait à l’intérieur de ma tête pendant que je courrais à une vitesse effrénée. Comment? Qu’est-ce que...? Pourquoi me sentais-je ainsi? Je… Je pleurais sans que de l’eau salé ne s’écoule de mes yeux. Mais pourquoi?! C’est la première fois que je pleure depuis la mort de ma mère. Maman… Elle me manque tant… La seule personne qui m’avait aidé à rester humain était Taylor Prystal, mais maintenant… J’avais mal. Très mal. C’était comme si j’avais reçu un énorme coup de poing dans l’estomac. Ayant déjà été torturé dans mon passé, cela ne devrait pas me blesser, mais cette douleur n’était pas physique. Elle était psychologique. Taylor… Je le revoyais encore avec son petit regard coquin…

*Flashback : Taylor était partit depuis plusieurs jours, il me manquait énormément. J’avais une boule dans la gorge en pensant à lui. Lukas essayait du mieux qu’il pouvait de me réconforter, mais j’allais toujours m’enfermer dans la salle de bain. Seul endroit où la porte se barrait. Là-bas, je fermais les stores et la lumière, puis m’assoyais derrière le lavabo pour pleurer en silence sans verser une larme. J’avais un énorme trou… Un trou que j’étais incapable de remplir. Il me manquait tellement… Tout à coup, comme si on m’avait enfin écouté, j’entendis la porte de l’entrée s’ouvrir. Je m’arrêtais d’un coup de pleurer et leva le regard vers la porte de la salle de bain. Devais-je sortir? Étais-ce lui? Devrais-je me cacher? Je devais avouer que je n’étais pas des plus présentables… Et bien oui, je pleurais et dormais peu ces temps-ci, j’avais des poches noirs sous les yeux et j’avais de la misère à tenir debout sans tomber. Pourtant, l’espoir de revoir son visage angélique me convainquit. Je me relevais debout et me supportant grâce au mur, j’ouvris la porte. Personne. Avais-je halluciné? Étais-ce comme lorsque nous nous perdons dans le désert? Nous imaginons ce que nous aimerions le plus voir au monde? Je me remis à pleurer. Pathétique. Je suis vraiment minable… J’étais en train de faire demi-tour lorsque Lukas mit sa main sur le haut de mon dos. Je sursautais à son toucher.

<< Je vais bien je te l’aie déjà dit, j’ai juste besoin d’être un peu seule… >>

<< C’est comme cela que tu salut un ami que tu n’as pas vue depuis une bonne éternité? >>

Je m’immobilisais. Cette voix… Je la reconnaîtrais entre mille. Taylor! J’avais les larmes aux yeux lorsque je me retournais rapidement et lui sautais dans les bras. Je pleurais tellement que je tressautais sous son toucher. Je sentis son odeur si familière et une envie soudaine toucha tous mes sens. J’avais envie de le gouter, de lui mordre la lèvre inférieure et de sentir son sang chaud couler dans ma gorge…

<< Aie… >>

Je reculais tout d’un coup frappant durement le mur derrière moi. J’étais paralysé par ce que je voyais… Taylor se tenait l’épaule. L’avais-je… Mordu? Non… Je ne me le pardonnerais jamais… Je me remis à pleurer sans larmes. J’étais un monstre! Taylor s’approcha de moi et me prit dans ses bras, quand je compris ce qu’il fessait, je me mis à me débattre.

<< Éloigne-toi! Je ne veux pas te blesser! >>

J’avais voulu que mon ton soit ferme, mais je sanglotais trop pour cela. Taylor ne s’éloigna pas, au contraire, il se mit à me caresser le dos de haut en bas en fessant des cercles tout en me parlant d’une voix douce.

<< Qu’est-ce que tu racontes? Tu ne pourrais jamais me blesser. >>

<< Je… Je t’ai… Mordu! >>

Il se mit à rire. Un petit rire coquin. Quoi?! Il trouvait drôle le fait que je le morde? J’arrêtais de sangloter ne sachant pas comment réagir.

<< Oh Sasha… Personne ne m’a jamais mordu tu sais. Tu as pensé cela parce que j’ai dit aie? J’ai dit cela parce que je ne m’attendais pas à te revoir comme cela et je ne savais pas comment réagir quand tu t’es jeté dans mes bras en pleurant. >>

Je ne répondis pas. J’étais paralysé par ma stupidité. Idiot! Je suis vraiment idiot! Comment avais-je pu croire une seconde que je l’avais mordu? Parce que tu en avais gravement envie. J’avalais difficilement. J’y avais été à deux doigts… Comment aurait-il réagit? Mal. Surement très mal.

<< Depuis quand n’as-tu pas mangé? Tu es toute pâle… >>

Tout ce que j’avais avalé depuis qu’il était partit était de l’eau du robinet et… Un homme qui voulait violer deux jeunes filles dans une ruelle. Je l’avais surpris pendant une petite marche nocturne où j’étais sorti pour prendre l’air ne voulant pas voir Lukas avec sa petite amie parfaite. Voir mon ami avec cette fille me rendait malade, je sais que je devrais être contente pour lui, mais le voir avec une fille si féminine…Ca me rappelait que j’étais loin d’être parfaite pour Taylor. Celui-ci m’obligea à le suivre vers la cuisine où il me prépara un repas entièrement fait de viande saignante comme il savait que je les aimais. Pendant qu’il préparait le tout, je m’occupais de faire la table pour la fondu (moi ma viande, je n’allais pas la faire cuire). Lukas arriva rapidement dans la cuisine le sourire aux lèvres en voyant Taylor.

<< J’y crois pas mec! T’as réussi à la sortir de sa tanière et de lui donner le goût de manger? T’es pas humain bordel! >>

<< Qu’est-ce que tu veux, moi j’ai la cote avec les filles. >>

Il se tourna vers moi et me fit un clin d’œil. Je sentis mes joues devenir en feu. Pendant le dîner, il nous parla de son voyage et du fait qu’il allait bientôt devoir repartir pour trouver une certaine fille du nom d’Akisma pour une certaine Carly. Quoi?! Non seulement il repartait dans une semaine (il ne veut pas garder un peu de son temps avec ses amis), mais en plus il fessait tout cela pour une fille! L’image d’Amélia, la petite amie de Lukas me revint en tête (voir : http://img11.hostingpics.net/pics/395725blondelukas.jpg ), cette Carly devait lui ressembler. Une jeune fille aux longs cheveux ultra féminine et toujours délicate. Je sentais la fumée sortirent de mes oreilles. C’était injuste, j’étais incapable d’être comme cela moi! Sa petite amie n’était pourtant pas méchante avec moi, elle se fessait même du souci pour moi, mais j’étais incapable de l’apprécier. Je suis jalouse d’elle. Je le sais maintenant. Je n’avais mangé qu’un morceau de viande cru, que déjà, je n’étais plus capable de manger. J’avais de nouveau perdu l’appétit même si je n’avais presque rien avalé depuis des semaines. Taylor nous parla alors tout souriant, le regard coquin.

<< … Et devinez ce que j’ai fait! Je l’aie embrassé! Mon premier baiser vous imaginez! >>

Embrasser. Carly. Premier. Souriant. J’eus soudainement mal au cœur. Je sortis en courant, prenant seulement deux secondes, le temps de prendre mes armes sur le banc de l’entrée, puis je sortis. Je venais seulement de tourner le coin de rue lorsque je vomis tout ce que je venais d’avaler. *


Soif. Faim. Je n’en pouvais plus, ayant vomis tout ce qu’il restait dans mon estomac, j’avais maintenant un énorme gouffre à remplir. Je devais me trouver quelqu’un à me mettre sous la dent. La colère qui envahissait mes sens était à l’état pur. Je ne pleurais plus, je n’étais plus triste, j’étais furieuse. Comment… Comment avait-il pu me faire une chose si cruelle?! N’avait-il pas encore compris? N’avais-je pas été assez explicite? Toutes ces années passées avec lui…

Courant sous cette pluie infernale, mes poumons et ma gorge étaient en feu, je ne sentais même plus mes jambes quand j’en aperçu un enfin. Un homme semblant assez riche était en train de frapper un petit garçon d’environ quatre ans. N’était-il pas capable de se battre contre quelqu’un de son niveau? Était-il si lâche que ça? Je sentais sortirent la fumée de mes narines, cet homme me rappelait comment la mère de Taylor traitait les servantes. Les poings armés de mes bagues de rasoirs, je m’avançais rapidement vers eux.

Sans prendre le temps de parler, je le frappai de toutes mes forces entre les jambes avec un coup de pied de côté. L’homme se pencha en avant en jurant, puis il se tourna vers moi les pupilles en feu. Oui, c’est ce regard que je voulais voir, un regard pur de haine comme celui d’Anaëlle. Je souris, ce qui a le voir, le surpris. Il se releva d’un coup et essaya de me frapper sous la mâchoire avec son poing droit, mais malheureusement pour lui, cette attaque minable n’était pas de mon niveau. J’attrapais donc son poings de ma main et me mis à rire. Pauvre petite chose, maintenant qu’il se battait avec quelqu’un de sa hauteur, il perdait tous ses moyens. Il attrapa mes cheveux de sa main et tira par derrière avec l’évidente intention d’exposer mon cou, mais je fus plus rapide, à peine avait-il touché mes cheveux que je les coupais avec l’une de mes bagues rasoirs. J’avais maintenant les cheveux aussi courts que ceux d’un homme. Mes cheveux que j’avais laissés tant de temps poussé pour être plus féminine pour Taylor était maintenant revenu à leur état initial. L’homme tenait une tignasse de mes cheveux dans sa main, l’air perdu. Sans perdre plus de temps, je sautais la bouche grande ouverte vers le bras juteux qu’il me tendait. Je le mordis profondément.

Il se mit à hurler, un hurlement de terreur. Non, mais c’est quoi son problème? Il veut alerter tout le quartier ou quoi? Je grognais la bouche contre son bras pendant qu’il se déchaînait pour se libérer. Je m’extasiais. Sentir le doux liquide chaud de la vie couler sur ma peau et dans ma gorge après tant de jour d’abstinence… Il n’y a aucun mot pour définir le plaisir que cela me créait. L’odeur se répandit dans mes narines à une vitesse hallucinante. L’homme s’étant rapproché du pont, fessait pendre son bras (et moi avec) au-dessus du vide. Il sacrait tout en me menaçant de tout ce qu’il allait me faire si je ne le lâchais pas. Et bien quoi? Tous les coups de poings qu’il m’avait donnés n’avaient pas réussi à le calmer? N’avait-il pas compris que plus il se débattait, plus il se blessait? Je n’avais même pas besoin de bouger le petit doigt; il me frappait ce qui me fessait bouger et donc agrandir la plaie puisque je ne lâchais pas.

J’avalais un gros morceau de viande fraîche que je tenais entre mes dents, l’homme en profita pour utiliser son autre main et essayer de se libérer. En premier lieu, je voulu mordre le nouveau bras qu’il me tendait, mais mon idée changea pour une autre. Son pouls m’appelait, je pouvais voir cette grosse veine juteuse battre au creux de son cou. Cette merveilleuse chose appelée jugulaire battait à un rythme sublimement fou. Je perdis d’un coup le contrôle, un contrôle que j’avais su apprivoiser et contraindre au calme durant trop de temps. Utilisant ses bras comme appuie, je me propulsais vers la peau sensible de son cou et mordis de toutes mes forces. Extase. Bonheur. Joie. Comment pouvait-on imaginer une meilleure sensation? Rien, absolument rien ne pouvait être mieux que cela. Sauf peut-être… L’image du cou de Taylor vint me frapper tel un cheveu dans la soupe. Je relâchais l’homme, puis reçu un coup derrière la tête qui me fit tomber dans l’eau glacée.

Je me réveillais le lendemain sur le bord d’une plage me rappelant vaguement de ce qui c’était passé. Sous mes ongles, je possédais une fine couche de peau étrangère, surement dû à un combat la veille. Que c’était-il passé? Mes mains étaient d’une couleur écarlate et j’avais mal à la tête. Je touchais celle-ci et sentis une bosse, puis du sang. Mon sang. Mes mains ne possédaient maintenant plus seulement le sang de mon ennemi, mais le mien aussi. Comment avais-je pu être si inefficace, si stupide? Je connaissais la réponse, j’avais été obnubilé par le sang, puis déstabiliser par quelque chose. Malheureusement j’étais incapable de me rappeler quoi. J’étais même incapable de me rappeler de plusieurs choses. Mon nom par exemple… Mon regard se reposa sur mes mains. Sang. Chair. Cri et douleur. Je souris, j’aimais ses mots. Je me mis à sucer mes doigts imbibés de sang. Délicieux, je sentis premièrement mon propre sang encore chaud, puis sous la surface, celui plus salé du monstre qui m’avait fait perdre la mémoire. Si je le revoyais… J’enregistrais le goût de son sang. Comme cela, si je ne pourrais pas le reconnaitre, mais si je le remords… Ça allait être toute qu’une autre histoire. Disons seulement que se serrait la dernière fois qu’il se ferait mordre. Je me levais tout en riant, le regard fixer vers le ciel. Il ne pourra pas s’échapper, personne ne s’échappe de moi, j’en suis certain. L’air se mit alors étrangement à tourner autour de moi, je me protégeais de mes bras par réflexe et c’est à ce moment que je remarquais qu’une chose noir me protégeait aussi. Des ailes de chauves-souris. Mes ailes. Le vent se calma tout à coup. Mais que ce passait-il et pourquoi avais-je des ailes?!

<< Toi aussi tu as des ailes! >>

Je sursautais, n’ayant pas entendu venir cette jeune fille dans mon dos. Je me retourne vers elle et aperçus une jeune femme totalement normale (voir : http://img11.hostingpics.net/pics/365603SasukeGirl3cellequiparleavecsashaavantlagrandeexplosion.png ). Je la fixais bizarrement ne sachant pas comment agir envers elle. Je ne parlais pas. À quoi bon?

<< Je me suis réveillé sur le bord de la plage près des débris d’un bateau, j’avais tout comme toi des ailes de chauve-souris. Dit-moi, te rappelles-tu de ta vie? Je veux dire de toute ta vie. >>

Non me dis-je. Elle attendait que je lui réponde, mais je ne le voulais pas. Je ne la connaissais pas assez pour lui faire autant confiance.

<< Et bien quoi? Tu as perdu ta langue? Tu pourrais me faire un signe de la tête au moins… >>

Je reste immobile. Silencieuse. La jeune femme soupire, puis sourit.

<< En fait, j’aime bien les mecs de ton genre. Mon nom est Sasuka, suis-moi. >>

Je suis quel genre de mecs? Ne sachant pas quoi faire d’autre que la suivre, je me mis à marcher vers elle sans la dépasser. Je voulais rester dans son dos comme cela, elle ne pouvait pas me faire de coup bas, mais moi je le pouvais. Comment se fessait-il qu’elle se rappelle de son nom? Moi je ne m’en rappelais même pas… Tout ce que je pouvais me rappeler était mon désir de manger de la bonne chair humaine et que… Quelque chose… Non! Quelqu’un m’a fait énormément souffrir. Qui? Je ne le sais pas, mais juste en sentant cette émotion, je sais que je ne l’aime pas. Quelqu’un me fessant tant de mal devait être mon ennemi, voir quelqu’un qui m’a trahis. Sasuka s’arrêta près d’un vieux bâtiment et y entra.

<< Quand je me suis réveillé, London, une amie à moi était à mes côtés. Contrairement à moi, elle n’a pas tout oublié et a pu m’expliquer en gros mon passé. Je trouvais étrange qu’une personne qui m’était inconnu en sache tant sur moi. Ici, c’est notre QG. Puisque tout comme moi, tu as l’air d’être totalement perdu, tu dois avoir perdu la mémoire. Je te propose de rejoindre notre petit groupe de trois. >>

Groupe de trois. Ces trois petits mots me frappe, c’était comme si j’avais reçu un coup de couteau dans le ventre, puis qu’une vague de bonheur se propageait dans mon corps avant qu’une envie soudaine de pleurer me frappe. Perte. J’avais perdu quelqu’un. Était-il mort? Fessait-il partit d’un groupe de trois? En fessais-je parti? Toutes ces questions me donnaient mal à la tête. Sasuka s’arrêta au deuxième étage devant deux jeunes personnes; un jeune homme (voir : http://img11.hostingpics.net/pics/434841David.jpg ) et une jeune femme (voir : http://img11.hostingpics.net/pics/181688London.jpg ).

<< Donc, elle c’est London et lui David. >>

<< Bienvenue à toi, tu es celle que Sasuka est partit recruté? Ici c’est notre maison, mais elle a été grandement endommagée par l’explosion… J’ai entendu parler qu’au continent de l’autre côté de l’océan, tous étaient morts. Ça été trop violent… Ces scientifiques sont fous. >>

<< Ah, un mec. Vous avez enfin recruté un autre homme les filles? Parce que là je ne crois pas que j’aurais pu toutes vous satisfaire… Vous savez, vous m’en demandez beaucoup… >>

<< Non, mais tu t’entends parler David? Ne l’écoute pas. Tu t’appelles comment au juste? >>

<< Je ne m’en rappelle pas. >>

<< Sérieusement?! Tu ne veux pas me parler, mais à eux tu leur parle super facilement… Tu me fais de la peine là… >>

Devant son air faussement triste, j’ai envie de rire, mais d’un autre côté de m’enfuir. Je ne me sens pas à ma place. J’ai répondu à la question parce que cette information était inutile à savoir.

<< Tu dois avoir reçu un coup à la tête comme Sasuka… Bon alors nous allons devoir te trouver un nom… Que dis-tu de Belhomme ou encore ô-grand-merveilleux-spécimen-que-la-nature-nous-as-apporté-ici, non, non, non j’ai encore mieux. Pourquoi pas, Sexy-Chaleur? >>

<< Arrête avec ces conneries David. Excuse-le, je pense qu’il te kiffe. >>

Qu’il me kiffe? Devant mon regard interrogatif, London me donne une réponse plus précise.

<< Il est bisexuel. >>

Était-elle en train de me dire qu’il était amoureux de moi? Elle se tourne ensuite vers moi et me demande si j’aime les femmes, les hommes ou que je suis comme David. Non, mais c’est quoi son problème? C’est une question personnelle, s’attend-elle réellement à une réponse? Je me pose par contre la question intérieurement et la réponse est que j’aime les hommes. Étant moi-même un homme, cela fessait de moi quelqu’un de gay non?

<< Ah c’est bien, tu ne sembles même pas gêné de ma question. Tu vas voir, ici, on parle toujours de choses étranges… Dit-nous comment tu voudrais que nous t’appelions. >>

Je dis la première chose qui me vint en tête.

<< Taylor. >>

Quelques semaines plus tard, j’avais appris les meilleurs moyens de survivre ici, l’art de torturer et tout ce que je devais savoir sur les Créatiques. London est un métamorphe dauphin et David un métamorphe mouffette. Sasuka est le démon de l’envie et je suis le démon du cannibalisme. J’ai aussi appris que Sasuka se maquillait des pièces de robot sur le corps puisqu’elle désirait être un robot. J’aime bien ma vie avec eux dans le vieux bâtiment, mais je ne me sens pas à ma place et je sens toujours un espèce de vide. Hier soir, j’ai rêvé d’un garçon. Il était blond et possédait des yeux bleus spectaculaire… J’avais l’impression que je l’avais déjà rencontré dans la vraie vie. D’un côté j’avais envie de le retrouver, mais de l’autre, j’avais l’impression que c’était lui qui m’avait tant blessé. Était-ce parce qu’il ne m’aimait pas? Parce qu’il aimait les filles?

Quelques mois après ma transformation, le garçon dont je rêvais presque chaque nuit, apparu devant moi. En le voyant, j’eus envie de lui sauter dans les bras, mais aussi de me sauver. J’avais énormément mal au ventre. Je ne sais pas trop pourquoi, mais sur le moment, je fus content d’avoir laissé mes cheveux poussés. Il commença à s’approcher de moi en m’appelant Sasha. Sasha. Cela me disait quelque chose. Étais-ce mon vrai nom?

<< Sasha, je m’excuse pour tout, j’ai agis comme un idiot. Je… >>

Je lui coupais la parole. Habituellement, je ne parlerais pas à un inconnu, mais avec lui, je sentais que je le pouvais.

<< Qui es-tu? Pourquoi m’appelles-tu Sasha? Je m’appelle Taylor! >>

Pourquoi mes amis étaient-ils sortis cette nuit chasser? Je leur en voulais d’avoir choisi cette nuit. L’homme qui me fessait face se mit à rire.

<< Quoi?! Pourquoi ris-tu? >>

<< On va avoir un petit problème si tu veux que je t’appelle Taylor… Dit-moi, pourquoi as-tu choisi ce nom? >>

Pourquoi j’avais choisi ce nom? Parce que c’était le premier qui m’était venu en tête… Pourquoi ce nom? Je n’en savais rien.

<< C’est moi Taylor, Sasha. Tout comme toi, j’ai tout oublié de mon passé lorsque je me suis transformé, mais j’avais un journal intime et en le lisant, j’ai eu des flashbacks. Nous avons grandis ensemble, nous avons vécus ensemble. Ne t’en rappelles-tu pas? >>

C’est en entendant ces paroles que j’eus divers Flashbacks, pas seulement des images rapides comme dans mes rêves, mais des visions complètes.

<< Oui, maintenant je m’en rappelle. Tu as embrassé Carly. >>

Il fronce les sourcils.

<< Lukas avait raison, tu es partis parce que tu t’es sentis trahis. Pourquoi est-ce l’une des premières choses qui te vient en tête… >>

<< Peut-être parce que je t’ai entendu durant des semaines et que en entendant tu embrassais une fille. C’est ça le problème en? Tu n’aimes pas les garçons, seulement les filles. >>

<< Attends deux minutes là. Pourquoi dis-tu cela? Tu es une femme je te rappelle. >>

<< Tu ne dois pas me connaître tant que ça parce que je suis un homme. >>

<< Non, une femme. Tu as un vagin je te rappelle. >>

Je fronce les sourcils en entendant cela. Comment pouvait-il savoir cela?

<< Peut-être, mais je suis un homme pareil. Ce n’est pas parce que j’ai… Cette chose que je suis une femme. J’ai un problème de naissance que personne ne doit savoir, c’est tout. Je ne sais même pas pourquoi ni comment tu l’as su. >>

Taylor se remet à rire. Non, mais quoi encore?!

<< Tu répètes exactement ce que ta mère te disais pour que tu restes en vie. C’est toi qui me l’as dit. >>

Il se met alors à m’expliquer en détail ma vie (vraiment merdique). Après une trentaine de minutes, il s’arrête et attends de voir ma réaction.

<< Je suis une femme… >>

<< Oui, mais tu n’as jamais été très féminine et c’est ce que j’aime chez toi. Tu n’es pas obnubilé par la mode ou ton apparence, tu n’as pas peur de te salir les mains, tu n’essaie pas de paraître meilleure que les autres, tu ne parles pas dans le dos des autres, tu es fortes, tu ne lâche jamais une piste, tu es loyale, tu te fiches de ce que les autres penses, tu protège les plus fragiles, tu… Tu es tout pour moi. Sasha, dans le passé, je me suis éloigné de toi pour aider une ancienne amie dont j’aimais quand j’étais plus jeune, mais tu sais… C’était une erreur, j’étais heureux de l’embrasser, mais je n’aurais jamais été capable d’aller plus loin, parce que mon futur est avec toi et même si tu me dis que tu ne m’aimes pas, je veux que tu sache que moi si. >>

Il me regardait avec des yeux de chiot. Se préparant à tout, mais ayant plein d’espoir. Je fis un pas vers lui et il prit une grande inspiration. Je n’avais jamais été très doué en mot, je décidais donc de laisser mon corps parler. Je couru vers lui et sautais dans ses bras. Il m’attrapa par les cuisses et me souleva jusqu’à lui. Je l’embrassais en pleine bouche pendant que mes jambes serraient sa taille l’empêchant de se sauver de moi. Lorsque je voulu reculer ma tête pour le laisser respirer, il se rapprocha de moi et m’embrassa avec fougue sans me laisser le temps de prendre une goulée d’air. Taylor me plaqua contre le mur et mes mains se mirent à danser parmi ses cheveux. Oui me dis-je. C’était lui ma maison, mon chez-moi.

J’avais envie d’être plus proche de lui, de sentir sa peau sur la mienne et de sentir son sang couler dans ma gorge. Suivant mon impulsion soudaine, je lui mordis la lèvre inférieure, Taylor se mit alors à grogner de plaisir. Je sentis un frisson me parcourir, puis le doux goût de son sang encore chaud entré en moi tel un feu d’artifice explosant dans le ciel. Puis, une drôle de sensation me parcouru et j’ouvris les yeux de surprise. Un fil doré nous reliait celui-ci semblait me permettre de pouvoir toucher l’âme de mon amoureux. Taylor s’arrêta lui aussi pour regarder ce qui nous entourait en souriant.

<< C’est notre lien. Je suis ton gardien et je te protègerais jusqu’à ma mort. >>

Je souris ne comprenant pas exactement ce qu’il me disait, mais l’idée qu’on aille un lien me plaisait. Je me remis à l’embrasser. Cette nuit-là, se fut la meilleure nuit de ma vie. Je me réveillais le lendemain sur le sol, couché auprès de Taylor. Nous étions tous deux enroulé dans une couverture. Je n’avais pas envie de me relever. Taylor semblait encore dormir. Nous étions couchés en cuillère et je bénéficiais de toute sa merveilleuse chaleur et de toute sa merveilleuse odeur masculine. Pourtant, mon petit paradis fut rapidement rompu quand j’entendis des bruits de pas. Quelqu’un montait au deuxième étage. Plus précisément trois personnes. Merde! Ils revenaient. Je me mis à secouer Taylor. Il se réveilla en grognant. Trop mignon!!! Mais, il devait vraiment se lever, je lui chuchotais alors à l’oreille.

<< Mes colocs arrivent, on doit s’habiller vite! >>

Il ne bougea pas d’un pouce. Il est paresseux en plus! Je me mis à rire, j’aimais en apprendre plus sur lui. Je me levais et m’habillais en vitesse, par contre, je fus incapable de retrouver mon chandail à manche longue. Je mis donc le manteau à Taylor. Quand je le mis, je m’arrêtais deux secondes. Il avait vue toutes mes cicatrices et cela ne l’avait pas choqué… J’entendis la porte s’ouvrir. Je devais me dépêcher! Je pris Taylor par les bras et essaya de le soulever, mais il était trop lourd pour moi. Je sortis alors mes ailes et fus capable de le soulever. Il grogna tout en disant une phrase indéchiffrable parlant de dormir et de chaleur, puis ouvrit les yeux en me demandant une drôle de question.

<< Tu veux le faire dans les airs maintenant? >>

Je me sentis rougir, mais réussi à trouver assez de volonté pour rester lucide.

<< London, Sasuka et David viennent de rentrer. Habille-toi, je ne veux pas qu’ils te voient comme cela. >>

<< Pourquoi? Je suis si laid que ça? >>

<< Parce que tu es À MOI. >>

Taylor me regarda en gémissant.

<< J’aime la manière dont tu dis que je t’appartient. >>

Je souris sentant mes joues devenir encore plus en feu. Je le déposais au sol et il commença à s’habiller lentement comme s’il voulait que je savoure toute la scène. J’entendis mes amis m’appeler venant de l’autre côté du mur. Je pressais Taylor de se dépêcher, mais pour toute réponse, il se mit à rire. Ce mec prend plaisir à me torturer ma parole! Il se tourna finalement vers moi le sourire aux lèvres.

<< Quoi? >>

<< Je cherchais mon manteau. Tu sais, quand je ne porte que mon t-shirt, c’est parce qu’il fait trèèèès chaud… >>

Il me regardait avec ce regard félin typiquement masculin.

<< Je… Je ne retrouve plus mon chandail. >>

J’entendis alors David crier de l’autre côté.

<< Il a laissé un chandail! Il c’est peut-être fait enlever pendant qu’il se changeait? >>

Je me frappais le front pendant que Taylor riait.

<< Sasuka, David, j’ai entendu un son venant du bureau. >>

London ouvrit alors la porte et nous vis.

<< Salut. >>

Mes trois colocs me regardaient les yeux grands ouverts, puis David s’exprima.

<< Il aime les mecs! >>

Maintenant, je devais avoir toute la peau de la couleur d’une tomate… Taylor lui répondit.

<< Bonjour, je m’appelle Taylor et Sasha n’est pas un mec. >>

Là, il y avait un malaise. Mes amis semblaient perdus. Je pouvais les comprendre.

<< Est-ce vrai? >>

<< Aussi bizarre que cela puisse paraître… Oui. >>

Je ne sais pas à quoi m’attendre. Que vont-ils penser de tout cela? C’est Sasuka qui brise le silence.

<< Il est vraiment canon! Tu me le partage un peu en? Il me donne envie! >>

Était-elle sérieuse? Elle ne pouvait pas l’être! Je sentais la colère monter en moi, j’allais lui répondre assez méchamment, mais Taylor sauva la situation.

<< Désolé, mais je lui appartient. >>

<< Comment ça tu lui appartient? Vous êtes marié? >>

<< Non. Je suis son gardien. >>

Cette fois, c’est David qui lui répond.

<< Son gardien?! Comme dans ange gardien? C’est impossible! >>

Ange gardien? Était-il un ange? Le fil doré était-il un lien angélique? Un lien entre un ange et un démon? Je me mis à observer ce lien reliant nos deux cœurs ensembles. Ce lien fort et solide semblait permettre à nos âmes de se toucher. Taylor est à moi et je suis à lui, j’en suis certaine. Je sus à ce moment que même s’il était un ange et moi un démon, rien ne pourrait nous empêcher d’être ensemble.

<< Oui et c’est bien possible puisque le fil doré nous relit. >>

La mâchoire de David s’ouvrit en grand. Sasuka cria alors le fin fond de sa pensée.

<< C’est un démon! >>

Taylor sembla surprit de savoir cela. Il se tourna vers moi comme pour me demander si c’était vrai.

<< C’est impossible. Sasha… Sasha a toujours était gentille et aimable. >>

<< Oui! Bien sûr! Sasha est une jeune femme gentille, aimable qui ne fait rien de mal sauf peut-être manger des personnes encore vivantes! >>

<< Ça je le sais! Mais… Elle ne mange que les crapules. >>

<< C’est assez pour devenir un démon. >>

Taylor m’observe avec un regard triste. Je n’ai pas encore parlé, je n’ai pas répondu à sa question discrète. Lorsque je m’apprête à lui dire que tout est vrai, il me coupe.

<< Taylor, je… >>

<< Je m’en fou. Je suis à toi et tu m’appartiens. Rien ne pourra nous enlever notre lien. Absolument rien. >>

En entendant ces paroles, je me sens renaître.

<< Sasha surveille bien ton homme, en plus d’être sexy, il a un don avec les mots. Je le veux!!! >>

Je me sens sourire, je regarde Taylor et lui aussi sourit. Il me sourit à moi, rien qu’à moi. Tout à coup, le regard de Taylor change d’un coup et il s’élance vers moi en criant.

<< Couchez-vous! >>

Il me plaque au sol pendant que j’entends une énorme explosion. Après une minute, Taylor se relève, mais reste toujours au-dessus de moi. Tournant la tête vers la droite, j’aperçois mes amis au sol.

<< Non… >>

Je me relève et m’approche de Sasuka la plus près de moi. Lui touchant le cou, je ne sens pas de pouls.

<< Non! >>

<< Ils sont tous morts, ils étaient trop près de l’explosion. Nous y aurions passé aussi si je n’avais pas utiliser mes ailes de vent pour dévier le feu. Il y avait une bombe dans le sac à London. Qu’étaient-ils partis faire? >>

Je mets une main sur ma bouche pour étouffer un sanglot, puis répond à Taylor.

<< Un gang de chasseur ont attaqué des enfants Créatiques hier, ils étaient partis les rechercher pour leur faire payer... >>

<< Il faut qu’on bouge, il risque de revenir ici pour finir le travail. >>

Je lui fais signe que oui, même si je n’ai aucune envie de laissé mes anciens amis dans une telle situation. Ils méritaient au moins qu’on les enterre… Taylor m’attrapa par la taille et passant par la fenêtre, il s’envola dans le ciel nuageux.

Six semaines plus tard, quelque chose d’étrange arriva. Notre lien changea. Cela me fit un peu peur. Je m’en aperçu quand je me réveillai à l’hôtel. Taylor dormait encore. Je me levais du lit et m’approcha du miroir. Regardant le lien solide qui me reliait à Taylor et dont seul nous deux pouvions apercevoir, je me demandais pourquoi il était devenue en forme de ‘‘Y’’. Il y avait toujours notre lien reliant nos cœurs, mais il y en avait un nouveau reliant le cœur de Taylor à mon ventre. Qu’est-ce que c’était? Taylor se leva alors et me regardant dans le miroir, il me demanda pourquoi il y avait deux liens me connectant à lui. Je lui dis que je n’en avais aucune idée, puis je me tournai vers lui. La compréhension illumina son regard, puis il sembla paniqué.

<< Quoi? Tu me fais peur à regarder mon ventre comme cela… >>

<< Tu te rappelles lorsque je t’ai parlé que les anges pouvaient seulement avoir un lien. >>

<< Oui. >>

<< Et bien on dirait qu’il y a une exception. >>

<< Que veux-tu dire? Que j’ai deux âmes? >>

<< Les liens se connectent au cœurs. Tu as un cœur qui bat dans ton ventre… Sasha, tu es enceinte. >>

Il me dit cela en souriant, mais semblait mal à l’aise.

<< Je suis… Enceinte? J’attends un bébé? Un bébé de toi… Et de moi? >>

<< Oui. >>

C’était incroyable. Pourquoi semblait-il alors si mal?

<< Pourquoi sembles-tu si mal à l’aise? >>

<< C’est ma faute. Si tu ne veux pas de lui, je peux le comprendre, mais… >>

Quoi? Était-il sérieux là? Je le coupais dans son élan.

<< Je ne t’en veux pas! Comment voudrais-tu que je t’en veuille? C’est le plus beau cadeau que je n’aie jamais reçu! >>

<< J’espérais tant que tu me dise ca… Je t’aime Sasha. >>

<< Je t’aime aussi Taylor. >>

Il se leva alors, me prit dans ses bras, me fit tourner, puis me déposa sur le lit tout en m’embrassant doucement. Oui, j’aimais ma vie.




IV- Qui je suis réellement?



Initiale de ton nom: AT
Age: Entre 15 et 20 ans
Sexe:Femme
Où as-tu trouver le forum ?: Je l’ai créé
Idée de nouveauté?: En cours
Es-tu enregistrer dans le répertoire de ta race: Oui
Double compte:Oui


Fiche codée par Umi sur Epicode.Ne pas retirez.


_________________
avatar
Sasha Ryan

Messages : 28
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 27

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Air
Arme: 8 bagues avec des lames de rasoirs pointant vers l'extérieur / 4 couteaux de chasse / Massue en métal possédant des piques

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t72-sasha-ryan-qui-a-dit-qu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sasha Ryan / Qui a dit que le cannibalisme était mal?

Message par Sasha Ryan le Lun 9 Nov - 11:54

Je suis prête à valider ma fiche.

_________________
avatar
Sasha Ryan

Messages : 28
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 27

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Air
Arme: 8 bagues avec des lames de rasoirs pointant vers l'extérieur / 4 couteaux de chasse / Massue en métal possédant des piques

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t72-sasha-ryan-qui-a-dit-qu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sasha Ryan / Qui a dit que le cannibalisme était mal?

Message par Carly Bluefire le Lun 9 Nov - 12:06

Ok, je te valide petite démone.

_________________
avatar
Carly Bluefire
ADMIN
ADMIN

Messages : 482
Date d'inscription : 06/06/2015
Age : 27

Caractéristiques
Race: Métamorphe
Élément: Eau
Arme: Shurikens / Épée-fouet / Couteaux

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sasha Ryan / Qui a dit que le cannibalisme était mal?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum