[13+] La loi des coeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[13+] La loi des coeurs

Message par Fenrir-Bianka S. le Mer 16 Mar - 19:27

Une minute. Ils ont une minute de retard. Habituellement, ils arrivent en avance… Quelque chose a dû se passer. Que dois-je faire? Rester ici où aller les rejoindre? Fen-audacieuse et Fen-affectueuse y seraient surement allez. J’ai promis de rester ici et de protéger le QG, mais je ne peux plus tenir sur place. Je dois aller les aider s’ils sont en danger. Je suis Fen-protectrice, c’est mon devoir! Délaissant la plus haute attraction du parc remplit de pièges (installer avec grand soin), je me faufilais vers la sortie du parc. Les garçons et moi avions décidé de s’installer ici puisque c’était peu habité et que tous les manèges électroniques ne fonctionnaient plus. Bien sûr, ceux comme le château de miroirs fonctionne encore (si on nettoie les miroirs et les vitres transparentes), mais ceux comme notre QG… Le nom de notre ‘‘maison’’ est le ‘‘Léviathan’’. L’attraction consiste à vous faire monter le plus haut possible (plus que la grande roue), puis de vous faire descendre en une spiral infernale qui peut s’arrêter à tout moment, même lorsque vous avez la tête en l’air, pour enfin repartir en trompe dans une grotte sans lumière (le noir le plus complet).
 
Courant à toute allure, je ne pensais qu’à les retrouver. Ils devaient seulement aller s’entraîner dans le parking... Pourquoi étaient-ils en retard? S’ils leur arrivaient quelque chose, je ne pourrais jamais me le pardonner. Les cheveux dans le vent, je me frottais le bras gauche avec les ongles de ma main droite, un tic nerveux dont j’étais incapable de me débarrasser. Par sa faute, j’avais toujours les bras marqués de plusieurs cicatrices. Je venais de finir d’escalader la clôture lorsque je les vis. Zabuzo observait silencieusement l’ancien boulevard désert sans bouger tandis que Sasori grognait envers le bitume. Que se passait-il? Quelqu’un approchait? Je n’osais pas crier pour leur demander. Je me mis à descendre la clôture de l’autre sens pour les rejoindre. Nous avions détruit l’entrée pour la remplacer par une clôture que nous avions grandement renforcée. Le parc d’attraction était, en gros, une forteresse remplit de pièges. Je descendais pourtant tranquillement lorsque je sentis mon pied déraper. Je me mis à tomber tête première en criant. Je vis alors le bras de Zabuzo s’allonger d’une distance d’environ deux mètres (il ne s’était pas déplacé).  La dernière chose que je sentis avant de perdre connaissance fut le bras-serpent-albinos s’enrouler autour de mon ventre et me retenir.
 
*RÊVE : Noir. Tout était noir comme à son habitude. On n’y voyait rien. Mes pieds touchaient à terre, c’était la seule sensation que je pouvais sentir. Aucune odeur. Plusieurs sons. Mes sœurs, en train de se chamailler comme à leur habitude. Je savais où j’étais, où nous étions; dans l’arène, notre ring personnel, notre tête. Sans le désiré, je m’étais endormie et je devais donc débattre avec mes sœurs sur la prochaine à prendre le contrôle de notre corps.
 
– Non, mais tu veux nous tuer!
 
– Fait attention à ton visage! Déjà que nous avons des bras  d’hommes, j’aimerais pouvoir utiliser notre visage pour séduire moi !
 
– Tais-toi Fen-affectueuse, on n’a pas besoin de séduire. On est très bien seule.
 
– Moi, j’aimerais ça être avec un homme…
 
– Ah oui ?! Alors dit-moi, Fen-faible, tu veux qu’il ressemble à ton tortionnaire ?
 
– Je… Non…
 
– Arrête Fen-forte ! Elle a le droit d’avoir des sentiments. Tu n’es pas la chef, ici, je te rappelle !
 
– Oh… La petite Fen-protectrice qui ne parle que pour protéger une de ses sœurs vient d’ouvrir sa trappe… Pitoyable. Par chance, tu n’as jamais essayé de me protéger, je pense que dans ce cas-là, je t’aurais étripé.
 
– Ne parle pas de cela ici.
 
– Quoi?! C’est le mot étripé qui te dérange?! Réveille-toi un peu ma vieille! Arrête de ressasser le passé et affront tes peurs.
 
- Nous ne sommes pas toutes comme toi Fen-forte…
 
– Je le sais très bien et c’est pour cela que c’est moi la plus forte. Je suis celle qui vous permet de vaincre. Je suis votre chef. Je suis celle que…
 
– Redescends sur terre tu veux ? Tu n’es pas irremplaçable. Donne-nous seulement une raison que tu sois une chef. C’est ridicule, tu n’es…
 
– Je vais t’en donner une très bonne ma chère Fen-audacieuse; ce n’est que lorsque JE contrôle notre corps que la mutation génétique s’enclenche.
 
– Cela veut seulement dire que tu es celle qui a la plus grand tête et qui es incapable de…
 
– Ça suffit!
 
Fen-audacieuse et Fen-forte répondirent en même temps.
 
– Comment ça ‘‘ca suffit’’ ?! Depuis quand tu parles Fen-affectueuse?
 
– Je… Je veux procéder au vote.
 
– Très bien, votes.
 
– Je suis Fen-affectueuse et je vote pour Fen-affectueuse.
 
– Ridicule, un ennemi est peut-être tout proche et tu veux séduire! Je suis Fen-forte et je vote pour Fen-forte.
 
– Si on vote toutes pour nous, ce sera l’égalité et celle choisi sera au hasard… En plus, Fen-forte, tu l’as été il y a peu. Je suis Fen-audacieuse et je vote pour Fen-affectueuse.
 
– Je suis Fen-faible et je vote pour Fen-forte.
 
– Dit-moi pas que tu as encore peur d’elle!
 
– Je… N… Non…
 
– Je te protègerais Fen-faible. Je suis Fen-protectrice et je vote pour Fen-affectueuse.
 
– Idiotes! Vous êtes toutes idiotes!
 
– Ta g*eule Fen-forte. *

 
Je me réveillais seule caché dans une vieille voiture. Sortant de celle-ci, je trouvais Sasori.
 
– Salut, beau gosse! Où est Zabuzo?
 
– Il est partit à la poursuite d’un espion.
 
Je m’arrêtais subitement. Un espion? Non seulement quelqu’un était venue ici, mais il nous avait aussi espionné? Un doute s’installa en moi. Est-ce que Fen-forte aurait été plus conseillée que moi pour cette mission? M’étais-je trompée? Non! Ce n’est pas la meilleure d’entre nous. J’y suis capable. Je dois profiter de mon temps et démontrer mon potentiel.

_________________
avatar
Fenrir-Bianka S.

Messages : 34
Date d'inscription : 21/09/2015

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre
Arme: Épée (s'allongeant jusqu'à 2m) / 2 pioches / Trident lançant des petits diamants (venant de son pouvoir de la terre)

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t65-fenrir-bianka-syloram-l

Revenir en haut Aller en bas

Re: [13+] La loi des coeurs

Message par Nora Rosenwald le Mer 30 Mar - 17:47

Mes ailes battaient l’air rageusement et mon souffle était saccadé. J’étais en colère. Pas à cause d’Alan, mais à cause de moi. De ce que j’étais devenue. Je regardais droit devant moi, la pleine lune éclairant mon passage, en essayant d’oublier ce qui c’était passé. Mais j’en étais incapable. Mes ailes de terre fouettèrent l’air encore plus fort. Quelle conne j’étais! La scène tournait en boucle et en boucle dans ma tête… Je devais absolument me changer les idées.

*Flashback : J’étais dans notre chambre. Je me préparais à me changer pour la nuit lorsqu’Alan arriva en s’accotant sur l’encadrement de la porte. Il avait encore son sourire enjôleur sur les lèvres, et il me regardait comme si j’étais la plus belle chose au monde. Je jetai la tête vers l’arrière en soupirant, les deux bras croisés.

- Alan, arrête ça!


Il ria.

- Je ne vois pas de quoi tu parles.

- Oh, ne fais pas l’innocent! On en a parlé des centaines de fois. J’ai beau vivre avec toi et dormir dans le même lit, je ne sortirai pas avec toi.


Alan s’approcha de moi, tranquillement, c’est yeux si beau fixés sur moi. Mon cœur battit plus vite lorsque je remarquai son expression sérieuse. Des mèches de ses cheveux devinrent blanches, et je portai la main à celles-ci. J’en pris une entre mon pouce et l’index.

- Ta mutation génétique… Pourquoi s’enclenche-t-elle? Tu ne t’apprête pas à te battre.

- Si, je vais me battre. Mais pas dans les mêmes circonstances.


Je fronçai les sourcils.

- Qu’est-ce que tu veux dire?

- Pour toi. Je vais me battre pour toi, pour t’avoir. Que ça prenne des années ou toute ma vie, je vais me battre. Je suis amoureux de toi, et je te promets que je n’abandonnerai jamais.

- Je suis un démon, Alan,
dis-je en soupirant, L’incarnation du mal. Et toi, tu es un ange, fait pour protéger le monde des méchants, de moi. Tu devrais me tuer, pas m’aimer. On en a déjà parlé.

- Je sais, Nora. Mais qu’est-ce que tu veux? Tes yeux bleus sont irrésistibles.


Son sourire enjôleur était de retour, et son visage était à quelques centimètres du mien. Mon souffle s’accéléra.

- Tu es un vrai tombeur, Alan Jones.

- Et toi une vraie obstinée qui refuse de tomber.


Son visage s’approcha encore plus du mien. Ma voix n’était plus qu’un simple murmure;

- C’est parce qu’on dit que tomber fait mal.

- Mais on dit aussi qu’il faut tomber pour mieux se relever.


Et il plaqua ses lèvres contre les miennes.

Ce n’était pas notre premier baiser. Mais c’était la première fois que je ressentais un tel lot d’émotions. Ses lèvres étaient douces et voraces, et ses mains se baladaient dans mon dos et dans mes cheveux. Je répondis à son baiser avec toute l’avidité que j’avais pour lui, pour ses lèvres, sa peau... Il avança pour me coincer contre le mur, et je m’accrochai à sa nuque comme si ma vie en dépendait.  On décolla nos lèvres quelques secondes pour reprendre notre souffle, puis on continua, complètement affamé de l’un et l’autre. Alan descendit alors ses mains de mes cheveux à mon dos, jusqu’à mes hanches. Il serra son emprise sur elles. Prise de frissons incontrôlables, je gémis.

Et alors, je me sentis sombrer.

Je le voulais à moi, et rien qu’à moi. Il était en ma possession et personne ne pouvait me le voler. Il est à moi.

Je mis fin au baiser, et, le souffle saccadé, je regardai Alan dans les yeux.

- Alan Jones,
murmurais-je, tu m’appartiens. Tu es à moi, et si jamais quelqu’un oserait flâner autour de toi, ou bien essayerait de t’éloigner de moi, je le tuerai. Tu m’entends? Je les tuerai tous.

Il me prit le visage entre ses mains et me secoua légèrement la tête.

- Hey, Nora! T’es en train de faire un trip démoniaque. OK, réveilles-toi. Tu ne tueras personne. Nora!


Comme si je retenais ma respiration depuis des années, je pris une énorme bouffée d’air en fermant les paupières. Mes yeux avaient dû prendre leur couleur brumeuse. La colère monta en moi.

- Je suis désolé,
murmurais-je.

Je me dégageai de lui et sortit en trombe de la chambre. Alan me rattrapa rapidement.

- Nora, attend! C’est pas grave ce qui vient de se passer. Quand j’ai accepté d’être avec toi, j’ai aussi accepté cette partie qu’il y a en toi.


Je retournai vivement face à lui.

- Ah oui? Est-ce que t’as aussi accepté le fait que je tuerais les voisins juste parce qu’ils t’auraient invité à un BBQ!?


Il ne répondit pas, ce qui me donnait la réponse que je voulais.

Je quittai la maison en claquant la porte derrière moi. Fulminant de colère, je sortis mes ailes de terre acérées et m’élevai dans les airs.*


Je continuai à voler pendant au moins une demi-heure, ayant pour objectif de me calmer. Mais rien n’y faisait; j’étais toujours autant en colère contre moi. Contre ce que j’étais devenu. Ce pourquoi je ne pourrai jamais être avec l’homme que j’aime.

C’est alors que je remarquai le parc d’attraction en ruine qui se dressait au loin. Curieuse, je me posai sur la route craquelé et marchai vers ma nouvelle destination. Peut-être que je trouverai un nouveau refuge, car il était hors de question que je retourne chez Alan; il méritait beaucoup mieux que moi, qu’une fille qui pourrait le tuer. Et de toute façon, je finirai par le perdre. Je refuse de m’infliger cette souffrance.

Rendu près du parc, j’entendis des éclats de voix. Je m’arrêtai soudainement de marcher. Je sortis mes ailes et, sans un bruit, allai me poser sur un arbre.

Ils étaient trois. Deux hommes et une femme. Ils se tenaient devant une clôture barrant le passage pour se rendre dans le parc d’attraction. La fille était couchée au sol, inconsciente, dans les bras d’un garçon aux cheveux rouges. Le deuxième, celui avec la crinière rousse, me vit. Il dit alors quelque chose à Cheveux-Rouge avant de courir vers ma cachette, l’air déterminé. J’étais repérer. Et, visiblement, je n’étais pas vu comme une amie. Oups.

Je m’envolai dans les airs, espérant pouvoir le semé et m’éviter une bagarre inutile. Seulement, une masse me happa le dos et m’obligea à m’écraser sur le sol.

- Aie!
criais-je.

Je me relevai difficilement en secouant mes ailes endolories. Je me retournai et lâchai une petite exclamation de surprise en voyant Alan se tenir devant moi.

- Tu croyais vraiment que j’allais te laisser filer comme ça?
me dit-il.

- Alan, ce n’est pas le temps. On doit partir. Il y a…

- Non,
me coupa-t-il, On ne partira pas tant qu’on n’aura pas parler.

- Tu ne comprends pas! On doit vraiment y aller…


Un craquement dans mon dos me fit cesser de parler. L’homme nous avait retrouvé.

_________________
avatar
Nora Rosenwald

Messages : 21
Date d'inscription : 10/01/2016
Age : 24

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre
Arme: deux longs poignards tranchant en fer / un poing américain avec une lame de couteau / Une épée dont le manche est fait d'onyx et d'or

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t82-nora-tout-perdre-en-vou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [13+] La loi des coeurs

Message par Alan Jones le Ven 15 Juil - 21:11

- Tu ne comprends pas! On doit vraiment y aller…

Je fus pris par une sorte désespoir. Ah, je ne comprenais pas? J’allai lui prouver que je comprenais parfaitement bien!

Nora cessa de parler et l’inquiétude se peignit sur son visage. Sans attendre, elle m’empoigna l’avant-bras et, ailes sorties, s’enligna pour s’envoler.

Mais je l’arrêtai en l’attirant vers moi. Je refermai mes bras autour d’elle, mon torse plaqué contre son dos.

- Nora, attends!


Elle poussa un grognement rageur. Mais c’est alors que je le vis.

C’était un jeune homme d’environ dix-huit ans, les cheveux noirs et à la carrure moyenne. Il avait un visage anguleux et semblait presque chétif. Je ne lui aurais trouvé en aucun cas menaçant s’il n’avait pas eu une arbalète pointé vers mon front.

- Démone,
dit-il en jetant un regard à Nora, Éloignes-toi de l’ange pour que je puisse l’abattre sans problème.

Mon cœur battit plus vite. M*rde, ce mec voulait que Nora s’éloigne de moi! Pour qu’il puisse la tuer plus facilement après? À ça, non! Je resserrai mon étreinte autour d’elle en lançant un regard noir au jeune homme. Une colère sourde monta en moi, incontrôlable. Il n’allait pas aimer ça.

- Quoi?
murmura tout bas Nora, Mais il n’est pas… ce n’est pas…

Mais qu’est-ce qu’elle racontait? Je décidai de l’ignorer.

- Ange,
dit le jeune homme, Lâche-la.

Je relâchai mon étreinte avec Nora, mais seulement pour pouvoir la pousser derrière moi, de sorte que mon corps serve de rempart au sien. Ce garçon était qui pour sortir de nulle part, me faire une menace de mort et me demander de lâcher celle que j’aime?

- Il est hors de question que je lâche ne serait-ce qu’un seul de ses cheveux.


L’inconnu haussa les épaules.

- Tant pis.


Au moment où sa flèche commença sa trajectoire, la pointe en métal dévia de son chemin, comme si elle était attirée par quelque chose d’autre que sa cible initiale. Comme un seul homme, nous tournâmes nos têtes vers la flèche. Un deuxième homme, qui avait des yeux violets impressionnants ainsi que de flamboyants cheveux roux, attrapa le projectile d’une main. Sans demander son reste, il partit.

Immédiatement, Nora et moi attrapons nos armes.

Au moment où j’abattis mon épée et que Nora lança ses poignards vers l’homme aux cheveux noirs, ce dernier déploya des ailes sombres et s’élança dans les airs.

- Je reviendrai te chercher, Nora!


On resta quelques secondes immobiles, où seules nos respirations haletantes venaient troubler le silence. Je secouai la tête.

- Non mais quel délire


Nora poussa un profond soupir.

- On devrait suivre le mec aux cheveux roux. Il sait peut-être quelque chose.


Je me forçai de retrouver mon visage habituel et de chasser l’inquiétude ainsi que la colère qui m’avait presque rendu incontrôlable tout à l’heure. Je ne devais pas montrer à Nora à quel point j’avais été déstabilisé par les menaces de l’inconnu ténébreux. J’étirai mes lèvres en un sourire moqueur.

- Pourquoi? Il te plait?


Nora me jeta un regard exaspéré.

- Comment peux-tu blaguer alors qu’un démon vient de te menacer de te tuer? Ah, non, laisse tomber. Partons sur la piste de ce mec qu’on en finisse.

- Tes désirs sont des ordres, mon cœur.


Elle sourit tout en secouant la tête et partit vers la direction que le roux avait prise. Je la suivis.

Puisque nous n’avions vu le gars aux cheveux oranges que quelques secondes, suivre sa trace se montra assez compliqué. On dut s’arrêter plusieurs fois, reniflant l’air à la recherche d’une minuscule odeur métallique caractéristique chez lui. Après plusieurs minutes de marche, on finit par arriver aux abords d’un vieux parc d’attractions. Nora soupira.

- Prépares-toi. On va devoir se battre avec trois personnes pour les convaincre que je ne leur veux aucun mal.

_________________
avatar
Alan Jones

Messages : 20
Date d'inscription : 12/02/2016

Caractéristiques
Race: Ange
Élément: Eau
Arme: Long fouet fait de cuivre tressé / Lourde épée faite sur mesure / Deux poignards en acier

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t92-alan-jones-le-guerrier

Revenir en haut Aller en bas

Re: [13+] La loi des coeurs

Message par Zabuzo Suffrimiento le Mar 19 Juil - 14:50

Je rattrapais Fen au vol tout en observant la jeune femme qui nous espionnait. Que voulait-elle? J’entendis Sasori se rapprocher de Fen pour savoir si elle allait bien. Celui-ci continuait de gronder envers l’espionne.

– Je m’en occupe.

Je l’avais chuchoté, mais je savais que Sasori avait compris. Je me mis à marcher vers la jeune femme, mais celle-ci prit peur et partit en courant. Je la suivi jusqu’à ce qu’un ange se jette sur elle. Ils semblaient se connaitre selon ce que je pouvais entendre. Nous n’étions pas très loin du parc d’attraction lorsque j’entendis une branche se brisé sous le poids d’un humain. J’aperçus alors un jeune homme aux cheveux noir comme la nuit et aux yeux roses. Il pointait une arbalète sur l’espionne.

- Démone. Éloignes-toi de l’ange pour que je puisse l’abattre sans problème.

Notre espionne était donc une démone et son ami un ange? Intéressant. L’ange se mit devant la démone pour la protégée. On ne voyait pas cela tous les jours. Le chasseur tira alors une flèche en métal. Je fis dévier la trajectoire à l’aide de l’aimantation des barres dans mon corps. J’attrapais le projectile de ma main, puis m’éloignais du champ de visions de tous. Le duo sortit leurs armes, prêt à se battre, mais leur ennemi se sauva. J’entendis la jeune femme discuter de moi avec son ami.

- On devrait suivre le mec aux cheveux roux. Il sait peut-être quelque chose.

- Pourquoi? Il te plait?

- Comment peux-tu blaguer alors qu’un démon vient de te menacer de te tuer? Ah, non, laisse tomber. Partons sur la piste de ce mec qu’on en finisse.

- Tes désirs sont des ordres, mon cœur.

Ils se mirent alors à marcher vers où j’avais apparu il y a cinq minutes. Ils allaient tout droit vers le parc. Je les suivis. Lorsqu’ils furent trop près, je descendis de mon perchoir et les observait. Je ne voulais pas me battre avec eux, je voulais seulement qu’ils partent loin d’ici. Le duo m’observa deux bonnes minutes sans parler, puis Sasori apparut suivi de Fenrir-Bianka. Ce dernier fit comme si le duo n’était pas là.

– Eh poils de carotte! On a droit à Fen-affectueuse! C’est super en? Elle est trop mignonne.

Celle-ci se mit à gambader vers moi, m’attrapa le bras et l’enroula autour de sa taille. Elle due tenir le membre en place, car il tombait tout seul sinon.

– Salut beau gosse! Tu m’as TELLEMENT manqué! Sasori m’a expliqué qu’une espionne rodait dans les parages et que c’était pour cette raison que tu étais en retard. Alors c’est elle?

– Démone et ange.

Ils ne réagirent même pas à mes paroles. Sasori se mit à crier.

– Pourquoi tu restes collé à lui! Je me suis occupé de toi moi!

– C’est toi qui reste seul, viens ici saso.

Celui-ci passa entre le duo d’espions comme si rien n’était et se positionna près de Fen. Celle-ci lâcha mon bras qui tomba mollement contre moi. Elle attrapa ma main gauche et la main droite à Sasori. Elle leva nos mains en l’air toute joyeuse.

– Maintenant notre groupe est au complet!

Elle souriait. Je me libérais et disparu. Je me rendis à notre QG. Comme je mis attendais, ils avaient essayé de cuisiner. Il avait cuit une salade. Les talents culinaire de Fenrir-Bianka n’était pas les mêmes lorsqu’elle était Fen-affectueuse. Je me mis à faire un autre repas pendant qu’ils – je l’espère – discutaient avec le duo, lorsqu’une explosion retentit. Je sortis dehors pour observer de mon perchoir ce qu’il se passait.


_________________
avatar
Zabuzo Suffrimiento

Messages : 24
Date d'inscription : 09/10/2015
Age : 27

Caractéristiques
Race: Métamorphe
Élément: Feu
Arme: Corps aimanté grâce à un bouton dans son corps, Lance aimanté (à son corps), Lourde épée

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t79-two-z-suffrimiento-le-t

Revenir en haut Aller en bas

Re: [13+] La loi des coeurs

Message par Sasori Kureinai le Mar 19 Juil - 14:54

Tandis que Zabuzo poursuivait la petite souris, je m’occupais du diner avec fenrir-bianka. Nous nous rendîmes au QG en courant, elle me tirait par la main pour que j’aille plus vite.

– Alors, qu’as-tu envie de manger ?

– Je sais pas trop… Je n’ai pas envie de chasser de la viande et Zabuzo n’est pas là pour chasser.

– Il va sans doute nous rejoindre tantôt. Tu votes donc un repas pour végétarien ? On fait une salade ?

– Ouais, c’est pas trop compliqué. Fait la pendant que j’allume un feu pour nous réchauffer.

J’allumais le feu grâce à mon pouvoir élémentaire tandis qu’elle fessait poussé la salade et les légumes grâce à son pouvoir de la terre. J’entendis alors le rire léger de Fen-affectueuse.

– IH! IH! IH! Saso! Ce n’est pas un feu ça, il est bien trop petit.

Je regardais la petite lueur de chaleur avec une moue. Il n’était pas si petit que cela…

– Moi, je le trouve bien.

– Bon d’accord, peux-tu alors créer un maman et un papa pour ce bébé feu?

Je lui fis un grand sourire. Puis, je créais deux grandes flammes. Fen-affectueuse recula en sursautant.

– Voici la famille de flamme!

La démone du TDI se rapprocha de moi et me colla tout en me donnant un bisou sur la joue.

– C’est parfait saso! Tiens tu peux gouter la salade en premier.

Elle me tendit le bol… Que j’échappais dans les flammes.

– Oups.

– Oh non! Zabuzo n’y avait même pas gouté…

– Au juste, il est où tête de carotte? Il devrait être revenu non?

– Allons voir.

Nous partîmes donc vers la sortit du parc d’attraction. Après avoir escaladé la clôture de béton de cinq mètres de haut, nous aperçûmes Zabuzo en train de parler avec des amoureux. Fen me rappela qu’il ne fallait pas qu’ils apprennent le nom de notre ami.

– Eh poils de carotte! On a droit à Fen-affectueuse! C’est super en? Elle est trop mignonne.

Je criais ces paroles en même temps que Fen se mit à gambader vers Zabuzo. Il se collait. Moi aussi je voulais un câlin de Fen!

– Salut beau gosse! Tu m’as TELLEMENT manqué! Sasori m’a expliqué qu’une espionne rodait dans les parages et que c’était pour cette raison que tu étais en retard. Alors c’est elle?

– Démone et ange.

Ah, c’est rare ça. Fenrir-Bianka continuait de faire des yeux doux à Zabuzo.

– Pourquoi tu restes collé à lui! Je me suis occupé de toi moi!

– C’est toi qui reste seul, viens ici saso.

Heureux et à quatre pattes, je séparais les deux amoureux pour courir vers mes amis. Fen m’attrapa par la main comme elle l’avait fait avec Zabuzo et s’exclama toute souriante.

– Maintenant notre groupe est au complet!

Zabuzo décida alors de disparaître. L’éclair noir avait encore frappé! Fen lâcha ma main et s’approcha de l’espion mâle.

– C’est quoi ton joie nom à toi?

– Alan.

– Alan… Oui, j’aime bien. Moi, c’est Fenrir-Bianka et mon ami aux cheveux rouge c’est Sasori. Celui qui ne parle presque jamais et qui vient de partir, c’est Two-Z. Ils sont beaux mes amis en? Mais revenons à l’essentiel. Pourquoi es-tu ici Alan? Tu t’es perdu? Pourquoi ta femme nous espionnait?

Elle lui fit un grand sourire. Il pensait quoi lui? Fen est à moi!.. Et à Zabuzo. Je tirais Fenrir-Bianka loin de lui et m’accroupis pour lui enlacer sa jambe gauche de mes bras. Je me mis ensuite à grogner vers les amoureux. Ils n’allaient pas approcher Fen.


_________________
avatar
Sasori Kureinai

Messages : 12
Date d'inscription : 20/02/2016
Age : 27

Caractéristiques
Race: Métamorphe
Élément: Feu
Arme: 2 Tegakis / Aiguilles / Poignard-dard

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t104-sasori-kureinai-elu-du

Revenir en haut Aller en bas

Re: [13+] La loi des coeurs

Message par Fenrir-Bianka S. le Jeu 21 Juil - 14:28




– C’est quoi ton joie nom à toi?

– Alan.

– Alan… Oui, j’aime bien. Moi, c’est Fenrir-Bianka et mon ami aux cheveux rouge c’est Sasori. Celui qui ne parle presque jamais et qui vient de partir, c’est Two-Z. Ils sont beaux mes amis en? Mais revenons à l’essentiel. Pourquoi es-tu ici Alan? Tu t’es perdu? Pourquoi ta femme nous espionnait?

Je lui fis mon plus beau sourire, mais Saosri me tira loin de lui avant que je n’entende sa réponse. Saso s’accrocha ensuite à ma jambe dans l’intention de m’empêcher de bouger et mon ami grogna envers Alan. Très mature comme d’habitude. Pourquoi fallait-il que les deux hommes dans ma vie soit eux; un qui se prend pour un gamin et un qui est beaucoup trop mature? Je les aimais tout de même énormément. Alan me sortit de mes pensé en s’approchant de moi confiant. C’était comme s’il venait de se réveiller. Il ressemblait à un petit ange sexy.

- Désolé ma belle, mais j’ai été aveuglé par ton énorme parechoc. Qu’est-ce que tu disais?

J’hésitais entre être en colère ou être contente. Je le regardais la bouche ouverte. En plus, sa petite amie n’avait pas l’air d’apprécier les paroles de son amoureux. Je souris me demandant si je pourrais ajouter son mec dans mes nombreuses conquêtes… Bon, d’accord pas si nombreuse… Pour ma défense, c’est la faute de mes sœurs ! Elles ne pensent jamais aux mecs ! Elles veulent finir abandonnées dans les bois toutes seules en pleurant et en ayant la peau comme un raisin sec! Ridicule. Il y avait bien un point sur lequel nous étions d’accord, Zabuzo était notre type à tous, mais il ne semblait même pas intéressé par nous. Sasori, lui, il le voulait. Il vouait un culte à moi et mes sœurs.

– Fen, ferme ta bouche sinon tu vas attraper des mouches.

Oups. Sasori avait raison, j’avais encore la bouche ouverte comme une idiote.

– Écoute beau mal, tu es mignon, mais je ne crois pas que tu es l’élu de mon cœur. Par contre, la nana à ton bras semble t’aimer… Je crois.

Sasori me lançais un regard qui se voulait noir, mais qui ressemblait plus à celui d’un garçon n’ayant pas eu sa sucette.

– Tu pourrais voter pour Fen-forte le prochain tour?

– Hein?! Pourquoi! Je ne suis pas assez bien moi?! Fen-forte est stupide! Elle ne pense qu’a tuée!

– Oui justement, c’est une vrai sociopathe. Elle est cool.

Si je l’avais pu, je me serais tiré en bas d’une falaise. Comment pouvait-il préféré cette f*lle à moi?!

– Mais ne fait pas cette face Fenfen, je t’aime aussi. Tu as des nichons d’enfers!

Je me mis à marcher tranquillement vers un arbre et me mis à me cogner la tête à répétition. Cauchemar. C’est un cauchemar. J’entendais mes sœurs se débattre dans ma tête. Fen-forte était bien heureuse. Pourquoi tout le monde semble m’aimer seulement pour mes seins? Saso m’attrapa par la taille et m’éloigna de l’arbre.

– Bravo tu saigne du front maintenant, en plus, cela n’aurait servi à rien. Tu c’est bien que l’automutilation ne t’aide pas à commencer le débat avec tes sœurs.

Je n’avais qu’une envie, retrouver Zabuzo et me perdre dans ses bras. Malheureusement, je savais qu’il ne le désirait pas. Cette pensé me fit mal. Très mal. Sasori, voyant que je n’allais pas très fort, me colla.

– Désolé Fen-affectueuse, je n’aurais pas dû dire ça. Je vous aime toutes et je ne veux pas que tu changes tout de suite, je voulais juste te dire que j’aimerais voir Fen-forte au prochain changement.

– Ca va Saso, je ne t’en veux pas. Je suis juste furieuse que les mecs ne m’aiment que pour mes seins.

– Je ne t’aime pas seulement pour tes seins voyons. Je te rappelle que tu es la seule femme que je respecte. Les autres ne sont que des grosses put*s !

Il me donna un bisou et s’éloigna. J’allais lui répondre lorsque quelqu’un émergea près de nous en criant. Un petit garçon d’environ neuf ans semblant épuisé de courir.

– C*lisse ! J’en ai enfin trouvé du f*cking monde !

Il se transforma alors en plusieurs petites boules roses. D’accord, c’était un métamorphe, mais de quoi ? Son animal est beaucoup trop petit pour l’œil nu. La masse compactes roses fonça alors droite vers moi. Je sortis mon trident et me mis à lui lancer une série de pierre obsidiennes tranchantes. Cela ne sembla même pas le chatouiller. Bordel de m*rde ! La masse compacte se transforma en énorme vague prêtes à m’engloutir, je fermais les yeux ne sachant pas à quoi m’attendre. C’est alors que j’entendis Sasori crier.

– Non! Pas Fenrir!

J’ouvris les yeux pour le voir, il se jeta devant moi pour prendre la vague de plein fouet. Elle entra dans tous les orifices de son corps. Je regardais la scène épouvanté.

– Saso! Sasori!!!

Je me mis à courir vers lui. Était-il dévoré de l’intérieur? Je ne m’en remettrais jamais s’il lui arrivait quoi que ce soit.

– Sasori…

Je le pris dans mes bras. Il semblait bien aller. Il avait les yeux ouvert et souriait.

– Ce n’était que ça? J’ai connu bien pire!

Un homme dans la cinquantaine sortit alors des bois en courant lui aussi. La jeune femme près d’Alan le décrivit immédiatement de chasseur.

– Où est le métamorphe Bactéries?!

C’était donc cela qui était entré dans Saso… Des milliers des bactéries. Ma bouche devint sèche. Comme personne ne répondait au chasseur, celui-ci se fâcha.

– Vous allez me le dire bande de morveux ou sinon je prends l’un de vous! Est l’ange! Je vais avertir le conseil que tu protège une fichu démone! Sale traite!

Regardant les amoureux, je vis qu’Alan s’était placé devant la jeune femme. Il voulait la protégé comme Saso m’avait protégé. Il parla un peu avec le chasseur, mais celui ne sembla pas heureux de sa réponse. Il nous lança une bombe dessus. L’explosion… Ce n’était pas pour tuer, c’était pour blesser. Gravement. Des petits clous se mirent à voler partout. Je construisis un mur de rock pour protégé Sasori, mais n’eut pas le temps de le monter à ma hauteur. J’en reçu plein dans le visage, sur les bras et sur les seins. Mal. Le sang se mit à dégouliner de partout et je fermais les yeux. Le débat allait commencer. Le vote fut absolu. Fenrir-Bianka se réveilla avec la chevelure rouge flamme. Celle-ci releva la tête les yeux en feu. Colère. À l’état pur.

Je voyais rouge. Je pars quelques heures et tout va mal. Mes sœurs sont si faibles. Zabuzo apparut près de moi au moment où je partis à la course vers l’ancêtre. Il allait passer sous le rouleau compresseur! Je lançais mes pioches qui s’enfoncèrent dans la chair de ses deux poignets. Zabuzo m’aida en silence. Il utilisa la répulsion pour que les pioches fussent expulsées vers un arbre à son opposé, les bras et le corps de notre proie suivi et le vieux fut coincé contre l’arbre. Les pioches avaient passés au travers de ses poignets et s’étaient enfoncés dans l’écosse de l’arbre. Il était à ma merci.

– Sale c*nnard ! Dit moi juste une seule chose qui ferait en sorte que je te garde en vie.

– Mes hommes vont débarqués en masse si je ne les rejoint pas avant minuit.

– Mauvaise réponse l’ancêtre. Je peux facilement décimer ta pitoyable armée de sans-abris.

J’arrachais une longue aiguille dans ma joue et une autre dans ma gorge.

– Non ! Non ! Attendez !

Je les rentrais dans ses yeux et me mis à brasser la soupe d’iris.

– Pensais-tu réellement pouvoir venir ici et menacer une démone sans recevoir ta punition? Tu as été un mauvais garçon et les bad boy méritent une bonne fessée.

Je sortis les aiguilles de ses yeux sachant qu’il pourrait rester aveugle pour le restant de ces jours. Cette blessure ne guérirait pas bien, mais je m’en fichais. Il allait finir six pieds sous terre de toutes manières. Je sentis alors l’eau sur mes chevilles. Le petit c*n se débattait encore?! Il se pensait puissant avec son pouvoir élémentaire? Il n’avait pas encore compris qu’il fallait qu’il se fasse discret?

– Tu penses que je n’ai pas remarqué?

– Que… Quoi ?

– Eau. Chevilles. Tu vois le genre?!

– Non, pas vraiment.

Je pris mes aiguilles dégoulinantes de jus d’iris et les plantais dans ses bijoux de familles. Un cri étouffé sorti de sa gorge et l’eau autour de mes chevilles explosa sans me faire de dommage. Il avait perdu le contrôle. Sa peau devint toute noire. Mutation génétique de m*rde.

– Lâche-moi sale garc* ou je te bute!

– Non, mais tu t’entends? Tu crois vraiment être en position de négocier ou de me menacer?

Je fis tourner les aiguilles. Il cria et tout à coup, un de ces bras se délogea. Il était fort, je devais l’avouer. Sa main s’approcha de mon coup dans l’idée évidente de vouloir m’étouffer.

*Flashback : Je me mis à pleurer. La pression des larmes fut si forte qu’elle m’obligea à ouvrir les yeux et regarder en face mon pire cauchemar. Il souriait. Il jouissait de me voir pleurer. Tout en ne perdant jamais son sourire, il m’attrapa par la gorge avec sa main, puis l’autre. J’étouffais. Encore. C’était un cercle constant de souffrance. Le tyran ne se fatiguait jamais.*

Non, plus jamais on ne m’étranglerait. Je recouvris ma gorge d’acier au même moment où Zab fit sortir le reste des aiguilles de mon corps pour transpercé le chasseur. Celui-ci essaya tout de même de m’attraper la gorge. Grave erreur. Je lui attrapais son poignet sanglant et y enfonçais deux doigts dans le trou. Il criait tout en pleurant.

– Chochotte.

Il me lança un regard noir. Je lui prisais la nuque. Il tomba au sol comme une poche de patates. Je pris mon épée et lui tranchais la tête. Lorsque je me tournais vers mon observatoire, j’aperçus Sasori dans les bras de Zabuzo. Il gigotait, pleurait et semblait délirer. Il fallait sortir le monstre en lui et vite. Malheureusement, je n’avais pas le pouvoir de l’eau et Zabuzo n’ont plus. Je me tournais donc vers les deux nouveaux.

– Quelqu’un a le pouvoir de l’eau ?

Je savais de quoi je devais avoir l’air ; une cinglé, couverte de sang, le front ouvert, ayant des trous sur tout le haut du corps et étant furieuse en plus. Dès que ce métamorphe aurait quitté le corps de mon ami, je le buterais de mes propres mains. On n’attaque pas quelqu’un de notre espèce, encore moins un mec qui a une démone comme amie.



_________________
avatar
Fenrir-Bianka S.

Messages : 34
Date d'inscription : 21/09/2015

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre
Arme: Épée (s'allongeant jusqu'à 2m) / 2 pioches / Trident lançant des petits diamants (venant de son pouvoir de la terre)

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t65-fenrir-bianka-syloram-l

Revenir en haut Aller en bas

Re: [13+] La loi des coeurs

Message par Nora Rosenwald le Sam 23 Juil - 15:02

- Désolé ma belle, mais j’ai été aveuglé par ton énorme parechoc. Qu’est-ce que tu disais?

Quoi!?

Immédiatement, je serrai les poings sous l’effet de la colère, et, d’un geste que je voulais imperceptible, baissai la tête vers ma poitrine. Ils étaient pas assez bien, les miens!?

Je retins un grognement en regardant vers le ciel. C’était pas le temps de penser à ça!

Sous l’expression surprise de la jeune femme aux cheveux blancs, je vis une lueur de tentation.

M*rde. Cette fille voulait Alan!

Je sentis une bouffée de colère monter en moi ainsi que le besoin de montrer que cet ange, c’était mon ange. Guidée par une sorte de pulsion, je lui attrapai le bras en faisant le regard le plus noir que je n’avais jamais fait.Alan est à moi, et à personne d’autre. Rien ne peut me l’enlever.

– Fen, ferme ta bouche sinon tu vas attraper des mouches.


C’est ce qu’elle fit avant de répondre :

– Écoute beau mal, tu es mignon, mais je ne crois pas que tu es l’élu de mon cœur. Par contre, la nana à ton bras semble t’aimer… Je crois.


Oh, mon Dieu! J’aurais crié de soulagement. Ou de bonheur. Ou peut-être des deux.

– Tu pourrais voter pour Fen-forte le prochain tour?
dis le gars au cheveux rouge qui s’appelait Sasori.

Fen-forte? Mais de quoi parlait-il?

– Hein?! Pourquoi! Je ne suis pas assez bien moi?! Fen-forte est stupide! Elle ne pense qu’a tuée!

– Oui justement, c’est une vrai sociopathe. Elle est cool.


Mais de quoi parlaient-ils, bon sang!? Pourquoi ils avaient l’air de dire que la fille était… plusieurs filles? À moins qu’elle…

Ah. Le syndrome de la personnalité multiple.

Les deux compagnons s’éloignèrent un peu, et je vis alors l’occasion de parler avec Alan.

- Qu’est-ce qu’on fait?
lui chuchotais-je, Est-ce qu’on peut leur faire confiance, tu crois?

- Je ne suis pas certain qu’on puisse, pas avant d’en savoir un peu plus. Mais ce qui m’inquiète vraiment, c’est l’absence du mec roux.


Je jetai un regard autour de moi. Je soufflai un paquet de jurons. Alan avait raison, ce mec était plus là.

- On fait quoi?

- On attend. Je veux absolument savoir ce que le mec de toute à l’heure te voulait. Ils savent peut-être quelque chose. Mais reste sur tes gardes et soit prête à te battre. On sait jamais.

- D’accord, chef.


Je levai mes yeux sur son visage magnifique, et tendis la main pour prendre la sienne, mais je me retins avant de le toucher. Je savais que lorsque je voyais Alan en mode guerrier, prêt à tout pour me protéger, comme en ce moment, je tombais complètement et entièrement sous son charme. Mais je ne devais pas flancher. Je ne devais pas oublier la raison pour laquelle on s’est retrouvé dans cette forêt.

Et je ne devais surtout pas oublier qu’il était un ange, et moi un démon.

Tout à coup, un garçon âgé d’environ neuf ans arriva en courant vers nous et en hurlant :

– C*lisse ! J’en ai enfin trouvé du f*cking monde !


Alors, le garçon disparut, se diluant en petites particules.

C’était quoi ce délire, encore!?

Il se transforma en un fluide cube rose, puis fonça vers la fille, Fen. Mais avant que le métamorphe – enfin, je crois, ne l’atteigne, Sasori s’interposa.

– Non! Pas Fenrir!


Ce qui se passa ensuite me donna froid dans le dos. Les particules roses se propagea sur tout le corps de Sasori, sur chacune parcelle de sa peau. Et alors, elles rentrèrent dans lui, à travers chacun des orifices possibles. Je n’imagine même pas la sensation désagréable que ça devait produire. Beuuuh.

Contrairement à ce que je pensais, le jeune homme se releva, une expression de légèreté sur le visage.

– Ce n’était que ça? J’ai connu bien pire!


Au moment où je croyais que tout ça était enfin fini, un autre homme, beaucoup plus vieux cette fois, sortit des bois. C’était pas croyable.

Je remarquai alors les fusils attachés à l’intérieur de sa veste.

- C’est un chasseur,
dis-je à Alan, Fais attention.

Il tourna la tête vers moi, son éternel sourire enjôleur sur les lèvres.

- On s’inquiète pour moi, mon cœur?

- Bon sang, ce que tu peux être exaspérant!


Le chasseur coupa court à notre conversation.

– Où est le métamorphe Bactéries?!


Ah. C’était pas bon, ça.

– Vous allez me le dire bande de morveux ou sinon je prends l’un de vous! Et l’ange! Je vais avertir le conseil que tu protège une fichue démone! Sale traître!


Oh non, il venait de faire la pire erreur. Une terrible colère monta en moi, une colère que je n’avais jamais ressentie auparavant. On pouvait s’en prendre à moi, mes pas à mes biens. Pas à mon ange.

Au moment où j’allais me jeter dessus pour lui arracher son cœur de mes propres doigts, Alan se plaça devant moi en me prenant la main. Il la pressa doucement, d’une manière rassurante et qui disait « Ça va aller, je suis là. »

Je baissai la tête pendant qu’Alan parlait avec le chasseur. Ma mutation génétique avait dû s’enclencher, et je ne voulais pas que les autres le voient. Je voyais ça comme un signe de faiblesse que je ne voulais montrer à personne. Je devais impérativement me calmer. Respire, pensais-je, Concentres-toi sur la main puissante qui serre la tienne, son corps qui épouse le tiens. Pense à…

Mes pensées furent interrompues par une explosion.

Avant même que je puisse réagir, Alan se retourna vers moi et fit glisser ses bras autour de ma taille. Il nous fit accroupir dans l’espoir d’échappé au gros de l’explosion. Je vis alors des petits clous voler dans les airs comme des flèches. Alan a dut en recevoir une bonne dizaine dans le dos.

Alors que je voulus me dégager de son étreinte pour pouvoir l’étendue de ses blessures, mon champ de vision commença à s’obscurcir et des étoiles commencèrent à flotter dans mon champ de vision. Une douleur vive que je n’avais pas ressentie jusque-là m’élança dans le côté droit de ma cage thoracique. Je baissai les yeux pour voir ce qui causait cet élancement : un clou noirci s’était planté entre deux côtes et avait surement perforé mon poumon. Un mot : m*rde. Comment il avait fait pour arriver là!?

Alors que j’ouvris la bouche pour dire que j’étais blessée, je fus prise d’un haut le cœur. J’eus soudain de la misère à respirer, sentant mon poumon droit se remplir de sang. J’étais littéralement en train de me noyer dans mon sang.

Sous l’effet de la douleur, je ne pus me retenir de vomir. Je remarquai que ce que je vomissais n’était pas de la bile, mais du sang noir. Hé m*rde.

Alan remarqua alors mon état et, pris de panique, cria mon nom.

Avant de sombrer dans l’inconscience, je sentis la main calleuse d’Alan se poser sur ma joue. Je me dis alors qu’au moins je mourrais en étant aimé.

_________________
avatar
Nora Rosenwald

Messages : 21
Date d'inscription : 10/01/2016
Age : 24

Caractéristiques
Race: Démon
Élément: Terre
Arme: deux longs poignards tranchant en fer / un poing américain avec une lame de couteau / Une épée dont le manche est fait d'onyx et d'or

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t82-nora-tout-perdre-en-vou

Revenir en haut Aller en bas

Re: [13+] La loi des coeurs

Message par Alan Jones le Jeu 22 Déc - 23:26


Non non non non non… Restes en vie, restes en vie!

Mon cœur battait à tout rompre, tandis que mes mains étaient pleines de sang, de son sang.

J’avais posé mes mains en coupe sur son visage, tandis qu’elle fermait les yeux. Une explosion se produisit alors en moi : de la colère à l’état brute.

Mes mains tremblaient alors que je levais la tête, le regard rempli d’une haine que je ne me croyais pas capable. J’avais envie d’hurler, et surtout, j’avais la terrible envie de voir le sang de ceux qui avaient fait du mal à ma démone couler. Il fallait qu’ils meurent, coûte que coûte. Et ce, de mes propres mains.

Je repris mes esprits lorsque je vis l’autre fille brisé la nuque du dernier de nos assaillants.

Bon Dieu! Mais qu'est ce qui m'arrivait!?

Les pensées plus claires, je portai toute mon attention sur ma compagne. Elle était blême – trop blême. J'arrachai le maudit clou de sa cage thoracique en utilisant mon pouvoir de l’eau pour fait coaguler le sang. Ensuite, j’utilisai de nouveau mon pouvoir pour évacuer le sang de ses poumons, c’est-à-dire en vomissant. Je regardai avec horreur son corps se révulsé par un haut le cœur et vomir tout le sang noir de ses voies respiratoires. Je fus alors beaucoup trop déçu que ces salop*rds soient déjà morts. Je leur aurais arraché la peau et les yeux avec plaisir...

Lorsque son corps eut expulsé tout le sang, Nora se relâcha et se coucha, amorphe, dans mes bras. Elle était tombée inconsciente.  Je vérifiai son poul et sa respiration; ils étaient faibles,  mais tout de même plus forts et assurés que tout à l’heure. Elle allait survivre.

Je poussai un soupir de soulagement. Alors que l’adrénaline se dissipait peu à peu dans mes veines, je sentis une douleur m’élancer dans mon dos. Je tournai un peu la tête et vis des clous plantés dans mes omoplates. Poussant un autre soupir, mais cette fois d’exaspératio. J’entrepris d’enlever les épines de mon dos.

La fille – Fenrir, m’interrompit dans mon travail;

- Quelqu’un a le pouvoir de l’eau ?

- Ouais…
(J’avais perdu tout entrain; mon énergie était partie à la seconde où Nora avait perdu connaissance) Je veux dire, moi. J’ai le pouvoir de l’eau. Qu’est-ce qui se passe?

- Soignes-le!!! S'il vous plaît, aides-le!


Sans attendre, je pris Nora dans mes bras et me rapprochai d’eux. Fenrir avait l’air désespéré; pleine de sang, blessée et en colère – exactement le même état que moi.

Je m’assis près de Sasori, Nora toujours enveloppée de mes bras. Je refusais de la lâcher, de peur de la perdre; une peur totalement irrationnelle, mais tout de même présente. J’avais peur qu’elle me file entre les doigts, que je finisse par la perdre pour de bon. Après aujourd’hui, je vous jure que plus jamais je vais la quitter. Plus jamais.

J’installai ma compagne dans le creux de mes jambes, en position fœtale. Je gardai une main sur elle alors que je mis l’autre, les doigts écartés, au-dessus de Sasori. Je fermai les yeux et me concentrai sur la localisation des bactéries et les fis évacuer de la seule façon que mon pouvoir me le permettait : en le faisant uriner.

Quelques secondes plus tard, les particules roses réapparurent et se transformèrent en un jeune garçon.

Presqu’immédiatement, Fenrir se jeta dessus. Refoulant l’envie de lever le poing et crier « Allez! Pètes-lui la gueule! » , je m’en remis à ma raison.

J’attendis tout de même qu’elle l’ait plaqué sur le sol et frappé quelques fois avant d’intervenir.

- Attends, Fenrir. Il sait probablement quelque chose. Il y a une raison pour qu’il soit là, et on va gentiment lui demandé, pas vrai?


Elle me lança alors un drôle de regard, puis elle comprit. Le mot gentiment pouvait être remplacé par violemment.

Ayant encore et toujours Nora dans mes bras, je me rapprochai du jeune garçon et de Fenrir. J’avais vraiment envie de faire souffrir quelqu’un. Mon envie fut comblé; Fenrir sortit une de ses pioches et en planta une dans chaque main du garçon. Elle en sortit une autre et la mis au dessus de l’oeil du métamorphe. Tout ça s’était passé en dedans d’une seconde. Le jeune cria alors sa douleur.

De la musique à mes oreilles.

- Alors, mon petit gars, qu’est ce que toi et tes amis vous nous vouliez plus particulièrement? Car je doute que vous vouliez tout simplement vous faire tuer, à moins que vous soyez aussi idiot que vous en ayez l’air. Et ne penses pas une seconde que tu pourras t’échapper en te transformant. J’ai le pouvoir de l’eau, alors tu ne pourras pas aller bien loin sans mourir.


Il gémit, et son regard devint hésitant. Il ne voulait pas répondre? Qu’il soit prêt à voir un ange en colère.

Je le giflai de toutes mes forces. Sa tête faillit arracher.

- RÉPONDS! Pourquoi avez-vous fait du mal à Nora!?

- Ce... C’était un accident! Les démones ne devaient pas être blessées!

- Expliques toi!

Le jeune métamorphe déglutit difficilement.

- Je... Je ne peux pas...


Je lançai un regard à Fenrir. Avec un sourire, elle lui planta une aiguille dans chaque épaule. Le jeune cria de nouveau. Lorsqu’il recouvrit un semblant de calme, des larmes coulaient sur ses joues et il avait la respiration saccadée. Je m’en fichais ; il n’avait qu’à nous laisser tranquille.

- OK, ok, je vais parler...


Il prit une grande respiration puis parla;

- Je fais parti d’une sorte de clan. Nous avons un chef et une structure de société qui assure notre survie dans ce qui est devenu notre monde. Nous sommes tous de la race qu’on appelle les « Bons » : des loups-garous, des anges, des métamorphes et quelques humains. Nous sommes conditionnés à penser que les « Mauvais »  doivent mourir, c’est-à-dire les démons et les vampires. Notre chef avait connaissance de la présence des deux démones à proximité de notre territoire, il avait même prévu de les tuer bientôt. Mais il a attendu parlé d’un homme qui donnait une année de vives à celui qui lui amenait un Créatique vivant. Il a donc décidé d’attraper les deux démones pour les vendre. Je...


Il n’eut pas le temps de continuer sa phrase; Fenrir lui avait planté une pioche entre les deux yeux.

Je la fixai en plissant les yeux.

- Il voulait me vendre
, dit-elle.

J’hochai la tête. Son action était légitime.

Je posai alors mon regard sur Nora, qui était toujours inconsciente. Je flattai sa joue avec le dos de sa main. Sa peau était douce, fraîche, mais beaucoup trop blême pour que je puisse cesser de m’inquiéter de son état.

- Nous devons trouver un endroit sûr pour nous reposer.


Tout le monde acquiesça.

Seulement, lorsque je me levai pour partir et cherchai la direction qu’on pourrait emprunté, mon cœur manqua un battement.

Une cinquantaine d’hommes nous encerclait de tous parts.

Nous étions cernés.

_________________
avatar
Alan Jones

Messages : 20
Date d'inscription : 12/02/2016

Caractéristiques
Race: Ange
Élément: Eau
Arme: Long fouet fait de cuivre tressé / Lourde épée faite sur mesure / Deux poignards en acier

Voir le profil de l'utilisateur http://monde-creatique.superforum.fr/t92-alan-jones-le-guerrier

Revenir en haut Aller en bas

Re: [13+] La loi des coeurs

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum